Il y a un petit peu de Tracadie dans la Course des tuques

Comme plusieurs milliers de personnes l’ont fait ce week-end, Véronique Comeau s’est rendue au cinéma pour voir La Course des tuques. Pour la femme de Tracadie et sa famille, le nouveau film animé s’avérait particulièrement intéressant. L’artiste a travaillé sur la production 3D film et elle a conçu des nouveaux personnages.

Véronique Comeau, âgée de 34 ans, œuvre dans le domaine de l’animation 3D depuis plusieurs années. Pour ce film, elle a notamment dirigé l’équipe responsable de la modélisation et du surfaçage des personnages. Elle est aussi derrière la conception des personnages de Zac, de Charlie et du petit chiot.

«Être responsable d’une équipe, c’est quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant. Il y avait beaucoup de pression, mais c’était vraiment une belle expérience. C’était probablement la plus grande tâche que j’ai eu à faire jusqu’à maintenant dans mon domaine, mais c’était vraiment un travail d’équipe. Jamais une personne toute seule n’aurait pu réaliser ce projet», raconte l’ancienne diplômée en Animation 2D-3D au CCNB, campus de la Péninsule acadienne.

Cette expérience de travail a été très enrichissante, dit-elle.

Mieux encore, jusqu’à maintenant, les critiques de La Course aux tuques ont été plutôt positives.

«C’est encourageant. J’ai surtout travaillé aux premières étapes de la création, mais après ça, il y a tout le côté animation, l’éclairage, le scénario…»

Étonnamment, l’artiste n’avait pas encore vu le film au complet. Elle y est allée prendre connaissance du résultat final ce week-end en compagnie de son conjoint et de ses parents.

«Lorsque j’ai terminé mon travail, je ne savais pas vraiment à quoi allait ressembler le film final, même si j’avais une bonne idée. J’ai hâte de le voir», affirmait-elle avant la représentation.

Véronique Comeau n’était qu’un bébé lorsque la première version de La Guerre des tuques est sortie en 1984. Comme plusieurs de sa génération, elle a adoré le film réalisé par André Melançon.

Elle n’avait pas vu la plus récente adaptation, La Guerre des tuques 3D, sortie en 2015.

«Je l’ai seulement écouté avant de passer mon entrevue pour me préparer, mais je l’ai beaucoup aimé aussi.»

«J’ai toujours su que je voulais être une artiste»

Avant de travailler au sein de l’équipe de la Course aux tuques, Véronique Comeau avait déjà travaillé sur des projets d’envergure. Il y a quelques années, elle a conçu la modélisation en 3D de certains personnages du film Ballerina, dont Félicie, l’héroïne. Ballerina a récolté 106 millions $ en recettes au box-office à l’échelle internationale.

Auparavant, elle avait travaillé dans le domaine du jeu vidéo chez Ubisoft et Gameloft. Elle a aussi participé à la conception des décors vidéo du spectacle d’un spectacle du Cirque du Soleil inspiré du film de James Cameron, Avatar.

«J’ai toujours été intéressée par les arts. J’ai toujours su que je voulais être artiste. Si je le suis aujourd’hui, c’est beaucoup grâce à mes parents et à ma sœur. Ils étaient tous du monde créatif et ils m’ont toujours encouragé.»

Véronique Comeau admet que le milieu de l’animation 3D peut paraître intimidant aux nouveaux venus. Elle encourage les intéressés de donner libre cours à leur passion.

«Quand j’ai commencé, je voyais ça comme quelque chose d’impossible. Une fois que tu y vas, tu te rends compte que ce sont tous des gens comme toi qui ont tous commencé quelque part. En fait, ils sont là pour t’aider. Même si ta voix intérieure te dit que c’est trop difficile, il faut l’ignorer.»