Xavier Gould: Personnalité culturelle 2018 de l’Acadie Nouvelle

Pour Xavier Gould, l’année 2018 a été riche en surprises. Son personnage queer et sans filtre de Jass-Sainte Bourque secoue les puces de ses «p’tits mooses» depuis plus d’un an par le biais de capsules rigolotes sur le web et fait désormais un tabac sur scène. Seul sous des nuées d’arc-en-ciels qui lui sourient et bien ancré dans un terreau créatif fertile où toutes les folies sont permises, Xavier Gould étonne par son audace tout en éveillant les consciences à l’acceptation de la différence.

Élu Personnalité culturelle 2018 de l’Acadie Nouvelle, Xavier Gould, après avoir éclaté de joie lorsque nous lui avons annoncé l’heureuse nouvelle, confie en entrevue téléphonique que la dernière année a marqué un tournant majeur dans sa vie personnelle et artistique.

«Ç’a été une année formatrice et fondatrice. Je suis parti de Shediac pour m’installer à Moncton et, surprise! un cadeau, que j’ai déballé pour en sortir un instrument que j’apprends à utiliser.»

Jass-Sainte Bourque, sa «bebelle» un peu folâtre aux couleurs bonbons et à l’humour décapant, est sortie de nulle part. Xavier Gould s’est pourtant rapidement pris au jeu avec ce personnage qui lui permet à la fois de faire rire et de s’accepter lui-même tel qu’il est.

«J’apprends à me connaître en tant qu’artiste. Les spectacles que j’ai donnés ici, à Montréal, en première partie de Mado Lamotte au Rendez-vous Acadie Love de Caraquet ou encore ma participation à la dernière Parade Pride à Moncton, tout ça a été pas mal incroyable et ç’a confirmé que c’était ça (de l’humour) que je voulais faire et que je voulais créer ici, chez nous», souligne celui qui a étudié le jeu théâtral à l’Université Mount Allison à Sackville.

Son périple avec Jass-Sainte lui a également permis, au fil du temps, de rencontrer beaucoup de gens, que ce soit des jeunes fans dans les écoles, ou des moins jeunes lors de ses spectacles. Plusieurs se sont confiés à lui.

Du coup, le but de sa carrière se précise: «J’ai vraiment réalisé que ma mission, c’est de mettre en valeur les histoires des autres. Dans notre ruralité, être gay, lesbienne ou queer, ce n’est pas toujours facile et ça peut parfois être anecdotique. J’ai ce privilège-là de connaître du succès avec Jass-Sainte Bourque et je veux me servir de ça pour faire du bien.»

L’avenir, à court et à moyen termes, s’annonce d’ailleurs prometteur à cet égard, car en plus de donner d’autres représentations de son spectacle Jass-Sainte à la camp dans les prochaines semaines, Xavier Gould planche actuellement sur une pièce de théâtre intitulée Overlap, écrite par Céleste Godin et produite par la compagnie Satellite théâtre de Moncton (Moving, Bouffe, Comme un seul Grum). La pièce sera mise en scène par Marc-André Charron et réunira également sur scène Ludger Beaulieu, Florence Brunet, Stacy Arsenault et Sébastien Leclerc.

La pièce sera présentée à la Salle Bernard-LeBlanc du Centre culturel Aberdeen au début de 2019.

Accepter de ne pas savoir

Au cours des derniers mois, Xavier Gould a pu davantage donner corps à son humour et polir son personnage de Jass-Sainte Bourque. Il considère humblement avoir fait de nombreuses erreurs sur scène et avoir beaucoup appris d’elles. Quelques moments spontanés d’improvisation ont également permis d’ajouter quelques traits à sa «chasseuse de mooses» et «faiseuse de bandos».

Xavier Gould se laisse d’ailleurs de plus en plus porter par sa Jass-Sainte qui est devenue dans son esprit une personne à part entière.

«Je la comprends toujours un peu plus. Il y a encore plein de choses que Jass-Sainte n’a pas dites ou faites», mentionne-t-il, ajoutant qu’après avoir tenté de faire du stand-up en tant que lui-même, il a préféré laisser toute la place à son personnage.

«C’est beaucoup plus facile de travailler avec Jass-Sainte qu’en tant que moi-même. Elle a plus de choses à dire et je peux inventer n’importe quoi avec elle. En lui donnant tout l’espace sur scène, ç’a non seulement concrétisé le personnage, mais j’ai aussi trouvé ma place dans le milieu artistique», appuie le très jovial jeune homme.

Bien qu’il y ait plusieurs artistes acadiens ouvertement homosexuels ou lesbiennes, Xavier Gould est un peu tout seul dans le créneau queer. Il trace sa route sans trop savoir ou ceci le mènera.

«J’ai assumé le fait que je ne sais pas exactement où tout ça s’en va. Par contre, j’ai le sentiment d’avoir été au bon endroit au bon moment lorsque j’ai entamé ma carrière. Et comme on parle de plus en plus de la communauté LGBTQ ainsi que du phénomène queer, Jass-Sainte montre sa pertinence en incarnant cette vague et l’humour facilite grandement la possibilité de faire passer des messages. Elle est aussi très accessible pour le public en général; elle peut autant faire rire une ‘‘matante’’ qui a un bon sens de l’humour que son mari pas habitué à ce genre de spectacles. Sa joie de vivre est contagieuse et tant mieux si elle peut réunir tout le monde de la communauté», exprime Xavier Gould avec entrain.

Le comédien-humoriste compte également tisser des liens avec d’autres créateurs gays et lesbiennes, afin de partager des histoires communes et de nourrir leur création.

«J’ai envie d’explorer. Je veux aussi continuer à faire grandir Jass-Sainte en tant que personnage, mais aussi en tant que médium. Elle est passée du web à la scène. Quelle sera la prochaine étape? La télé? Le cinéma? Toutes les portes sont ouvertes», déclare Xavier Gould.

Avec un leitmotiv que Jass-Sainte Bourque clame tel une évangéliste depuis le début: «rester tout l’temps good pis positive».