Suzie LeBlanc: l’Acadie en mouvance

S’il est une de nos artistes qui se pointe très souvent où on ne l’attend pas, c’est bien Suzie LeBlanc. Une soprano au timbre haut perché et d’une rare pureté. Un lyrisme vocal qui s’inscrit dans la tradition authentique de la musique baroque, avec lequel elle s’amuse également à voyager à travers les époques. À user d’audace aussi, notamment pour faire revivre le folklore acadien ou encore, comme c’est le cas pour le spectacle Mouvance, de revisiter notre poésie contemporaine et parvenir, étonnamment, à la suspendre dans le temps.

Produit par Le Nouvel Opéra, fondé il y a 19 ans par Suzie LeBlanc, Mouvance met en scène des textes de Gabriel Robichaud (C’est loin), Roméo Savoie (Des mots sur ta bouche), Léonard Forest (Blanches, surtout), Serge Patrice Thibodeau (Nous partirons), France Daigle (Film d’amour et de dépendance), Céleste Godin (Génocideville), Herménégilde Chiasson (Il va sans dire), Georgette LeBlanc (La Brume), Sarah Marylou Brideau (Tu me mouves) et Gérald Leblanc, dont le poème choisi donne également le titre à la prestation scénique dont Jérôme Blais a composé la musique.

«Jérôme Blais avait déjà écrit et enregistré en 2009 avec d’autres chanteuses les musiques sur les poèmes Blanches, surtout et Mouvance. J’ai par la suite chanté cette dernière composition et il s’est vraiment passé quelque chose à ce moment-là qui nous a donné l’idée d’en faire un spectacle multimédia», souligne Suzie LeBlanc en entrevue avec l’Acadie Nouvelle.

Dès lors, la cantatrice et le compositeur ont effectué un véritable travail de mineurs. Ils ont creusé dans de nombreuses oeuvres poétiques pour en dénicher quelques perles que Jérôme Blais a par la suite mis en musique pour un quatuor faisant le pont, tout comme les poèmes, entre le passé et le présent, avec pour instruments une clarinette (jouée par Eileen Walsh), un violoncelle (Norm Adams), une guitare électrique (Jeff Torbert) et de percussions (D’Arcy Gray). Le duo de créateurs a également fait appel au cinéaste acadien Phil Comeau pour les projections vidéos, à Karen Trask pour la scénographie ainsi qu’à François Racine pour la mise en scène.

«Ce qui est étonnant, c’est que le choix des textes répondait à des thèmes qui nous interpellait Jérôme et moi, mais une histoire s’est tissée pendant que nous travaillions à la mise en scène avec François Racine. Ça nous a incité à faire quelques changements de poèmes, puis à en modifier l’ordre au fur et à mesure que le fil conducteur se précisait. C’est un type de création très exaltant», atteste la soprano native d’Edmundston.

Mouvance a été présenté en grande première le 4 janvier au Sir James Dunn Theatre de Halifax, dans le cadre du Open Waters Festival. Une première auréolée d’une salle comble dans laquelle se trouvait l’une des muses du spectacle, Herménégilde Chiasson, ainsi que quelques autres Acadiens. Le reste du public était composé de spectateurs unilingues anglophones ou anglo-francophiles, qui ont salué à l’unanimité le génie et la beauté de l’oeuvre scénique, à la lumière des nombreux commentaires écrits et vidéos publiés dans les médias sociaux.

La soprano acadienne Suzie LeBlanc présente le spectacle Mouvance samedi, à Montréal. – Gracieuseté

«L’ambiance était vraiment particulière ce soir-là. Les anglophones qui assistaient au spectacle étaient tous intéressés par l’histoire et la culture acadiennes. Même si certains d’entre eux ne comprenaient pas un mot de français, ils ont quand même pu en saisir l’essence et à aimer ça. Ça nous a prouvé à moi et à mes collègues que nous avions véritablement réussi notre coup», exprime Suzie LeBlanc dans un élan d’enthousiasme.

Selon elle, le succès du 4 janvier et la pertinence de Mouvance reposent sur le fait qu’au-delà de l’Histoire acadienne, au sens académique du terme, le spectacle dégage des thématiques universelles qui résonnent dans le monde d’aujourd’hui.

«Le thème de la mouvance est un leitmotiv très perceptible tout au long du spectacle. Le regard actuel des poètes acadiens va au-delà de l’Histoire et touche à des questions comme l’immigration, l’exil et notre rapport à l’autre, qui sont brûlants d’actualité. C’est pour ça, je crois, que Mouvance peut aller chercher un public de tous les horizons», estime la cantatrice.

Le spectacle sera présenté une deuxième fois, cette fois-ci à Montréal (Studio-théâtre Alfred-Laliberté de l’UQAM) ce samedi, à 19h30 (heure du Québec), dans le cadre du festival Montréal Nouvelles Musiques.

Des pourparlers sont également en cours avec les organisateurs du Congrès mondial acadien 2019 pour qu’il soit présenté à Moncton au cours de l’été.

«J’aimerais vraiment ça. Il faut que ce soit présenté à Moncton ou ailleurs en Acadie, pour des raisons évidentes. C’est un spectacle rassembleur dans lequel tout le monde peut y trouver son compte. J’aimerais bien le présenter à l’échelle internationale aussi. Je me croise les doigts pour la suite des choses», appuie Suzie LeBlanc.