Le grand retour sur disque de An Acoustic Sin

Le péché acoustique se prépare à renaître avec la parution d’un nouvel album Here comes the sin, soulignant ainsi le retour officiel de cette formation de Memramcook qui a marqué le paysage musical de la fin des années 1990. Reconnue pour son originalité, sa musique puisant autant dans les influences métal que celles du folk et son énergie communicative, An Acoustic Sin est loin d’avoir dit son dernier mot.

En 1997, apparaissait sur la scène musicale de l’Atlantique le groupe An Acoustic Sin. Dès ses débuts, ce groupe formé, entre autres, du chanteur Ronnie LeBlanc et du guitariste Stephen LeBlanc, a fait fureur. En quatre ans, ils ont sorti deux albums studio et un disque en concert. Puis en 2001, le quatuor a cessé ses activités afin de poursuivre d’autres activités artistiques et personnelles. Ronnie LeBlanc a déménagé à Québec pour continuer sa carrière musicale solo et Stephen LeBlanc, qui se produit régulièrement dans la région de Moncton, a joué pour plusieurs artistes, dont la violoniste Dominique Dupuis. Aujourd’hui, le groupe rassemble Stephen LeBlanc et Ronnie LeBlanc comme membres originaux, tandis que le batteur Jason Arsenault (Raphaël Butler) et le bassiste Rémi Arsenault (Natalie MacMaster et Vishten) de l’Île-du-Prince-Édouard ont joint la formation.

Au cours des dernières années, ils ont donné des spectacles à quelques reprises dans différentes régions du Nouveau-Brunswick et se sont même rendus jusqu’à Lorient en Bretagne. Or, la formation n’avait pas enregistré de nouvel album depuis 2001. C’est donc un grand retour pour le quatuor qui marie le métal et le folk acoustique. Depuis toutes ces années, il a continué de susciter de l’intérêt auprès du public et de ses admirateurs.

«Nous sommes maintenant établis et nos enfants ont grandi un peu. On avait le goût de refaire un album. Il y a aussi une grande demande. Ronnie et moi, dans nos carrières respectives, il y a souvent des gens qui nous parlent d’An Acoustic Sin, même des jeunes de 19, 20 ans. Alors, on s’est dit: faisons quelque chose pour nos fans et c’est exactement ça qu’on a fait», a-t-il expliqué.

Leur son unique, leur côté théâtral, leur énergie sur scène et le charisme impressionnant du chanteur Ronnie LeBlanc ont certainement contribué à créer un phénomène, note le guitariste.

«J’ai eu mes projets solos et j’ai joué sur beaucoup d’albums d’autres artistes, mais je crois qu’artistiquement, An Acoustic Sin est l’affaire la plus spéciale et importante que j’ai faite. Parce que pour une raison ou une autre, je ne pense pas que les autres projets qui ont suivi se seraient produits sans An Acoustic Sin. Ce groupe m’a fait sortir des choses créatives profondes comme guitariste.»

Pour ce nouvel opus, qui comprend 10 compositions originales en anglais et une pièce en français (Maudite semaine), le groupe a puisé dans ses mêmes influences, allant du métal, au folk, country tout en ayant des couleurs internationales. L’amour, la politique et le bon temps figurent parmi les thèmes des chansons.

«Normalement, quand on est influencé par le métal, on joue des guitares électriques à travers des Marshall très fort. Nous c’est acoustique. On a une batterie et une basse électrique, donc c’est la même combinaison qu’un groupe folk ou country. Comme guitariste, j’utilise beaucoup de gammes égyptiennes et européennes.»

Les paroles et les mélodies sont composées par Ronnie LeBlanc qui ensuite peaufine les musiques avec Stephen LeBlanc.

«Ça ressemble à du vieux An Acoustic Sin, mais un peu plus moderne. On est encore les mêmes, mais c’est juste que nous sommes de meilleurs musiciens maintenant avec plus d’expérience et de connaissances.»

L’album Here comes the sin sortira officiellement le 22 octobre. Pour souligner la sortie de l’album, An Acoustic Sin offrira un grand spectacle au Casino Nouveau-Brunswick à Moncton ce vendredi à 20h (les portes ouvrent à 19h). Un vidéoclip de la chanson Want it sera tourné lors de cette soirée. Ronnie LeBlanc et Stephen LeBlanc travaillent déjà sur un prochain album.