Mariana Mazza: 100% authentique

Elle est forte en gueule, Mariana Mazza. Et elle l’assume pleinement. Un humour souvent coriace, droit au but, mais non dénué d’intelligence. Surtout très authentique. C’est d’ailleurs cette qualité première qu’elle revendique: l’authenticité. Car Mariana Mazza ne joue pas: elle est qui elle est dans toute son essence, tant sur scène que dans la vie de tous les jours.

Pour la seconde fois en autant d’années, Mariana Mazza débarque en Acadie à compter de mardi, cette fois-ci pour quelques jours qui l’amèneront à Moncton, à Edmundston, à Saint-Quentin ainsi qu’à Bathurst.

Son premier one-woman-show, Femme ta gueule, elle le roule depuis maintenant trois ans et demie. Plus de 300 représentations et plus de 225 000 billets vendus plus tard, l’humoriste québécoise dit se sentir toujours aussi gonflée à bloc.

J’aime beaucoup échanger avec le public et mon show me permet de faire ça. J’aime avoir un contact direct avec les gens. En même temps, je veux leur donner un petit baume sur leur coeur s’ils connaissent des moments difficiles alors qu’ils viennent me voir en spectacle», souligne Mariana Mazza au cours d’un entretien téléphonique.

Sacrée Révélation du Festival Juste pour rire 2014 et lauréate de l’Olivier de l’année au Gala les Olivier 2017, la jeune femme carbure littéralement au succès. En-dehors de la scène, elle multiplie les apparitions à la télé ainsi qu’au cinéma, puisque nous avons eu l’occasion de la voir notamment dans les films Bon Cop, Bad Cop 2 et De père en flic 2.

Si on lui avait dit en 2016 qu’elle allait connaître une carrière aussi florissante, elle ne l’aurait pas cru.

«Je ne m’attendais pas vraiment à avoir autant de succès lorsque j’ai lancé mon premier one-woman-show. J’étais vraiment dans l’idée que ceux qui m’aiment me suivent. Mon style d’humour, je ne l’ai pas vraiment choisi; c’est venu tout naturellement, parce que c’est ce que je suis: une fille de caractère qui aime parler des vraies choses», confie Mariana Mazza.

Si elle aborde des thèmes logiquement féminins et pour ne pas dire féministes dans son spectacle, Mariana Mazza montre aussi qu’elle est bien de sa génération de fin-vingtaine décomplexée, du moins dans la verve et le ton abrasifs qui a eu l’heur d’en choquer quelques-uns, mais d’en faire rire beaucoup d’autres et d’ainsi lui générer une cote d’amour qui ne s’essouffle pas.

Au cours des dernières semaines et des derniers mois, le public a cependant pu découvrir une Mariana Mazza plus sensible, pour ne pas dire à fleur de peau, entre autres dans des émissions comme 1res fois au début de l’année, ou encore La vraie nature l’été dernier.

«Tranquillement pas vite, les gens apprennent à découvrir l’être humain derrière la carapace d’humoriste. Je suis comme ça: des fois, je parle plus fort, mais des fois, je pleure aussi», atteste-t-elle.

Mariana Mazza sera en spectacle mardi, à 19h30, au Théâtre Capitol de Moncton, jeudi, à 20h, à la Salle Léo-Poulin d’Edmundston, vendredi, à 20h, au Palais Centre-Ville de Saint-Quentin, et samedi, à 20h, à l’école secondaire Népisiguit de Bathurst.

L’humoriste participera également à différents festivals au cours de l’été et se dirigera tranquillement vers la dernière représentation de Femme ta gueule, qui aura lieu le 14 décembre, à L’Olympia de Montréal.

Mariana Mazza a déjà commencé à travailler sur son second one-woman-show et entend accélérer la cadence après décembre.
«Ça va être autant irrévérencieux que Femme ta gueule, mais ça va être complètement différent. C’est tout ce que je peux dire pour le moment», déclare Mariana Mazza.