Des pompiers de Paquetville comptent mettre le feu à La guerre des clans

Des pompiers pyromanes? Ça n’existe pas, direz-vous. Eh bien oui, car cinq pompiers volontaires de Paquetville comptent enflammer le plateau du jeu télé La guerre des clans au cours des prochains jours.

De gauche à droite, on reconnaît Nicko Landry-Klaus, Serge McGraw, Steve Branch, Denis Paulin et Mathieu Sonier. – Gracieuseté

L’équipe formée de Mathieu Sonier (qui en sera le capitaine), Denis Paulin (chef de la brigade), Steve Branch, Serge McGraw et Nicko Landry-Klaus sera l’un des deux «clans» de l’émission télévisée animée par Jean-François Breau, dont l’épisode sera enregistré ce dimanche.

Comme si ce n’était pas assez, les pompiers «pyromanes» casseront de la glace. Ils seront les premiers participants acadiens depuis que leur compatriote est à la barre de l’émission diffusée à V, soit depuis l’automne dernier.

Jean-François Breau est d’ailleurs impatient de les accueillir.

«Ça me fait vraiment plaisir que des gens de par chez-nous aient finalement répondu à mon souhait. Bien que les sondages soient réalisés auprès de Québécois, je sais qu’il y a beaucoup de fans de l’émission au Nouveau-Brunswick. Moi-même, j’écoutais La guerre des clans il y a 20 ans et je jouais avec les participants. J’ai bien hâte de rencontrer la gang de Paquetville!», exprime l’animateur à l’Acadie Nouvelle.

Selon Mathieu Sonier, les gars n’entendent pas jouer les bons garçons sur le plateau; ils y vont résolument pour gagner.

«Tous les cinq, nous ne sommes pas gênés. Nous sommes aussi de bons vivants et sympathiques. Ça va nous faire plaisir de représenter l’Acadie», souligne le capitaine de l’équipe au cours d’un entretien téléphonique quelques jours avant que la bande ne prenne la route pour Montréal.

Plus sérieusement, le groupe se prépare déjà depuis quelque temps à l’enregistrement de l’émission.

«Nous avons acheté le jeu de La guerre des clans et nous pratiquons deux fois par semaine. Plus nous jouons, plus nous réalisons que c’est beaucoup la chance qui fait la différence. Certaines réponses semblent évidentes, mais elles ne se retrouvent pas dans les sondages, et l’inverse», souligne le jovial pompier volontaire.

Autrement, pas trop de pression. Depuis que la brigade a choisi de tenter sa chance et sélectionné les cinq membres de l’équipe, il y a de la fébrilité dans l’air mêlée à de la curiosité de visiter un plateau de télé comme celui de La guerre des clans.

Bien entendu, ils souhaitent remporter la partie ainsi que le gros lot de 2000$. Une somme que la brigade réinvestira dans ses activités scolaires et communautaires ainsi que pour l’achat d’équipements.

«Nous faisons beaucoup de prévention dans les écoles et quand nous disons aux enfants de vérifier que le détecteur de fumée soit fonctionnel chez eux, crois-moi, ils alertent leurs parents et s’assurent que la pile soit bonne! Si nous gagnons, cet argent-là va donc nous permettre de faire davantage d’activités du genre et c’est une bonne chose pour la communauté», souligne Mathieu Sonier.

«On va être en feu je te le garantis!», ajoute-t-il dans un éclat de rire.

L’épisode devrait être diffusé au cours des prochaines semaines, un vendredi, jour réservé aux groupes hétérogènes et représentant souvent des causes sociales.

La guerre des clans est en ondes au canal V du lundi au vendredi, à 18h30 heure des Maritimes.

Encore plus de spontanéité… et plus d’oublis!

Jean-François Breau continue d’aiguiser son style d’animation à La guerre des clans. La première série d’émissions avec l’animateur acadien à la barre a été tournée en mai et diffusée cet automne ainsi qu’en reprise jusqu’à la fin du mois.

L’ex-Don Juan acadien vient tout juste de reprendre les enregistrements du populaire jeu télévisé à raison de trois jours par semaine et de quatre ou cinq épisodes par jour de tournage. Un feu roulant auquel il dit se prêter avec grand enthousiasme.

«Cette nouvelle série d’enregistrements a vraiment confirmé que je me sentais bien dans mon nouveau rôle d’animateur. Les membres de l’équipe se connaissent mieux, donc nous sommes plus relaxes et ça va probablement paraître à l’écran. Je repars la saison avec une plus grande aisance aussi», mentionne Jean-François Breau.

Au cours de l’automne, l’artiste natif de Tracadie a écouté l’ensemble des épisodes avec sa désormais fiancée, Marie-Ève Janvier, et leur petite fille, Léa. L’occasion était belle pour prendre note de certains détails qu’il compte améliorer ou affiner pour la prochaine série.

«Les 50 premiers épisodes ont été enregistrés en l’espace d’un mois seulement. Même si j’anime à la télé depuis 10 ans, ce contexte était relativement nouveau pour moi et c’est certain que j’ai remarqué certaines choses que je faisais peut-être moins bien ou que je faisais correctement, mais que je peux faire autrement. Une chose est sûre, c’est qu’il y aura encore plus de folie et de spontanéité. Les gens qui participent à l’émission connaissent tous très bien le jeu et arrivent avec une énergie contagieuse. Il s’agit simplement de se laisser porter par ça», souligne-t-il.

Le maître du jeu confie également avoir pu constater la ferveur des amateurs de l’émission au cours des derniers mois, notamment par le biais des médias sociaux.

«Les gens à la maison jouent avec nous et lorsque j’oublie les réponses les plus populaires des sondages, je reçois des messages! Rien de méchant, mais je me suis aperçu à quel point les gens étaient passionnés par le jeu. Je vais donc tâcher de ne plus oublier de les mentionner», assure Jean-François Breau dans un léger fou-rire.

En plus de La guerre des clans, Jean-François Breau est également animateur-collaborateur hebdomadaire à la radio montréalaise CKOI. A-t-il mis sa carrière musicale en veilleuse? Pas forcément, répond-il.

«J’avais envie d’explorer l’animation et de prendre là encore un peu de recul par rapport à la musique. Être animateur m’apporte une plus grande stabilité financière, je ne m’en cache pas. C’est d’autant plus important depuis que ma petite fille est au monde. Ç’a complètement changé nos priorités à Marie-Eve et moi. En même temps, je voulais retrouver ma flamme artistique du début. J’ai fait beaucoup de projets musicaux super intéressants, mais maintenant je choisis ceux qui m’allument le plus, où il n’y a rien de forcé sur le plan marketing ou autre.»

C’est le cas avec son groupe de chansons cajun et acadiennes Salebarbes, formé des frères Jonathan et Éloi Painchaud, George Belliveau, Kevin McIntyre et lui-même.

«J’ai vraiment retrouvé mon étincelle de départ avec Salebarbes! Ça fait déjà quelques années que le groupe est formé et nous avons fait quatre shows aux Îles-de-la-Madeleine, pour le plaisir, à la salle de spectacles des Pas Perdus. L’engouement du public s’est intensifié, à tel point que nous avons enregistré notre dernier spectacle de l’été dernier pour un album que nous projetons sortir au mois d’avril», révèle Jean-François Breau.