Deux cents coussins hookés pour les 200 ans de l’Église historique de Barachois

Transformée en centre culturel, l’Église historique de Barachois aura bientôt 200 ans. Pour souligner le bicentenaire de cet édifice patrimonial qui sera célébré en 2026, les responsables ont invité des hookeuses de par le monde à créer des coussins aux couleurs de leur coin de pays en vue d’une exposition permanente. Leur objectif est d’atteindre le chiffre magique de 200.

Rares sont les édifices en Acadie qui sont encore debout après deux siècles. Cette petite église de la côte acadienne, construite en 1826, a été sauvée de la démolition au début des années 1980. Abritant un musée, une galerie d’art et une salle de concert, l’Église historique de Barachois est devenue au fil des années un lieu culturel incontournable.

Le bénévole à l’Église historique de Barachois et photographe amateur, Rémi Lévesque, a eu envie de faire connaître le lieu aux nombreux visiteurs qui participeront au Congrès mondial acadien en août.

«Il faut la faire connaître parce qu’il y a très peu de gens qui savent que l’église est construite depuis près de 200 ans. Ça fait vraiment partie du patrimoine acadien parce que les édifices de 200 ans en Acadie, ça ne court pas les chemins.»

Une tradition populaire s’est développée à l’église historique pendant les concerts de l’Été musical. Les spectateurs apportent des coussins pour les laisser sur les bancs, qui bien que jolis, n’offrent pas nécessairement le meilleur confort. En photographiant l’intérieur de l’église avec tous les coussins, Rémi Lévesque, un passionné de hookage, a eu l’idée lumineuse de monter une exposition de coussins hookés pour le Congrès mondial acadien et les 200 ans de l’église. Au départ, il songeait peut-être à 50 coussins, mais rapidement l’idée s’est propagée et le projet a pris de l’ampleur. Ainsi l’objectif de 200 coussins s’est imposé pour souligner le bicentenaire de l’église. Les Hookeuses du Bor’de’lo dans le sud-est du Nouveau-Brunswick et les hookeuses de l’Île-du-Prince-Édouard ont embarqué dans l’aventure.

«Les Hookeuses du Bor’de’lo ont eu plusieurs expositions à l’église de Barachois alors nous avons vraiment un attachement à cet édifice historique», a exprimé Line Godbout des Hookeuses du Bor’de’lo.

Celle-ci a réalisé un coussin qui représente un bateau de pêche. Elle confie que la réalisation d’un coussin représente un certain défi puisqu’il faut l’assembler, une fois le hookage complété. Les Hookeuses ont offert aussi de coudre les étiquettes qui identifieront chaque œuvre. Également membre du groupe des hookeuses, Rémi Lévesque précise que la confection des oeuvres peut nécessiter au moins une quarantaine d’heures. Les dimensions varient de 30 cm de profondeur (le banc) à 50 cm de large. L’église a reçu à ce jour 130 coussins et les artistes ont jusqu’à la fin avril pour envoyer leurs œuvres. Les responsables du projet ont été surpris de l’engouement suscité par ce projet. L’exposition rassemblera des pièces de toutes les provinces canadiennes, des trois territoires, de plusieurs états américains ainsi que de l’Europe et même des Émirats arabes unis.

«Les gens n’ont aucune idée de la beauté que va être cette collection. J’en reçois deux ou trois tous les jours et j’en ai même reçu de l’Écosse et de l’Angleterre. Beaucoup de ces coussins sont hookés par des hookeuses certifiées. Elles enseignent dans des écoles de hookage. C’est absolument incroyable le travail de création et d’artisanat», raconte-t-il avec enthousiasme.

Quelques oeuvres qui feront partie de l’exposition 200 coussins hookés pour mon 200e. – Gracieuseté: Rémi Lévesque

Intitulée 200 coussins hookés pour mon 200e, l’exposition sera accompagnée d’un catalogue qui rassemblera des photos des œuvres, des descriptifs et les noms des artistes et de leur provenance. Le vernissage se tiendra le 18 août pendant le CMA. Par la suite, la collection sera présentée à l’Île-du-Prince-Édouard du 8 au 15 septembre. Les coussins seront ensuite rapatriés à l’Église historique de Barachois pour y être exposés en permanence.

Projet à la Place Resurgo

Les Hookeuses du Bor’de’lo qui compte une vingtaine de membres ont un deuxième projet d’exposition en création en vue du CMA. Intitulé Comment prendre soin de son jardin intérieur, cette nouvelle collection de tapis hookés du collectif offre beaucoup de place à l’imagination et la créativité de chacune des artistes, souligne Line Godbout. Des tapis et des sculptures en hookage feront partie de cette exposition qui sera présentée à la Place Resurgo à Moncton à compter du 1er mai. Chaque hookeuse doit créer trois pièces. Le vernissage de l’exposition se tiendra pendant le CMA au mois d’août.