Festival Frye: 20 ans d’imaginaire et de découvertes littéraires

Le 20e Festival littéraire Frye à Moncton qui a pris son envol, vendredi, offre au public de découvrir les coulisses de l’écriture à travers plus de 60 activités. Trente-cinq écrivains francophones et anglophones du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve, du Québec, de l’Ontario, de la Colombie-Britannique, de New York et de la France sont au rendez-vous.

Au cours des huit prochains jours, Moncton se transformera en véritable scène littéraire. Les 35 poètes, romanciers, essayistes et dramaturges iront à la rencontre des lecteurs dans divers lieux de Moncton, Dieppe, Riverview, Memramcook, Shediac, Sackville et Cap-Pelé. C’est l’occasion de rencontrer les auteurs, de découvrir leurs sources d’inspirations et ce qui les motive à écrire. La présidente du Festival Frye, Suzanne Cyr, souligne que cette formule plaît beaucoup au public.

«Le festival permet aux festivaliers de découvrir ou de redécouvrir des livres, mais aussi tout le processus de création derrière le livre», a-t-elle exprimé lors de l’ouverture officielle à l’Hôtel de Ville de Moncton.

Seul festival littéraire bilingue au Canada atlantique, l’événement a acquis une réputation enviable depuis sa fondation en 1999. Si, au départ, certains étaient plutôt sceptiques à l’idée d’organiser un festival littéraire bilingue, rapidement, la collectivité a constaté les bénéfices d’une telle opération.

«Je crois que tout le monde a constaté que c’était une formule gagnante. Le fait que le festival soit bilingue, c’est une ouverture sur un autre monde, sur un autre univers que, moi comme francophone, je côtoie peut-être moins et vice versa», a-t-elle commenté.

Selon la présidente, la passion des gens et de l’équipe derrière le festival ont fait le succès de l’événement.

«On a besoin de rêver, de plonger dans l’imaginaire et de s’arrêter pour se laisser raconter des histoires. Je pense que les valeurs de tolérance, d’ouverture et de diversité qui sous-tendent l’organisation sont des valeurs qui rejoignent les gens.»

En 20 ans, le festival a accueilli près de 800 auteurs aux origines diverses. Ils sont venus de différentes régions du Canada, des États-Unis, de la France, de la Nouvelle-Zélande, de la Lettonie, de l’Irlande et de la Grande-Bretagne. Des défis se sont posés au fil des années surtout sur le plan du financement, comme tous les événements de nature culturelle.

«Année après année, on réussit à trouver des sources de financement, mais c’est à recommencer chaque année. C’est clair qu’on ne peut pas s’asseoir sur nos lauriers. On a la chance d’avoir de l’appui financier des bailleurs de fonds principaux, mais on a également un appui important de la communauté.»

À l’occasion du lancement, la poète flyée Georgette LeBlanc a livré son poème inédit célébrant l’ouverture du festival et invitant le public à plonger dans les 20 ans du festival et à découvrir les mots et la parole des auteurs.

Les rencontres, les conférences, les entretiens et l’ensemble des activités se déroulent dans une atmosphère de convivialité, a-t-elle rappelé. Les gens n’ont pas besoin d’avoir lu les livres pour assister aux activités.

«C’est l’idée d’exploration et de découverte. C’est très ouvert. On s’amuse et c’est plus léger qu’on pourrait l’imaginer. C’est les coulisses derrière les livres et cela peut être très inspirant», a mentionné Georgette LeBlanc.

On retrouve parmi les auteurs invités Éric Dupont, Marie-France Comeau, Dani Couture, Carole David, Fanie Demeule, Nicolas Dickner, Karoline Georges, Sylvain Rivard, Marc Séguin et Léonor de Récondo.

Le Festival littéraire Frye se poursuit jusqu’au 4 mai.

Moncton aura deux poètes flyés

Le Festival Frye étend son programme de poète flyé à l’année. La ville de Moncton accueillera donc à compter de septembre deux poètes en résidence pour une période deux années. Georgette LeBlanc se réjouit de cette initiative. La poète officielle du Parlement canadien estime que la voix du poète est celle de la liberté.

«Pour moi, à la base, c’est de dire que dans ce pays on respecte la liberté d’expression.»

La directrice générale du Festival Frye, Émilie Turmel, qui a présenté le projet au conseil municipal. explique que l’appel de candidatures sera lancé à la mi-mai. Les poètes professionnels auront jusqu’au 2 juillet pour soumettre leur candidature. Choisis par un jury, les deux poètes seront annoncés en août afin d’entrer en fonction en septembre.

«Leur responsabilité majeure sera de créer une activité communautaire de médiation culturelle avec le groupe de leur choix pour faire en sorte que la poésie et la littérature soient vraiment intégrées dans le quotidien des gens et l’espace public.»