Distribution Plages cédée à Propagande Distribution

Les Éditions de l’Acadie Nouvelle ont annoncé jeudi qu’elle s’est entendue avec la compagnie québécoise Propagande Distribution pour la vente de sa filiale, Distribution Plages.

L’incursion du média acadien dans le domaine musical aura été brève: deux ans et demi. Malgré tout, l’aventure fut loin d’être décevante.

C’est du moins l’opinion du directeur général de Distribution Plages, René Chiasson, confirmant au passage que l’Acadie Nouvelle n’était pas activement à la recherche d’un acheteur pour sa filiale.

«Mais nous avons eu une occasion intéressante et nous l’avons considérée», explique ce dernier.

Selon lui, le monde de la musique change de façon constante. Les ventes de CD ont été supplantées par les ventes numériques, elles-mêmes mises à rude épreuve par les différentes plateformes de musique en continu.

«On s’en tirait très bien malgré tout. Cela dit, Propagande Distribution arrive avec une grande expertise de mise en marché intéressante. Ça ne peut être que bénéfique – à notre avis – pour le futur de Distribution Plages», indique-t-il.

Acheté à l’été 2016 par les Éditions de l’Acadie Nouvelle, Distribution Plages est une compagnie acadienne respectée ayant plus d’une vingtaine d’années d’existence. Celle-ci compte un catalogue de plus de 350 albums et distribue les disques de quelque 150 artistes. Selon M. Chiasson, il était hors de question de la céder à n’importe qui.

«On souhaitait s’assurer de la pérennité de l’entreprise, et ce, même si nous n’en étions plus les propriétaires. On désirait également que son acquéreur partage nos valeurs, qu’ils nous ressemblent un peu, ce qui est le cas ici. En somme, c’est une transaction positive pour tout le monde, y compris les artistes acadiens qui font partie du catalogue de Distribution Plages, car cela augmentera les possibilités de diffusions et de distribution au Québec et dans le reste du pays», dit-il.

Le siège social de Propagande Distribution est situé à Québec. L’entreprise œuvre dans le développement et la mise en marché d’artistes de tous genres, ainsi que des produits dérivés à leur image. L’ajout de Distribution Plages lui permettra d’avoir plus de mille titres à son catalogue. La compagnie s’attend à maintenir une collaboration étroite avec le secteur culturel acadien.

La transaction entrera officiellement en vigueur à compter du 1er janvier 2019.

Accueil positif

Tous les artistes de l’agence de gestion Grenier Musique font affaire avec Distribution Plages. Il va donc de soi que son agente, Carol Doucet, en suit l’évolution avec attention. Celle-ci l’avoue, les ventes de disques ne sont plus aussi rentables qu’il y a quelques années. Cela dit, la pertinence d’une compagnie de distribution demeure toujours aussi cruciale.

«Quand l’Acadie Nouvelle a acheté Distribution Plages, c’était une bonne nouvelle dans le sens qu’on perpétuait l’existence de la compagnie. Ç’aurait été une catastrophe pour nos artistes si ça avait fermé à l’époque, tout comme ce le serait aujourd’hui. On est donc très content que ça continue», dit-elle.

Elle qualifie l’acquéreur d’être très dynamique et invoque la possibilité attrayante de percer davantage le marché québécois.

«De ce que l’on comprend, Distribution Plages devrait conserver son image, son site web et ses contrats. Les patrons changent, mais on est tout de même dans la continuité. Si c’est le cas, on est très chanceux, c’est très rassurant», note-t-elle.

Déçu de voir la compagnie acadienne être avalée par une compagnie québécoise? «On n’est plus là. C’est certain que c’est plaisant d’avoir une compagnie acadienne qui fonctionne et qui prospère. Mais à l’heure actuelle, ce qui importe surtout, c’est d’abord d’avoir toujours un distributeur ouvert et qui croit en nous, ce qui semble être le cas ici», dit-elle.