CinéRelève: place au cinéma étudiant à Shediac

Avec un nombre record de films et une programmation étoffée, le Festival CinéRelève à Shediac, du 24 au 28 avril, propose d’aller à la rencontre d’oeuvres signées par de jeunes passionnés de cinéma de l’Acadie et du Québec.

La programmation du 6e Festival CinéRelève compte 36 films réalisés par des élèves du primaire et du secondaire ainsi que par des étudiants de niveau collégial et universitaire.

Ils ont été réalisés par des classes, des écoles ou encore des groupes d’amis.

Le directeur de ce festival provincial de film étudiant, Jean-Pierre Desmarais, précise qu’il a reçu 41 courts et moyens métrages cette année.

De ce nombre, il a sélectionné presque toutes les œuvres, sauf celles qui ne sont pas appropriées pour un festival de film étudiant.

Le but de ce festival est d’encourager la relève et de favoriser des projets cinématographiques chez les jeunes Néo-Brunswickois. La programmation compte 44% de films du Nouveau-Brunswick.

Plusieurs écoles de la région du Sud-Est ont fait parvenir des films. Si l’intérêt pour le festival grandit, il reste que pour la première fois, les écoles des deux districts scolaires francophones du Nord n’ont pas soumis de projet, ce qui désole le directeur.

Les organisateurs souhaiteraient que la majorité des œuvres soient du Nouveau-Brunswick. Des efforts devront être faits pour atteindre cet objectif, a soulevé Jean-Pierre Desmarais.

«Il va falloir aller rencontrer les autorités de ces deux districts pour les convaincre de nous envoyer des films. Cela n’a juste pas de bon sens qu’on ait rien reçu d’eux cette année. On est un festival provincial.»

Une programmation variée

La programmation du festival est variée avec des films d’animation, de science-fiction, d’horreur, des documentaires, des drames, des vidéoclips, des films historiques, des comédies et des œuvres plus expérimentales.

Au moins trois films traitent des réalités LGBTQ+, a fait savoir M. Desmarais.

Une session sera consacrée aux documentaires avec cinq œuvres réalisées par des étudiants de niveau collégial et universitaire. Ces films abordent des thématiques comme l’itinérance, les athlètes d’élite, les réseaux sociaux, la passion du cinéma et le troisième âge.

Une série d’ateliers est également au menu du festival, dont un avec le pianiste Richard Boulanger sur la musique classique au cinéma.

C’est d’ailleurs un peu le thème du festival puisque lors de la soirée d’ouverture le 25 avril, l’orchestre Sistema offrira une prestation.

La cinéaste Ginette Pellerin, l’auteur-compositeur-interprète et cinéaste Daniel Léger ainsi que le producteur et musicien Martin Goguen offriront aussi des ateliers.

Le festival aura lieu à l’Auditorium de la polyvalente Louis-J.-Robichaud (LJR), à l’exception de la soirée du mercredi 24 avril qui se déroulera au Centre multifonctionnel de Shediac.

Les activités sont gratuites et ouvertes au grand public. Les organisateurs espèrent aussi accueillir plusieurs jeunes réalisateurs.

«Nous les contactons et nous les encourageons fortement à venir passer du temps avec nous et à participer aux ateliers», a ajouté le directeur.

Selon lui, l’impact de CinéRelève se fait déjà ressentir dans le milieu de l’éducation. Des jeunes et leurs enseignants préparent des projets chaque année pour les présenter au festival.

Un studio professionnel

De concert avec la polyvalente LJR, les responsables de CinéRelève travaillent à la mise en place d’un Centre d’excellence en arts médiatiques et d’un studio fond vert. Ce studio de niveau professionnel aura pour mission d’accompagner, d’appuyer et de structurer les apprentis cinéastes dans le développement et la réalisation de leurs œuvres.

«De cette façon, on va pouvoir donner de la formation à l’année et ce sera disponible à toute la communauté artistique de la province», a indiqué Jean-Pierre Desmarais.

Le Centre d’excellence devrait voir le jour en 2020 lors du festival CinéRelève, du 22 au 26 avril.