L’héritage de Corinne Gallant est célébré au Liban

Pionnière du mouvement féministe en Acadie, Corinne Gallant figure parmi les cinq personnalités féminines de la planète qui sont honorées par l’Ambassade du Canada au Liban à l’occasion du mois de la Francophonie.

Professeure de philosophie et photographe, celle qui a été la vice-doyenne de la Faculté des arts de l’Université de Moncton a œuvré toute sa vie pour la cause et l’avancement des femmes. Corinne Gallant est décédée le 24 juillet 2018 à l’âge de 96 ans. L’Ambassade du Canada à Beyrouth au Liban en partenariat avec l’Association Assabil a choisi de célébrer l’héritage et les réalisations de cinq femmes qui se sont illustrées dans l’histoire de la lutte pour les droits de la personne.

Mme Gallant se retrouve en très bonne compagnie, aux côtés notamment de la célèbre écrivaine, philosophe existentialiste et activiste politique française, Simone de Beauvoir, et la journaliste québécoise Judith Jasmin.

Simone LeBlanc-Rainville a écrit la biographie de Corinne Gallant qui est parue en 2012. Des exemplaires du livre seront envoyés à l’Ambassade canadienne à Beyrouth.

«Je suis très flattée. Je trouve que c’est merveilleux pour Corinne Gallant. Il me semble que ça la remet au goût du jour», a déclaré sa biographe.

Celle-ci estime qu’il s’agit d’un honneur extraordinaire pour l’Acadienne de Moncton qui se retrouve parmi cinq grandes femmes ayant œuvré dans différentes sphères de la société comme écrivaine, professeure, journaliste ou encore avocate. Elles ont toutes travaillé pour l’avancement des femmes.

«Corinne Gallant avait étudié Simone de Beauvoir et je trouve ça incroyable qu’elle soit honorée en même temps. C’était la base de son féminisme. Ce n’était pas une révolte contre les hommes, c’était pour des principes philosophiques. Elle-même était une femme privilégiée, elle n’avait pas beaucoup souffert du machisme», a expliqué Simone LeBlanc-Rainville.

Parmi ses principales réalisations, Mme Gallant a offert les premiers cours de philosophie sur le féminisme à l’Université de Moncton. L’ambassadrice du Liban Emmanuelle Lamoureux a même été une de ses étudiantes. Elle a mené un travail de terrain et de fond pour les droits des femmes, sans nécessairement chercher à se retrouver sur la place publique.

«En donnant des cours de philosophie sur le féminisme, elle a comme semé des graines et ces femmes-là sont devenues des féministes et il y avait des hommes aussi.»

Intellectuelle engagée, elle a contribué à la naissance de plusieurs organismes et présidé l’Institut canadien de recherche sur l’avancement des femmes. Elle a participé à plusieurs manifestations, notamment lorsque le conseil consultatif sur la condition de la femme du Nouveau-Brunswick a été aboli en 2011. Sur la scène culturelle, elle a été active comme photographe et a reçu des prix pour ses œuvres. Elle a pris part, entre autres, à la mise sur pied du Festival international du cinéma francophone en Acadie. «C’était une passionnée des arts, de la culture et du cinéma depuis très jeune.»

La cinéaste de Grande-Digue, Ginette Pellerin, l’a bien connue. D’abord, elle a été son étudiante en philosophie. Elle salue l’hommage qui lui sera rendu au Liban. C’est grandement mérité, considère la cinéaste.

«C’était quelqu’un qui était toujours en train de nourrir son esprit. Quand j’allais la voir, la première chose qu’elle me demandait c’était ce que j’étais en train de lire. Elle était vraiment curieuse, intéressée et passionnée par les choses de la vie et les connaissances.»

La poète et rédactrice Doria Shafik d’Égypte et l’avocate libanaise Laure Moghaizel sont les deux autres personnalités qui seront honorées. Dans le cadre de ces célébrations, des structures d’affichage élaborées par des groupes d’écoliers et dépeignant en trois langues les héroïnes sélectionnées seront installées dans diverses places publiques à Beyrouth. Parallèlement, un travail d’encadrement pour ces élèves sera fait par un animateur dans les trois bibliothèques publiques de Beyrouth et sera couronné par une rencontre-débat autour du rôle et du statut de la femme dans la société orientale.