Sébastien Ricard en Acadie pour La Bibliothèque-interdite

Le comédien et chanteur Sébastien Ricard (Loco Locass) est ravi d’être de retour en Acadie pour présenter le spectacle La Bibliothèque-interdite; un opéra-tango librement inspiré de l’oeuvre et de la vie de l’écrivain argentin Jorge Luis Borges.

Sébastien Ricard n’est pas revenu au Nouveau-Brunswick depuis le tournage de la télésérie Le Clan, dans lequel il incarnait un criminel repenti qui change d’identité.

«Quand on tournait le Clan, je parlais de ce spectacle-là avec mes amis et puis je rêvais de revenir présenter le spectacle en Acadie», a déclaré le comédien lorsqu’il a été joint par l’Acadie Nouvelle.

Inspirée de l’univers de Borges, La Bibliothèque-interdite est une œuvre qui se situe à cheval entre le théâtre et le spectacle musical. Cette création du compositeur Denis Plante qui signe le livret et la musique, sur une mise en scène de Sébastien Ricard et Brigitte Heantjens, a en filigrane l’histoire politique de l’Argentine. La pièce nous transporte à Buenos Aires en 1941. C’est l’époque du tango et du totalitarisme. Sébastien Ricard incarne un poète idéaliste devenu concierge de la mystérieuse bibliothèque interdite dans cette œuvre inclassable conçue comme opéra-tango où s’entremêlent récits poétiques et chansons.

«Représentations musicale et théâtrale se chevauchent sans arrêt et c’est ce qui fait le côté vraiment singulier du spectacle en premier lieu. Ce n’est pas du théâtre musical, ce n’est pas de la musique théâtrale. C’est vraiment une espèce de genre hybride qui donne la singularité du spectacle et qui le rend si précieux à mes yeux. Ça me fait tellement plaisir de le présenter chaque fois qu’on le fait.»

Les critiques ont été élogieuses à l’égard de cette pièce qui met en scène un comédien et trois musiciens, dont le créateur Denis Plante. Sébastien Ricard conjugue ainsi ses deux passions: la musique et le théâtre.

«Quand je fais de la musique avec le groupe Loco Locass, c’est moins de la chanson que du rap. Dans ce spectacle, c’est vraiment de la chanson. Ça me fait penser à du Léo Ferré un peu. C’est de la grande et belle chanson française. C’est un genre de musique que je n’ai pas beaucoup touché dans ma vie.»

Borges a été lui-même concierge de la bibliothèque nationale de Buenos Aires et comme le personnage de la pièce, il est devenu aveugle, ce qui est assez paradoxal pour un écrivain.

«On ne fait pas la chronologie de Borges. Mais les thèmes de sa vie sont présents, c’est-à-dire cette espèce de fascination qu’il avait pour la bibliothèque, l’infini du savoir et le côté labyrinthique de cet endroit-là.»

Les musiciens occupent une place importante dans le spectacle. En ouverture, Denis Plante présente la genèse du projet. Dès le début, le discours du créateur est intégré à la trame narrative.

«On respecte en ça les façons de faire de Borges où les mises en abîme sont fréquentes dans ce qu’il écrit.»

Depuis sa première version, le spectacle a beaucoup changé, souligne le comédien. Le public de l’Acadie assistera à la version la plus aboutie de cinq ans de travail créatif. Les concepteurs ont réussi à raconter une histoire vaste et importante en un spectacle assez court. Denis Plante lui a ouvert la porte sur l’univers de Borges. Le comédien a été frappé par la force de sa poésie et à quel point il n’est pas facile de mettre en scène l’univers borgesien.

«Ce qui m’intéresse là-dedans, c’est l’enfermement qui est celui du créateur, qui est celui de l’aveugle et de celui qui vit dans un système où la liberté de parole est brimée.»

Parallèlement au théâtre, Sébastien Ricard tourne présentement dans la nouvelle série dramatique Une autre histoire qui sera diffusée à Radio-Canada à compter de janvier. Il incarne un thanatopracteur (embaumeur) dans un salon funéraire d’une petite ville de province appelée Belleville où se déroulent les événements de la série qui mettra en vedette Marina Orsini dans le rôle principal.

La Bibliothèque-interdite est présentée les 30 et 31 octobre à 19h30 à la boîte-théâtre de Caraquet et le 1er novembre à 19h30 au théâtre l’Escaouette à Moncton.