L’aventure de La Voix: un rêve devenu réalité pour Jacques Comeau

Avec son laissez-passer en main pour poursuivre l’aventure de La Voix, Jacques Comeau estime qu’il est la preuve qu’il ne faut jamais abandonner ses rêves, et ce, peu importe l’âge.

Au lendemain de la diffusion de la dernière ronde des Duels de La Voix, Jacques Comeau flottait sur un nuage.

«Je suis en train de vivre un rêve!», a déclaré le Dieppois de 41 ans en entrevue à l’Acadie Nouvelle.

Pendant plus de 20 ans, l’Acadien a travaillé d’arrache-pied pour se démarquer et faire sa place dans le domaine de la musique. Même après toutes ces années, la reconnaissance n’était jamais gagnée d’avance.

Ce musicien et père de famille qui avait décidé de mettre sa carrière personnelle un peu en veilleuse pour appuyer sa fille Josiane qui a choisi de suivre ses traces est de nouveau projeté à l’avant-scène.

«C’est comme si l’univers m’envoyait un mot en voulant me dire qu’il n’y a pas de bon ou de mauvais temps, il faut juste continuer notre passion. Si ce n’était pas de ma fille, je ne serais pas là. C’est elle qui a vécu toutes les étapes des préauditions. Je suis gâté comme papa.»

C’est peut-être le morceau du casse-tête qui lui manquait pour relancer sa carrière et pousser encore plus loin ses rêves de musicien, estime-t-il.

«J’arrive à La Voix et boom, en deux shows, les gens me reconnaissent et veulent me jaser. Aller faire une émission à la télé comme ça, comparativement à 20 belles années de musique, c’est énorme le coup de pouce que ça peut donner à une carrière, même si je sais que rien ne vaut l’expérience», a-t-il poursuivi.

En famille

Jacques Comeau souligne qu’ils vivent l’aventure tous en famille et l’ambiance est très spéciale à la maison. Avec de nombreux allers et retours entre Dieppe et Montréal, le chanteur considère qu’il faut à la fois chanter pour les gens qui écoutent et s’écouter intérieurement. Il confie que le stress a été très grand lorsqu’il est monté sur le plateau de l’émission pour chanter en duo avec Allyson Daviau.

«Je ne pensais pas vivre autant de stress et de trac. Il y avait la peur d’avoir une perte de mémoire, de ne pas livrer la toune comme elle devrait être. On ne veut vraiment pas manquer notre coup parce qu’on a une seule chance. Le vivre et le voir à la télé ce sont deux choses complètement différentes.»

Quand son coach Éric Lapointe a annoncé son choix, Jacques Comeau confie qu’il a vécu une montagne d’émotions.

«On chante toute une vie, on se juge tout le temps intérieurement et on se demande si c’est vraiment notre place. Après avoir chanté une chanson bien calme et qu’Éric décide de me garder pour le reste de l’aventure, c’est un rêve qui devient réalité et qui répond à beaucoup de questionnements. C’est tout un cadeau et je ne veux rien tenir pour acquis.»

Sortir de sa zone de confort

Jamais au grand jamais, il ne pensait chanter une pièce de Francis Cabrel. Ce fut l’étonnement quand Éric Lapointe lui a proposé L’encre de tes yeux. Une grande chanson écrite par un chanteur de renom.

«J’étais surpris sur le coup. J’adore Francis Cabrel, mais jamais je ne me serais attaqué à une chanson de Cabrel. J’ai tout le temps fait de la musique pour que les gens dansent et valsent. La musique de Francis Cabrel, c’est plus pour écouter. J’avais demandé à Éric de me sortir de ma zone confort et il m’a vraiment écouté.»

Il a vécu un moment de fragilité avec sa partenaire Allyson Daviau lors du duel puisqu’il pensait à sa fille qui était d’ailleurs dans la salle à le regarder avec émotion.

La prochaine étape de La Voix sera les Chants de bataille. On ne sait pas encore si Jacques Comeau sera appelé à participer aux Chants de bataille ou s’il passera directement aux émissions en direct.