El Fuego: une histoire de musique et d’amitié qui a 20 ans

El Fuego, ça vous dit quelque chose? Après une dizaine d’années d’absence, ce groupe phare de jazz latin de Moncton, du début des années 2000, fait un retour sur scène le temps d’un spectacle pour célébrer ses 20 ans.

El Fuego ce sont neuf musiciens chevronnés, dont quatre percussionnistes: Chris Mersereau, Stéphane Basque, Denis Hachey et Glen Deveau. En 1999, lorsqu’ils ont fondé El Fuego, c’était dans le but de pouvoir jouer ensemble dans un groupe. Le jazz latin s’est alors imposé.

«Dans toute la musique rock, pop ou traditionnelle, il n’y a qu’un batteur et parfois un autre percussionniste. Dans le genre de musique d’El Fuego, les percussions sont très présentes», a affirmé le Glen Deveau qui joue aussi avec la Virée et les Improbables.

À ses débuts, El Fuego comptait sept membres, tous des amis qui étudiaient en musique à l’Université de Moncton. Plus tard, le saxophoniste Brian Coughlan et le trompettiste Roland Bourgeois ont rejoint la formation. Ils ont commencé par réinterpréter des standards du jazz latin et du répertoire cubain.

«Ç’a été un gros apprentissage pour tout le groupe d’apprendre cette musique parce qu’il n’y avait pas d’experts de cette musique à Moncton. D’abord, c’étaient des standards du jazz latin et du répertoire de la musique cubaine qu’on a appris ensemble. Par après, quand on se sentait plus confortable dans le style, on a composé de la musique dans le style. François Émond a composé la première pièce pour le premier disque. Le deuxième disque regroupe toutes des compositions des membres du groupe», a raconté Glen Deveau.

Le pianiste et multi-instrumentiste Jesse Mea qui a aussi fait partie de la première mouture d’El Fuego confie qu’il a grandi en écoutant de la musique latine. Son père qui adorait danser collectionnait les vinyles de cette musique.

«Je n’avais pas eu la chance de jouer cette musique-là, mais quand mon père était jeune, tout ce qu’il achetait comme disque, il fallait qu’il soit capable de danser dessus.»

Il se souvient bien de la première pratique d’El Fuego. La magie a passé immédiatement, confie-t-il. Très actif de 1999 à environ 2008, la formation a fait paraître un mini disque en 2001 et un album complet en 2003. Pendant quelques années, ils ont présenté plusieurs spectacles et effectué des tournées de festivals en Ontario, dans les Maritimes et au Québec, dont l’incontournable Festival international de jazz de Montréal. Le grand défi était d’organiser des tournées en fonction des horaires de chacun, surtout avec neuf musiciens dont le carnet de travail commençait à se remplir de plus en plus. Ils ont donc dû cesser leurs activités autour de 2008.

L’énergie retrouvée

À ce jour, El Fuego figure encore parmi les seuls groupes en Acadie à se spécialiser dans le jazz latin. Des formations plus réduites sont issues d’El Fuego, mais réunir les neuf musiciens sur une scène, cela ne s’est pas fait depuis longtemps. C’est le directeur des affaires culturelles de l’Association régionale de la communauté francophone de Saint-Jean, Rodney Doucet, qui les a invités à se réunir à nouveau dans le cadre d’un événement multiculturel au Centre scolaire Samuel-de-Champlain qui a eu lieu en fin de semaine dernière. Le groupe a décidé d’ajouter un deuxième spectacle à son agenda. Il sera donc à la Salle Bernard-LeBlanc du Centre culturel Aberdeen à Moncton, ce samedi (23 mars) à 20h.

«Tout le monde a fait des pieds et des mains pour se rendre disponible pour les pratiques et les spectacles», a mentionné Glen Deveau.

En 20 ans, les musiciens qui ne se sont jamais perdus de vue ont acquis de la maturité et beaucoup d’expérience. Leurs parcours se sont souvent croisés. En salle de répétition, la magie est rapidement revenue, mentionne Jesse Mea. Ce sont neuf grands amis qui ont toujours continué à faire de la musique.

«Il y a la même énergie, mais plus posée. Ce sera une soirée de bonne humeur et de danse», soulève Glen Deveau.

Le groupe n’a pas d’autres concerts dans un avenir rapproché. C’est déjà beau d’avoir réussi à réunir tous ces musiciens pour deux spectacles.

«On souhaite que samedi ce soit comme un éclair qui descend et qui affecte tout le monde», a ajouté Jesse Mea.

Steven Haché et François Émond font également partie du groupe El Fuego.