Créer des ponts avec les Premières Nations par le chant choral

Pour son concert printanier, l’ensemble vocal Douce Harmonie se propose d’aller à la rencontre des Premières Nations. La vingtaine de choristes interprétera un chant de rassemblement et de joie mi’kmaq, en plus d’accueillir quelques invités spéciaux.

Le 28 avril prochain, l’Église de Bertrand fera place à un concert plutôt singulier. L’ensemble vocal de la Péninsule acadienne et sa directrice Émé Lacroix ont eu envie de donner une couleur bien spéciale à leur concert en reconnaissant l’apport des peuples des Premières Nations à l’Acadie et les liens qui les unissent.

«C’est beaucoup en lien avec ce que le premier ministre du Canada met de l’avant, c’est-à-dire la réconciliation avec les gens des Premières Nations et de se rapprocher d’eux le plus possible. C’est aussi en reconnaissance pour ce que les Amérindiens de toute l’Acadie ont fait, surtout les Mi’kmaqs, pour aider nos ancêtres durant la déportation. Ce chant-là se veut un hommage à la création et à son créateur», a expliqué Émé Lacroix.

Ce chant de rassemblement traditionnel provenant de la Nouvelle-Écosse, popularisé par Sarah Danni, a été arrangé par une compositrice canadienne, Lydia Adams. La flûtiste et choriste Linda Dumouchel précise que la compositrice a ajouté des voix, des instruments et des cris d’animaux dans cet hommage à la création, intitulé tout simplement Mi’kmaq song.

Émé Lacroix qui a entendu ce chant dans un concours de chant choral à Bathurst, il y a deux ans, a été émerveillée. Elle s’était toujours dit qu’elle ferait cette pièce avec son ensemble vocal. Voilà que le jour est enfin arrivé.

«On introduit durant notre interprétation différents cris d’animaux, dont le loup, l’orignal… les animaux de nos forêts. Pour moi, ç’a été un coup de coeur. C’est tellement quelque chose de spécial et de différent et en même temps, ça éveille chez nous des sentiments de gratitude.»

Créer des ponts

En plus de cette pièce, l’ensemble vocal a invité l’historien et sculpteur de Pabineau Falls, Gilbert Sewell, à chanter un autre chant mi’kmaq, Mi’kmaq Honour Song, composé par George Paul.

«C’est comme si c’était une petite graine qu’on semait dans le respect pour récolter des fruits ensemble. On veut vraiment que ce soit une rencontre et un partage. On les invite à souper avec nous. C’est dans le but de créer des ponts et d’en apprendre un peu plus sur notre peuple d’origine», a partagé Linda Dumouchel.

Le choeur a également invité quelques personnalités des Premières Nations de la région à assister à ce grand concert.

À ces deux chants, s’ajoute un programme varié de pièces allant du classique à la chanson populaire en passant par le folklore et les musiques du monde.

Deux générations chantent en harmonie, voilà le titre du concert. Émé Lacroix a invité la chorale Les Étoiles de l’école Marguerite-Bourgeois de Caraquet, dirigé par Denis Ferron, à se joindre à l’ensemble.

«J’ai pensé inviter des jeunes cette année parce que c’est toujours en lien avec notre belle tradition de chant choral en Acadie. Il faut initier les jeunes à ce genre d’expression. C’est une belle culture pour eux.»

Le groupe Les Gaillards d’avant, initié par Donat Lacroix, ainsi que quelques invités surprises seront aussi du spectacle. L’ensemble vocal sera accompagné des musiciens Ghislaine Foulem-Thériault (piano), Jean-Marie «Pit» Benoît (guitare), Robert Losier (contrebasse), Justin Doucet (violon), Linda Dumouchel (flûtes traversière et amérindienne) et Gaétan Dugas (tambour amérindien).

Le concert est présenté le 28 avril à 14h30 à l’Église de Bertrand dans le cadre de la série Musique Saint-Joachim.