Les lapins curieusement humains de Michel Thériault exposés à Bouctouche

En cravate, en soutien-gorge, à lunettes, en partisan du Canadien ou encore avec une tasse de café Tim Horton ou un cellulaire dans les mains, les lapins de Michel Thériault reflètent le monde dans lequel nous vivons. La galerie Marie-Hélène Allain du Centre culturel de Kent-Sud à Bouctouche propose au public de découvrir les plus récentes explorations picturales de cet artiste qui ne manque pas d’ironie et d’audace.

Artiste visuel et auteur-compositeur-interprète, Michel Thériault utilise l’ironie autant dans sa musique que dans ses peintures. Les œuvres visuelles du chanteur pop moutarde qui font souvent sourire ont à la fois une petite touche de piquant et de délicatesse. Après avoir peint des bonshommes pendant plusieurs années, l’artiste a glissé lentement vers le personnage du lapin qui est devenu un thème récurrent dans ses peintures. En dix ans, ses lapins ont évolué, passant d’une illustration simple aux allures de bande dessinée pour ensuite y ajouter de la texture et davantage de définitions. Des thèmes se sont alors développés. Ils sont différents les uns des autres.

«Au fur et à mesure, je les ai comme humanisés, autrement dit, je les ai habillés et j’ai développé des thèmes qui sont aussi un peu de l’ironie. Des fois, je les rends plus réalistes en développant la texture. Ç’a évolué. Mes vieux lapins avaient peut-être moins de textures et des fois, ils étaient juste debout sans rien, tandis qu’asteure, il y a toujours quelque chose d’humain là-dedans. J’ai fait aussi des lapins en peluche pour les enfants et c’est complètement autre chose», a expliqué Michel Thériault.

Il a poussé encore plus loin sa démarche en peignant un vieil homme à lunettes qui porte des oreilles artificielles de lapin sur sa tête. Une certaine forme d’étrangeté se dégage parfois de ses tableaux. Son inspiration lui vient surtout de ses observations sur le monde moderne.

«En observant notre société, je transpose nos habitudes humaines aux lapins. Je me choisis tout d’abord un lapin et ensuite je décide dans quel contexte je le mets», a poursuivi l’artiste établi depuis quelques mois à Shediac.

Une trentaine de tableaux

L’exposition à Bouctouche rassemblera une trentaine de tableaux dont une grande majorité de lapins. Quelques œuvres ont déjà été exposées à la Bibliothèque publique de Moncton cet automne, mais la plupart des pièces sont présentées au public pour la première fois.

En plus des lapins, il offrira aussi quelques œuvres qui explorent d’autres thématiques du quotidien comme l’hiver, les enfants, les bateaux et le chant choral. Le directeur de la Société culturelle Kent-Sud, Daniel Castonguay, souligne le caractère encore plus audacieux des œuvres de Michel Thériault.

«L’exposition Lapins et autres explorations témoigne du parcours de Michel Thériault, artiste peintre et nous révèle une signature plus précise et assumée (…). Les oeuvres nous interpellent, nous intriguent, sans que l’on saisisse vraiment pourquoi. Un voyage visuel émouvant», a exprimé Daniel Castonguay dans la présentation de l’exposition.

Les lapins de Michel Thériault ont un certain succès auprès du public et des collectionneurs. Certaines toiles provoquent des coups de coeur presque immédiats tandis que d’autres œuvres restent plus longtemps dans l’atelier de l’artiste.

Michel Thériault est heureux d’exposer dans cette belle galerie d’art de Bouctouche. Ses œuvres seront exposées pendant trois mois. Le vernissage de l’exposition Lapins et autres explorations se tient ce vendredi 1er mars dans le cadre d’un 5 à 7 à la galerie Marie-Hélène Allain. Les œuvres seront en montre jusqu’au 26 mai.