Milk & Bone: voyage au coeur des déceptions humaines

Écriture imagée, moments d’intimité, dansants ou encore planants, l’univers musical du duo pop électro Milk & Bone explore différentes textures. Les déceptions amoureuses et humaines inspirent profondément ce tandem aux voix uniques.

Formé de Camille Poliquin et Laurence Lafond-Beaulne, le duo débarque dans les Provinces maritimes pour la première fois. Après des spectacles à Charlottetown et à Halifax, la formation fait escale à Moncton et à Fredericton en fin de semaine.

«Ça fait plusieurs fois que des gens nous écrivent pour nous demander de venir dans les Maritimes. On sait qu’il y a des gens qui nous attendaient et on a vraiment hâte d’aller à la rencontre du public», a confié Laurence Lafond-Beaulne.

Après avoir sorti un premier album en 2015, le duo montréalais est de retour avec un deuxième disque au titre évocateur Deception Bay. On retrouve cette baie à la fois au Nunavik dans le Grand Nord québécois et en Australie. Quand elles ont découvert l’existence de cette baie de la déception, les deux musiciennes ont eu un véritable coup de coeur. Deception Bay est la pièce maîtresse de leur deuxième opus qui propose 14 titres.

«C’est la première chanson à laquelle nous avons travaillé pour l’album sans qu’on sache vraiment que ça allait être le titre. Il y a quelque chose de vraiment poétique dans l’idée d’une baie de la déception, d’un endroit où on peut envoyer toutes nos déceptions qu’elles soient amoureuses, relationnelles ou humaines. Pour nous, inconsciemment, faire de la musique c’est quelque chose de très exutoire.»

Milk & Bone, ce sont deux amies qui ont développé une grande complicité au fil des années. Au début, cette rencontre musicale était sans attente, pour le plaisir. Or, le projet a pris de l’ampleur plus rapidement qu’elles avaient prévu.

«Ç’a été bénéfique pour nous de commencer sur des bases d’amitié vraiment fortes. On est deux personnes qui se connaissent extrêmement bien l’une et l’autre. Ça nous apporte beaucoup dans le projet.»

La genèse des chansons commence souvent par l’une ou l’autre des musiciennes. Après, elles se retrouvent pour compléter l’écriture des pièces. Laurence Lafond-Beaulne souligne que les chansons doivent être inspirées par de vraies émotions qui les touchent.

«Je pense que les relations humaines sont ce qui nous fait vivre les plus grandes émotions, alors c’est sûr que ça nous inspire beaucoup. On est deux filles qui sont très sensibles et proches de nos émotions. On écrit ce qui se passe dans nos vies et on tient à ce que chaque chanson naisse d’une vraie émotion. Ça se sent quand ça vient de quelque chose de vrai.»

En spectacle, elles arrivent avec un arsenal de machines, de synthétiseurs et d’instruments. Se donnant beaucoup de liberté sur la scène, elles offrent des moments d’une grande intimité, un peu plus sombres, très pop et dansants. Leurs harmonies vocales et leurs chansons minimalistes nous plongent dans une ambiance un peu hors du temps.

Si Milk & Bone occupe beaucoup de leur temps, il reste qu’elles ont aussi d’autres projets musicaux. Camille Poliquin travaille aussi à un projet solo Kroy, tandis que Laurence Lafond-Baulne collabore à un duo parallèle Paloma. Elles ont également signé la bande sonore originale du film King Dave du réalisateur Podz.

La formation qui a déjà tourné dans l’Ouest canadien, en Europe et aux États-Unis, s’est retrouvée sur la longue liste du Prix Polaris et en nomination à l’ADISQ. Le duo s’est produit, entre autres, au Festival de jazz de Montréal, Osheaga et au Festival d’été de Québec où il a assuré la première partie de Cyndi Lauper. Ces deux globe-trotters de la scène musicale cherchent continuellement à se réinventer. Quand on lui parle d’avenir, Laurence Lafond-Bealne répond naturellement qu’elle veut continuer à créer, à explorer de nouvelles sonorités, à se mettre en danger pour s’améliorer dans la création.

«L’important est de faire de la bonne musique, d’être authentique, de travailler fort et le reste ce sera de belles surprises.»

Le duo sera en spectacle au bistro-pub Tide & Boar à Moncton, le 23 novembre et au Capital Complex à Fredericton, le 24 novembre.