Gregory Charles: déjà plus de 12 000 moments d’émotion

Pour Gregory Charles, la musique, c’est avant tout une expérience silencieuse. Cette affirmation peut sembler sonner faux à première vue, mais il poursuit: «la musique ouvre la porte à un univers puissant, à de grands moments d’émotion intérieure; telle musique vous fera penser à votre première rencontre amoureuse ou à votre première rupture, ou encore à un être cher en vie ou décédé. Du coup, ça nous force au silence et ça crée pleins de remous en nous. Il n’y a que la musique qui peut faire ça».

Plus que toute autre forme d’art ou d’outil d’expression, la musique a en cela quelque chose d’universel, de fédérant, foi du même Gregory. Et en plus ou moins large comité, elle peut générer la fête et l’unité, quand tous connaissent une pièce et la fredonnent ensemble.

C’est un peu avec ces prémisses en tête que Gregory Charles a bâti son spectacle Sur demande, avec lequel il roule depuis environ deux ans. Il avait d’ailleurs fait un tabac à Moncton, en novembre 2017, en présentant son spectacle à guichet fermé au Théâtre Capitol. D’où la raison de ce passage dans la même ville et le même théâtre vendredi et samedi.

«Je suis accompagné d’excellents musiciens et nous nous parlons par signes afin que nous allions dans la même direction», souligne Gregory Charles au cours d’un entretien téléphonique avec l’Acadie Nouvelle.

De tout le spectacle, c’est la seule – et très mince – portion qui est contrôlée. Le reste, c’est le public qui en décide, notamment de tout le programme pour la soirée, chaque spectateur étant invité à remplir un coupon sur lequel il inscrit sa demande spéciale. Le chanteur et idéateur du spectacle en pigera plusieurs pour un deux heures de spectacles bien remplies.

«Je vois un peu ça comme une version très sophistiquée d’un band de mariages; tu sais, quand le mononcle demande sa chanson et une des demoiselles d’honneur la sienne, de style complètement différent, que les musiciens jouent sans que ça paraisse difficile», illustre Gregory Charles qui trouve la formule de Sur demande très intéressante, quoique toujours un peu périlleuse.

«Je te dirais que sur 12 000 chansons jouées jusqu’à maintenant, il y en a 41 que nous ne savions pas du tout. C’est quand même une bonne moyenne», relate-t-il avec enthousiasme.

Sa réputation n’est plus à faire: Gregory Charles est un véritable jukebox vivant. Dire qu’il aime la musique est un euphémisme retentissant tellement sa passion le dépasse et le nourrit depuis qu’il est tout petit, appuie-t-il avec émotion.

«J’ai grandi dans la musique et j’ai toujours voulu toute l’assimiler. J’ai appris rapidement de nombreuses pièces et c’est une véritable partie de plaisir pour moi de le faire. Mon spectacle donne lieu à beaucoup de spontanéité et mon but premier, c’est de faire plaisir aux gens», affirme ce sympathique verbomoteur pédagogue qui connaît également quelques anecdotes sur plusieurs chansons.

«D’ailleurs, si certaines personnes ont la chance de venir vendredi et samedi soir, elles assisteront à deux spectacles complètement différents», signale le chanteur-musicien québécois.

Gregory Charles éprouve lui aussi un grand plaisir à ainsi improviser sur scène. Et chaque fois que le public s’unit d’une seule voix le temps d’une chanson, il en frissonne, grand amateur de choeurs qu’il est et pour qui il n’y aura jamais assez de grande chorale au monde.

«D’ailleurs, c’est drôle qu’on parle de ça, mais depuis peu de temps, j’ai créé un choeur virtuel par le biais de mon académie en ligne (l’Académie Gregory). Il y a des centaines, voire des milliers de personnes qui s’y sont joint et nous allons éventuellement organiser un spectacle sur scène, au cours des prochains mois», nous annonce Gregory Charles.

Avec son académie sur le web l’artiste offre également des cours de piano et de guitare pour tous les niveaux et à raison d’une leçon de dix minutes par jour, à coût raisonnable. Plus de 10 000 personnes de partout à travers le monde s’y sont inscrite depuis son ouverture il y a bientôt deux ans.

«J’ai d’ailleurs plusieurs élèves de Moncton, de Kedgwick, de Caraquet et de Saint-Quentin entre autres. Mais jamais au grand jamais je ne pensais que mon académie aurait autant de succès!», exprime Gregory Charles d’un ton convaincu.

Ses deux spectacles de vendredi et samedi au Théâtre Capitol de Moncton auront lieu à 20h.