Jérémie Carrier, un vibraphoniste en pleine ascension

Un véritable feu anime le percussionniste et compositeur Jérémie Carrier qui commence à se tailler une place importante sur la scène classique et jazz au Québec. Avec deux albums son actif, le Dieppois s’apprête à enregistrer un premier disque avec son trio jazz Pulsart qui va au-delà des frontières de styles.

Les projets ne manquent pas pour Jérémie Carrier qui a entrepris des études doctorales en percussion jazz à l’Université Laval à Québec. Ce diplômé de l’université de Moncton a composé une trentaine d’oeuvres pour percussion au cours des dernières années en plus d’avoir enregistré deux albums qui combine percussion, musique électronique et jazz, dont le plus récent, Solstice. C’est d’ailleurs sur ce disque que l’on retrouve la pièce Incandescence qui sera interprétée par l’Ensemble de percussion de l’Université de Moncton lors de son concert annuel. Cette œuvre qui débute par une petite flamme monte en intensité jusqu’à atteindre une chaleur incandescente. Il a réussi à faire publier la partition de la pièce de façon professionnelle par une compagnie américaine qui distribue partout aux États-Unis. Lorsque Michel Deschênes lui a demandé de jouer cette oeuvre, le compositeur s’est senti particulièrement flatté.

«C’est quelque chose de grand pour moi parce que j’ai joué avec l’ensemble de percussion pendant cinq ans. Avant ça, j’allais voir leurs spectacles. C’est toujours impressionnant de voir le montage d’un gros show et là en plus, Michel Deschênes va jouer une de mes pièces avec son ensemble. Il met toujours l’effort pour que le travail de scène soit bien fait. C’est dommage que je ne puisse pas être là, mais je sais qu’ils vont faire une bonne job», a exprimé le vibraphoniste qui rêve un jour de revenir dans la région de Moncton pour enseigner les percussions au niveau universitaire.

Lorsque l’Acadie Nouvelle l’a rejoint à Québec, il était en route vers le studio pour enregistrer un premier album avec son trio Pulsart. À première vue, réunir un vibraphone, un orgue et une batterie peut sembler étonnant et éclectique, mais le percussionniste assure que cela s’agence merveilleusement bien. Instrument de choix de Jérémie Carrier, le vibraphone comporte une belle musicalité.

«C’est un bel instrument et parmi les percussions à clavier, c’est le plus portable.»

En plus de jouer avec son trio, le vibraphoniste enseigne au privé ainsi que dans les écoles primaires et secondaires tout en poursuivant ses projets solos en musique classique et jazz. Depuis qu’il a entrepris sa carrière professionnelle, il est satisfait, même si sa trajectoire a pris un tournant inattendu. Si la carrière de musicien peut parfois être incertaine, il estime qu’avec de la motivation et de l’initiative, c’est possible de créer ses propres projets.

«Je m’étais imaginé un peu dans l’univers classique, mais finalement, je me suis retrouvé dans l’univers jazz et électronique. Ce sont des choses qui sont plus près de mes intérêts», a-t-il ajouté.