Francis Cabrel: toujours habité par la passion de la musique

Après 40 années de carrière, Francis Cabrel est loin d’avoir ralenti la cadence. Celui qui aime la musique à «mourir» vit plutôt dans l’urgence de créer. Avec un nouvel album à paraître en 2020, il s’arrêtera en juin à Moncton afin d’offrir les plus belles chansons de son répertoire.

«À l’âge que j’ai maintenant, j’ai l’impression que tout est urgent et qu’on n’aura jamais assez de temps pour tout réaliser», a déclaré l’étoile de la chanson française en entrevue téléphonique à l’Acadie Nouvelle.

Il y a quelques années, il a essayé de ralentir le rythme, mais cela ne s’est pas produit.

«Je suis rentré chez moi, j’ai rien fait pendant plusieurs semaines et je trouvais ça tellement ennuyeux qu’en fait le naturel a repris le dessus et puis j’aime beaucoup jouer de la guitare, j’aime beaucoup composer et ma relation à la musique est toujours aussi passionnée, donc je ne vois pas pourquoi je m’en priverais», a confié l’artiste à la voix chantante.

De passage au Québec pour participer à l’émission La Voix, on l’a vu dimanche partager le plateau de la populaire émission de variétés avec les demi-finalistes. Il a même invité le candidat acadien Jacques Comeau à se joindre à lui pour son spectacle au Centre Avenir à Moncton, le 16 juin.

«C’est un garçon qui chante bien, qui a une belle histoire et qui est sympathique. Jusqu’à ce que je vous parle, c’était un secret, mais bien sûr que je vais l’inviter à chanter au moins une chanson.»

Le chanteur qui a fondé une école de chanson dans le sud-ouest de la France considère que La Voix évolue un peu dans le même esprit. Il adore accompagner les jeunes artistes en devenir.

«Ce sont des gens entre 20 et 35 ans qui ont beaucoup d’ambition, qui commencent dans la vie, qui veulent qu’on les entende et qui demandent des conseils et qui, en général, ont de très belles voix. Donc, je me suis retrouvé un peu sur un terrain que je connaissais. Il y a beaucoup d’énergie», a partagé l’auteur-compositeur-interprète qui voit ce genre d’émission comme un tremplin que les artistes doivent utiliser intelligemment par la suite.

L’important selon lui, est de rester soi-même, d’être authentique et de ne pas se plier aux pressions des maisons de disque et des modes du jour.

Un 14e album en création

Lentement mais sûrement, l’artiste avance dans son nouveau projet d’album. Il espère le terminer au printemps prochain pour le sortir à l’automne 2020. Comme à chaque fois, plusieurs années séparent ses sorties d’album. Celui qui aime le travail bien fait peut piocher longtemps sur l’écriture d’une chanson.

«Je préfère ne rien montrer comme chanson que de montrer une chanson mal ficelée.»

Pour ses nouvelles compositions, il s’éloigne de l’actualité pour aller dans la poésie du 12e siècle, celle des troubadours du Moyen Âge. Le prochain disque pourrait être teinté de cette influence.

«En ce moment, j’essaie de me détacher un peu de l’actualité parce qu’elle n’est quand même pas très joyeuse donc j’essaie de me réfugier un peu dans la poésie et je me suis pris d’amour pour la poésie et l’histoire des troubadours. Je pense donc que le disque va un peu parler de leur influence.»

Même après 40 ans, il ressent toujours un trac avant de monter sur scène. Il tente de s’en défaire en se disant que ce sera un beau rendez-vous avec le public et un moment de partage. Avant de partir en tournée, il se prépare vocalement et se remémore ses chansons.

«Ma seule crainte, c’est d’oublier mes paroles. Ça m’est déjà arrivé de façon assez rapide, très précise. C’est mon unique crainte sinon j’adore l’idée de monter sur scène, de jouer en compagnie de bons musiciens et de chanter devant des gens qui vont partager ça.»

Pour son spectacle à Moncton, il fera un survol de l’ensemble de son répertoire en allant puiser dans L’essentiel; une compilation de 52 chansons parue en 2017. Il sera accompagné de quatre musiciens.

Son dernier spectacle à Moncton remonte à 2016. Dans le futur, il ne pense pas faire de tournée au Canada, sans s’arrêter à Moncton.
«J’aime bien la mentalité, le pays, ça me correspond pas mal ce genre d’endroit.»

Pour cette escale en Acadie, il a invité Caroline Savoie à assurer la première partie du concert.