Moncton vibre au rythme du slam

En vous arrêtant dans les bars, les cafés, les théâtres, les galeries d’art ou encore en voyageant en autobus dans le Grand Moncton, vous aurez peut-être la chance d’entendre un poète ou un slameur déclamer sa poésie. Seize artistes de l’Acadie, du Canada, de la France, de la Belgique, de la Guadeloupe et de l’Afrique se produiront dans divers lieux publics jusqu’au 2 décembre.

Après le cinéma, c’est au tour du slam d’envahir le Grand Moncton. L’objectif du 2e Festival international de slam/poésie en Acadie est d’aller à la rencontre du public, là où il se trouve.

«Le slam ce n’est pas une discipline des arts de la scène où on compte le nombre de billets vendus. Nous ne sommes pas dans cette dynamique-là, mais plutôt dans la dynamique d’aller vers les gens là où ils sont», a déclaré la directrice générale du Conseil provincial des sociétés culturelles (CPSC).

Les activités ont débuté lundi matin dans un café de la rue Main à Moncton avec la poésie de Paul Bossé. Un petit groupe de personnes a assisté à cette prestation matinale. Le poète de Moncton admet qu’il est rare de voir des lectures de poésie aussi tôt le matin. Tout en sirotant leur café, les festivaliers ont écouté les mots du poète.

«C’est un peu comme s’il y avait 12 heures de décalage, parce qu’habituellement, on lit de la poésie plus en soirée», a confié celui qui a présenté des textes de son recueil Les Démondeurs ainsi qu’un poème inédit Sombre âge.

Ce poème se retrouvera probablement dans son prochain recueil qu’il envisage de publier en 2020. Intitulé Apesanteur, cette 6e œuvre du poète et cinéaste aura quelque chose de spatial, frôlant même la science-fiction. Paul Bossé, qui a invité le public à faire une balade poétique en autobus avec lui jeudi, apprécie ce genre de festival qui apporte de la poésie dans la ville et dans le quotidien des gens.

«Si on vivait dans un monde poétique, je pense qu’il y aurait moins de souffrance et plus une appréciation de la vie et de belles choses de la vie, captivantes et intéressantes. Les poètes sont obsédés par les sens et les observations. Quand ils écrivent leur poème, ils prennent le temps de vivre vraiment et c’est pour ça qu’il n’y a jamais assez de poésie.»

S’inspirant du monde qui l’entoure, sa poésie est intimement liée à son travail de cinéaste documentaire puisque ses poèmes s’apparentent souvent à de petits synopsis de film. Ce sera la première fois qu’il déclamera de la poésie dans un autobus municipal.

«L’autobus, c’est une expérience nouvelle pour moi et le fait d’être en mouvement, ça peut être le fun», a ajouté Paul Bossé, qui sera aussi de la distribution du grand happening de slam et de poésie, vendredi soir, au Centre culturel Aberdeen.

Le slam du monde

Sous le thème de l’inclusion sociale, le 2e Festival s’ouvre vers l’international pour sa deuxième année en accueillant de nombreux artistes de l’étranger. La comédienne et écrivaine française Pauline Guillerm, la fondatrice d’un collectif slam en Belgique, Lisette Lombé, et un jeune slameur burkinabé Modibo Sangaré figurent parmi les artistes invités. Le public pourra également faire la rencontre de Philippe Calodat et Davis Érauss de la Guadeloupe, de Paul Dallaire et Marianne St-Onge du Québec, de l’humoriste et conteur acadien Daniel Pinet, ainsi que de Josée Thibault de l’Alberta et Amber O’Reilly du Manitoba. De l’Acadie, le festival reçoit aussi la comédienne et artiste de la danse Lou Poirier. Réal J. LeBlanc, un poète et cinéaste innu d’origine acadienne, participe aussi au festival.

«Notre festival fait suite au FICFA qui est un festival grandiose. Ça permet de garder un lien. Nous avons vu de beaux films et ç’a nous a habité. On veut que ça continue. Je peux dire que Réal J. LeBlanc va prolonger le FICFA à sa façon», a partagé Marie-Thérèse Landry.

Parmi les nouveautés du festival, mentionnons le slam dans les cafés et le spectacle happening Slam pour un quidam qui rassemblera tous les slameurs. Y figure également le Taxi Voltaire, qui sera le théâtre d’échanges poétiques entre le chauffeur Jean-Marc Dugas et les artistes invités. Ces échanges feront partie du spectacle du 30 novembre, organisé de concert avec la compagnie DansEncorps, la Galerie 12 et la Galerie Sans Nom. Le programme comprend aussi des ateliers publics sur la présence scénique et le spectacle de l’artiste performeur Yao.