Paul Daraîche: portrait d’un artiste de coeur et de famille

Après avoir traversé une période difficile sur le plan de la santé cet hiver, Paul Daraîche est de nouveau en pleine forme pour offrir une série de concerts. L’appel de la route est plus fort que tout, confie le chanteur country natif de la Gaspésie qui a développé un lien particulier avec l’Acadie.

Le 20 décembre dernier, Paul Daraîche subissait une importante chirurgie cardiaque. Après deux mois et demi de convalescence, il a repris le métier comme avant.

«J’ai commencé mes spectacles et je suis en pleine forme. Ç’a bien été. C’est une superbe réussite l’opération (…). C’est sûr que j’ai eu peur de rester là, peur de perdre mes enfants, ma femme, ma famille, mes fans, mes amis, mes tournées, mon spectacle et ma gang de musiciens. Je suis passé au travers, je suis en pleine forme et je continue exactement ce que je faisais avant avec autant de spectacles par années», soutient l’artiste septuagénaire.

Après 54 ans de carrière musicale, il donne encore entre 60 et 65 spectacles par année. Le sentiment qu’il ressent en tournée est difficile à exprimer. Une fois qu’on a la piqûre, on ne peut plus s’en débarrasser.

«Quand on décolle pour s’en aller en tournée, c’est comme le monde qui s’organise pour aller en vacances. Ils ont deux semaines de vacances et ils sont fous raides. Nous autres, c’est comme ça chaque fois.»

Celui qui donnera trois spectacles au Nouveau-Brunswick est heureux de retrouver le public acadien. Il y a longtemps qu’il n’est pas venu en Acadie pour présenter des concerts.

«J’ai chanté là avec ma famille pendant au moins 35 ans. J’ai été aussi souvent en Acadie qu’en Gaspésie. J’ai fait toute l’Acadie et j’ai plein d’amis et je connais plein de monde. J’ai beaucoup de bons souvenirs et je suis très heureux d’y retourner.»

Quand il est sur la route, il est loin d’être seul. Il voyage avec ses propres techniciens, sept musiciens et deux de ses enfants qui chantent avec lui. Pour Paul Daraîche, la famille c’est important. Sur son nouvel album, Ma maison favorite, il chante avec ses enfants.

«C’est mon 30e disque. Ça fait un bout que je rêvais à ça parce que ça fait un petit bout que mes enfants chantent avec moi. Je les ai sentis prêts à faire un album avec des tounes neuves spécialement écrites pour eux.»

L’auteur-compositeur-interprète estime que ce nouvel album reflète bien son parcours musical. Des chansons qui parlent des amours de sa vie; c’est-à-dire essentiellement sa famille.

«C’est mon parcours et ça décrit bien où on est rendu aujourd’hui dans notre histoire musicale. Je suis toujours avec la même femme depuis 30 ans. J’ai une belle chanson pour elle que j’ai écrite. J’ai aussi une chanson sur quelque chose qui me tient à coeur, c’est-à-dire le suicide chez les jeunes. À 20 ans, je n’entendais jamais parler de ça. Aujourd’hui, on dirait que les jeunes ont perdu le sens du rêve alors j’ai une chanson qui s’appelle Qu’est-ce qui t’a pris.»

Redonner ses lettres de noblesse au country

Si la route n’a pas toujours été facile et qu’à une certaine époque, le country était ignoré par une partie de l’élite culturelle, Paul Daraîche n’a jamais perdu le feu sacré. Il a travaillé très fort pour que cette musique soit prise au sérieux.

À ses débuts, il oeuvrait davantage dans la grande chanson française. C’est en réalisant les albums de sa sœur Julie Daraîche et des frères Duguay qu’il a commencé à côtoyer le monde du country, un univers qu’il qualifie de vrai et authentique.

«Nous avons travaillé fort parce que je me rappelle au début, le monde ne prenait pas les chanteurs country au sérieux. Il n’y avait pas de budget, pas de moyen donc la qualité des albums était médiocres. Il y avait des bons compositeurs, mais moi j’entendais plein d’autres accords et de beaux arrangements qu’ils ne faisaient pas et j’ai compris qu’ils n’avaient pas de budget et le temps de le faire», a raconté le chanteur.

Aujourd’hui, la musique country figure parmi les meilleurs vendeurs de disques. Avec le temps, les chanteurs populaires ont commencé à s’intéresser au country et il n’est pas rare de les voir de temps en temps faire une incursion dans ce style. Pour sa part, Paul Daraîche entend continuer de chanter tant qu’il aura la forme pour le faire. Une fois qu’il aura tiré sa révérence, il peut compter sur ses enfants pour reprendre le flambeau puisqu’il leur a transmis sa passion.

Le chanteur sera en spectacle au Théâtre Capitol à Moncton, le 4 avril, au Carrefour Beausoleil à Miramichi, le 5 avril et au Palais centre-ville à Saint-Quentin, le 6 avril.