Un festival de chant choral est créé à Memramcook

Memramcook célébrera la tradition du chant choral avec le premier FestiChoeur d’Acadie qui rassemblera des choristes francophones du Nouveau-Brunswick, du Canada et de l’international. Ce sera aussi l’occasion d’offrir à nouveau le célèbre spectacle La vallée des possibles dans une nouvelle mouture qui aura encore plus d’ampleur.

Des représentants de la Société culturelle de la Vallée de Memramcook, de la municipalité, des passionnés de chant et des artisans du spectacle La vallée des possibles se sont réunis, jeudi, au Monument Lefebvre afin d’annoncer la création de ce nouveau festival qui deviendra un événement bisannuel. Il y a très longtemps qu’il n’y a pas eu un tel rassemblement autour du chant choral en Acadie. Les organisateurs espèrent accueillir plus de 200 choristes amateurs et professionnels pendant ces six jours d’activités du 19 au 24 août, en marge du Congrès mondial acadien.

«La Vallée de Memramcook vibrera en chœur avec les plus belles voix de la francophonie», a déclaré la présidente de la Société culturelle de la Vallée de Memramcook, Odette LeBlanc.

La Vallée de Memramcook compte sur une longue tradition de chant choral et les organisateurs comptent bien célébrer ce fleuron de la culture acadienne. Le FestiChoeur sera une occasion de partage, de perfectionnement et de découvertes pour les participants. Mona Chamberlain, qui chante dans des chorales depuis la tendre enfance, se réjouit de la tenue de ce nouveau festival. Celle qui est membre des chorales Louisbourg, Beauséjour et du chœur de La vallée des possibles estime qu’il s’agit d’un projet rassembleur.

«Je pense qu’il n’y aurait pas pu avoir plus belle initiative. Le fait que les choristes viennent d’un peu partout à Memramcook, le berceau de la civilisation acadienne, je trouve que c’est extraordinaire. C’est un projet très rassembleur comme le Père Lefebvre l’a été aussi. Avec le FestiChoeur, je pense qu’on va rayonner un peu partout et c’est tellement important aujourd’hui avec tout ce qui se passe ici et en Ontario pour la francophonie canadienne et internationale.»

«Il faut maintenir la tradition et de revenir avec un FestiChoeur, c’est très important parce qu’à l’école on chante moins maintenant et on veut que la jeune génération reprenne ça parce que ça fait partie de notre histoire et de notre culture», a affirmé Mona Chamberlain.

Les choristes pourront choisir une formule de six jours afin de se préparer pour le spectacle La vallée des possibles ou une formule de trois jours où ils pourront participer à différents ateliers. Monette Gould assurera la direction artistique du programme du FestiChoeur. Pour le public, le festival proposera des spectacles chaque soir pendant toute la durée de l’événement.

La vallée des possibles

Présentée en 2014 et 2015 devant plus de 4000 spectateurs, La vallée des possibles qui rend hommage à l’œuvre du père Camille Lefebvre sera à l’affiche du FestiChoeur, du 22 au 24 août. Cette œuvre d’envergure composée par Jean-François Mallet, sur un livret de Gracia Couturier et des chansons de Ginette Ahier, avec la complicité d’Allain Roy à la direction artistique, fera appel à une chorale d’une centaine de choristes du FestiChoeur d’Acadie. Ils profiteront du festival pour se préparer à chanter dans le spectacle.

«Ce sera sensiblement le même spectacle, mais avec le défi de préparer un chœur d’une centaine de personnes du Canada et d’ailleurs. Il y aura des auditions», a expliqué le compositeur Jean-François Mallet.

Quelques nouveaux interprètes s’ajouteront à la distribution. Le baryton Dion Mazerolle incarnera le père Lefebvre, succédant ainsi à Christian Kit Goguen, parti en Europe avec le Cirque du Soleil. Dans la peau du conteux, on retrouvera Éric Thériault; un rôle qui était tenu par le regretté Denis Richard. La distribution comprend aussi Marc Lamontagne, Lina Boudreau, Valmond Bourque, Selby Evans, Joseph Goodwin, Monette Gould, Justin Guignard, Mélanie LeBlanc et Ulric LeBlanc. Ils seront accompagnés de l’Orchestre Tutta Musica dirigé par Antonio Delgado qui comprendra un plus grand nombre de musiciens. En déménageant à l’Église Saint-Thomas, la production bénéficiera encore plus d’espace, pouvant ainsi donner davantage d’ampleur au spectacle. Le sénateur et homme de théâtre René Cormier signera la mise en scène.

«Je suis très contente qu’on reprenne le spectacle parce que je trouve que c’est une page d’histoire super importante. C’est la renaissance acadienne, le début de l’éducation postsecondaire donc c’est le moment où l’Acadie a pu s’affranchir. C’est là que l’Acadie est entrée dans une autre étape de sa croissance. Le travail a été de décortiquer tout ça et d’arriver à faire un livret qui avait une montée dramatique, mais qui racontait à travers les chansons que j’ai coécrites avec Ginette Ahier, cette histoire-là et l’implication de la communauté de Memramcook», a exprimé l’auteure Gracia Couturier.