La jeunesse et l’Acadie ont brillé au Salon du livre de Dieppe

Le Salon du livre de Dieppe a rejoint un nombre record d’élèves et a accueilli des centaines de familles qui ont littéralement envahi le Collège communautaire du N-B. pendant les quatre jours d’activités. Les ouvrages jeunesse et traitant de l’Acadie ont dominé les choix d’achat des visiteurs.

D’après les premières estimations des organisateurs, le 28e Salon du livre de Dieppe a rejoint plus de 13 000 personnes. Au-delà de 3000 jeunes ont franchi les portes du salon jeudi et vendredi et 5000 élèves des écoles du district scolaire francophone Sud ont reçu la visite d’auteurs dans leurs classes. Plus de 100 animations littéraires ont été présentées dans les écoles de la grande région du sud-est du Nouveau-Brunswick. Le salon a étendu ses activités à d’autres villes, en offrant 38 animations dans les garderies et les bibliothèques publiques de Shediac, de Saint-Antoine, de Bouctouche, de Fredericton et de Dieppe. Des activités se sont également déroulées à Moncton, dont la nuit à la bibliothèque et la soirée littéraire.

À l’issue de ces quatre jours intenses d’activités littéraires, la directrice du Salon Josée Lord était ravie. Pour une deuxième année, ils ont réussi à dépasser leur objectif d’achalandage. Les écoles ont très bien répondu à l’appel, souligne Mme Lord. Aux nombreux kiosques de la Librairie la Grande Ourse, les bandes dessinées et le Dictionnaire du français acadien de l’auteur Yves Cormier se sont écoulés comme des petits pains chauds, a fait remarquer la libraire Annie Bourdages. Saluant la vaste sélection de littérature jeunesse, Julie Thériault, une mère de famille, a confié au journal qu’elle se fait un devoir de visiter le salon chaque année afin d’appuyer les entreprises locales.

Les animations jeunesse et les conférences qui touchent à l’Acadie ont fait courir les foules. Certaines activités en soirée comme Sexe, rire et vin ont attiré moins de visiteurs, mais Josée Lord précise qu’il est parfois difficile de concurrencer avec l’ensemble des événements qui se déroulent dans la région de Dieppe.

Salon du livre jeunesse?

Le poète et enseignant de français de Sydney au Cap-Breton, Marc Arseneau, se réjouit de voir autant d’enfants circuler autour des présentoirs de livres. «Les parents sont généreux en emmenant leurs enfants ici et je pense qu’il y a tout un engouement pour le livre jeunesse.»

L’enseignant constate que les jeunes sont curieux et aiment les livres. À ses yeux, les salons littéraires permettent cette rencontre avec les auteurs, de participer à des animations et des ateliers, contribuant ainsi à rapprocher le public du livre.

«Pour ce qui est des livres destinés aux adultes, c’est peut-être à revoir en ayant plus d’éditeurs adultes ou tout simplement dire que le salon de Dieppe est un salon littéraire jeunesse. Ce serait le premier en dehors du Québec. Ça me plaît énormément de voir autant de jeunes, mais je pense que le public adulte pourrait être plus présent au salon. Dans un milieu minoritaire, il faut se poser des questions constructives pour être plus fort toujours», a exprimé le poète qui a présenté son plus récent recueil Turbo Goéland publié aux Éditions Perce-Neige.

Josée Lord précise que les organisateurs n’ont jamais songé à transformer l’événement en salon jeunesse. Pour l’instant, ils tiennent à offrir des activités et des livres pour le public adulte.

«C’est certain que les livres jeunesse sont plus en évidence sauf qu’un adulte y trouve son compte aussi. Pour nos auteurs invités et nos activités c’est à peu près moitié jeunesse, moitié adulte.»

De bonnes ventes

Les Éditions Bouton d’or Acadie dressent un bilan positif de leur présence au salon avec leurs nombreux auteurs qui ont été très actifs tout au long de l’événement. Les ventes se comparent à celles de 2017, a précisé l’éditrice Marie Cadieux.

«Le livre jeunesse est en vedette et je pense que c’est le cas de plus en plus dans les salons et c’est sûr qu’il y a de grands efforts qui se font au niveau de la littératie et le message se rend visiblement aux parents», a-t-elle partagé.

Jacques P. Ouellet des Éditions La Grande Marée soutient avoir enregistré aussi de très bonnes ventes. Les livres jeunesse et les essais historiques sur l’Acadie, tel que le livre Société secrète en Acadie: l’ordre de Jacques Cartier, de François LeBlanc, et le plus récent ouvrage d’André-Carl Vachon, L’histoire des Acadiens de la fondation aux déportations, lauréat du prix France-Acadie, ont suscité beaucoup d’intérêt des visiteurs. L’auteur Gabriel LeBlanc de l’Isle Madame qui a publié deux ouvrages sur son coin de pays, dont un sur le conte acadien aux Éditions de la Francophonie, est reparti du salon avec la tête remplie de découvertes littéraires.

«Je suis émerveillé par la variété de livres francophones qui sont disponibles. À l’Isle Madame pour nous, c’est vraiment une rareté. Mais espérons avec nos écoles acadiennes que le nombre et l’accessibilité vont augmenter. J’ai rencontré beaucoup de gens qui avaient les mêmes intérêts que moi et on sent comme auteur qu’on ne travaille pas seul sur une île. Je me suis fait de nouveaux amis et ce sont des gens merveilleux», a-t-il affirmé.

Le Salon du livre de Dieppe s’est déroulé du 18 au 21 octobre.