Séminaire sur la chasse avec Jass-Sainte Bourque

Chasser et manger de la viande de «moose»; un univers qui est loin de la vie de Xavier Gould qui incarne Jass-Sainte Bourque qui se propose d’offrir une leçon de chasse. D’abord joué dans l’intimité de son entourage pour se retrouver ensuite dans des capsules sur le web, le personnage très coloré au franc-parler se transporte maintenant sur la scène dans un premier spectacle complet.

Depuis un an, Xavier Gould construit son spectacle Jass-Sainte à la camp en présentant quelques numéros lors de soirées d’humour, dans des festivals ou encore à l’Entrepôt du rire. Il s’apprête maintenant à offrir la toute première de son spectacle en tournée au Nouveau-Brunswick.

«Ça va être notre première mondiale à Petit-Rocher!», lance l’humoriste et comédien avec un grand sourire.

L’Acadie Nouvelle l’a rencontré entre deux répétitions à Moncton. Le jour, il est en répétition pour la pièce de théâtre Overlap de Céleste Godin (Satellite Théâtre) et le soir, il répète son spectacle d’humour. Le comédien confie que c’est sur la scène qu’il se sent le plus vivant. L’échange avec la foule est très vivifiant pour un humoriste qui devient en quelque sorte vulnérable.

«C’est comme si on est toujours sur la pointe des pieds et c’est là que ça se vit. Avec le rire, il y a peut-être des moments où les gens vont se poser des questions surtout dans notre climat politique au Nouveau-Brunswick en tant que francophone, Acadien et personne queer. Il y a des choses qu’on dit dans le show qui vont définitivement brasser la camp.»

Le comédien adore se retrouver dans la peau de son personnage à la sexualité ambiguë. Elle est connue, elle faire rire les gens et il en est fier.

«C’est une recette qui non seulement fonctionne, mais c’est une recette qui me met ‘happy’», confie-t-il.

Jass-Sainte Bourque qui n’hésite pas à se plaindre de tout et de rien aborde les travers de la vie avec humour et une certaine douceur. Reconnue pour ses fameux bandeaux, celle qui a vécu pendant des années dans son camp isolé a déménagé récemment en ville.

Le grand retour

Pour le spectacle, elle décide retourner au camp où elle a grandi et appris à manger de la viande d’orignal. Xavier Gould n’est pas seul sur scène puisqu’il est entouré des comédiens Solange Leblanc et Jean-Sébastien Levesque, qui incarnent d’autres personnages. Le récit se déroule entièrement au camp de Jass-Sainte.

«Jass-Sainte est avec tous ses petits mooses qui sont venus à la camp pour assister à son séminaire sur la chasse. Les choses ne vont pas aller comme c’est planifié et c’est là que ça devient une histoire. On va apprendre beaucoup plus qui est Jass-Sainte comme personne et comment elle négocie avec des choses inattendues», a-t-il poursuivi.

Au lieu de raconter ce qui lui est arrivé comme dans ses capsules vidéos, on pourra voir Jass-Sainte dans l’action quand les événements se produisent. Xavier Gould a écrit entièrement les textes du spectacle. Il convient que ça représente un défi, mais il a eu droit à des conseils d’amis et des responsables des Productions l’Entrepôt qui le représentent.

«Comme c’est un spectacle d’humour, il faut toujours laisser de la place à l’improvisation, mais à la base on a quand même un texte. Sur une scène, il n’y a pas de prise 2 et je dois vivre le personnage avec une spontanéité et tout d’un coup, j’ai commencé à découvrir de nouvelles facettes de Jass-Sainte.»

Xavier Gould n’a jamais été à la chasse et encore moins dépecé un original, mais le personnage de Jass-Sainte lui permet d’entrer dans un monde qui lui était jusque là inconnu et d’explorer des thèmes sous un autre point de vue. La chasse, l’identité acadienne, les stéréotypes abordés avec beaucoup d’ironie et d’autodérision composent ce spectacle. Comme l’explique le comédien, c’est toujours présenté de façon inattendue. Il faut donc s’attendre à des revirements et à des blagues étonnantes.

«Si ma première pensée est le stéréotype qui sort, je ne vais pas l’utiliser. L’idée est de se mettre dans les souliers de Jass-Sainte qui voit les choses d’une façon différente. Elle fait des nœuds différents avec l’Acadie.»

Xavier Gould invite les spectateurs à porter leurs plus beaux bandeaux. Jass-Sainte à la camp est présenté le 12 janvier à Petit-Rocher, les 16 et 17 janvier à Dieppe, le 18 janvier à Miramichi, le 19 janvier à Saint-Jean, le 26 janvier à Tracadie et le 14 février à Val d’Amour. Certaines représentations affichent déjà complet.