La Corde au cou: une comédie touchante

Les amours de jeunesse, la camaraderie, les relations humaines et les quiproquos s’entremêlent dans la nouvelle production des étudiants en art dramatique, La Corde au cou, de Fanny Britt. Cette œuvre, incarnée par cinq jeunes comédiens en devenir, dirigée et mise en scène par la professeure Karène Chiasson, est présentée au Studio-théâtre La Grange, du 12 au 16 avril.

Pour terminer l’année universitaire en beauté, le groupe de finissants et d’étudiants de troisième année au département d’art dramatique de l’Université de Moncton a choisi une comédie dramatique. L’auteure québécoise Fanny Britt, qui a signé une douzaine de pièces de théâtre, des essais, un album jeunesse eainsi qu’un roman, est reconnue pour son écriture vive et alerte qui se rapproche un peu du cinéma.

Karène Chiasson a été séduite par la profondeur des personnages.

«J’ai trouvé qu’on pouvait travailler l’authenticité et la vérité. Même s’ils sont un petit peu plus vieux, ce sont des personnages qui se rapprochent beaucoup de chacun des acteurs. Les personnages de Fanny Britt sont toujours tellement bien étoffés», a-t-elle exprimé.

Celle qui enseigne le jeu d’acteur depuis une quinzaine d’années dirige pour la première fois une production complète avec un groupe de finissants. La création, la collaboration, la recherche de l’émotion et la construction du personnage ont été au coeur de son travail avec le groupe d’étudiants. Au lieu de mémoriser leur texte à l’avance, elle les a invités à l’apprendre en le jouant. Une approche que le finissant Alex Marcoux d’Edmundston a particulièrement appréciée. Le texte lui est venu presque naturellement pendant les répétitions.

La Corde au cou raconte l’histoire du mariage de Julie et de Sylvain. Les trois amies d’adolescence: Marie qui est mariée avec trois enfants, Julie à la veille de son mariage et Sissi, célibataire, se retrouvent au chalet familial de Julie pour son mariage. Le jeune marié Sylvain et son cousin François seront aussi du groupe. Peu à peu, l’histoire de chacun se révélera et des amours de jeunesse referont surface. Comme le mentionne l’étudiante en troisième année Cassidy Gaudet (Sissi), de Shediac, on assiste à plusieurs allers et retours dans le passé.

«On voit ce qui passe dans le passé pour arriver au présent.»

L’action se déroule dans un décor épuré qui évoque l’extérieur d’un chalet: une façade, un quai, un petit coin secret et un écran en fond de scène pour les projections.

«Proches de nous»

Alex Marcoux qu’on a vu, entre autres, dans la série Web Les Hommes en suits est heureux de terminer ses quatre années d’études avec cette production. C’est assez différent des deux autres pièces qu’il a jouées.

«Ce sont tous des personnages qui sont proches de nous. Ce qui est un défi comparativement aux deux autres productions qui étaient plus loin de moi. Il est plus vieux, mais dans l’énergie, il est plus proche de moi», a commenté Alex Marcoux qui joue le rôle de François, le cousin du futur marié.

Cassidy Gaudet a beaucoup de plaisir à jouer son personnage.

«Sissi est un peu différente. Elle a une personnalité spéciale, un peu névrosée et j’adore jouer ce personnage. C’est la première fois que je fais une pièce au complet avec un personnage. C’est le fun de pouvoir aller à fond avec un personnage.»

Selon Karène Chiasson, le grand défi de cette pièce est de rechercher la vérité et de garder le rythme et travailler l’authenticité des personnages.

«En Acadie, on joue beaucoup de comédies et c’est vraiment une question de rythme. C’est une pièce touchante.»

Jessica Guimond, Élise Choquette et Samuel Landry complètent la distribution de la pièce.

La Corde au cou sera présentée du 12 au 16 avril, à 20h, au Studio-Théâtre La Grange sur le campus de Moncton.