Un festival de cinéma marin voit le jour à Caraquet

Les amateurs de cinéma marin en auront bientôt plein la vue à Caraquet. Un nouveau festival maritime y sera présenté du 18 au 23 janvier. La cinéaste Renée Blanchar s’occupera de la programmation de l’événement.

«C’est bizarre de se dire que Caraquet n’avait pas déjà un festival (de ce genre). Ça tombe sous le sens!», a lancé d’entrée de jeu Alain Boisvert, qui s’est proposé comme directeur général du premier festival marin en Acadie. Paul Marcel Albert, directeur du Cinéma du centre, sera l’hôte de l’événement.

La mer et la pêche seront les deux thèmes centraux au grand écran. Les cinéphiles auront la chance de visionner des courts et des longs-métrages.

«On a vraiment de tout; du documentaire, de la fiction, de l’animation. Ce sera une première édition très intéressante», soutient Mme Blanchar.

Un festival de cinéma à thème est une première dans la Péninsule acadienne. Le FICFA est déjà présenté à Moncton, mais il propose une gamme variée de films francophones et acadiens qui se sont démarqués dans la dernière année. À la différence du FICFA, les organisateurs du Festival du film maritime prendront plaisir à fouiller dans les archives.

«Nous ne sommes pas limités dans la présentation à une année précise. Il est possible de remonter loin en arrière. On a des films des années 1980, comme des films modernes avec des images de synthèse en 3D», a expliqué Mme Renée Blanchar.

La directrice a mis l’accent sur des productions acadiennes.

«On a envie de se voir à l’écran. On voit des femmes, des hommes en lien avec le métier de la mer.»

Rachel Léger, qui occupera la fonction de présidente d’honneur en 2019, est déjà bien connue dans le milieu après avoir été directrice du Biodôme de Montréal jusqu’en novembre 2017. «La mer est un mode de vie», a-t-elle exprimé en vidéo lors de la conférence de presse.

Alain Boisvert a eu l’idée d’un tel événement lors d’une mission à Marennes en France, où il représentait l’École des pêches de Caraquet.

«J’ai entendu parler du festival de Toulon qui célébrait son 50e anniversaire et qui a façonné l’image de la région. J’ai réalisé qu’on avait tout ce qu’il fallait pour réaliser la même chose ici. C’est un sujet très passionnant, les métiers de la mer.»

Pour tous les goûts

Les tout-petits comme les grands seront concernés. La programmation a été dévoilée seulement en partie afin de garder le public sur son appétit. Chasseurs de phoques, Les femmes aux filets et L’Odyssée seront entre autres à l’affiche.

«Le festival devait initialement se tenir du 20 au 23 janvier, mais nous avons dû rajouter deux jours de plus pour pouvoir présenter l’ensemble des productions», explique la directrice générale.

Merveilles de la mer 3D sera aussi présentée au public, film dont Arnold Schwarzenegger signe la production et la narration.

«On l’a invité. On attend une réponse», a lancé à la blague la Mme Blanchard, qui a été membre du jury au Festival de Cannes en 1989.

L’ONF sera aussi de la partie pour présenter son École de l’océan, une plateforme web, afin d’intéresser les jeunes.

«C’est une expérience technologique et immersive dans l’univers marin», précise M. Boisvert.

Des responsables de l’Office national du film seront sur place pour accompagner des groupes de jeunes.

Expansion

M. Boisvert espère que le festival grandira rapidement et s’étendra à d’autres salles de cinéma ailleurs dans la Péninsule acadienne. «Shippagan a un super écran au Centre marin; Tracadie a de belles grandes salles. On a déjà été approché, mais on voulait concentrer la première édition à Caraquet. On veut que la recette lève d’abord.»

M. Boisvert n’a exprimé qu’une inquiétude pour cette première édition.

«On a peur qu’il manque de places dans les salles! Mais nous allons trouver des solutions logistiques avec le Cinéma du centre. Sinon, la réponse a été positive de partout. On est content.»