Isabelle Cyr choisit Moncton pour lancer son nouvel album

«N’oublie jamais d’où tu viens…», chante Isabelle Cyr dans Tombent les murs; une chanson tirée de son nouvel album Brûle sur mes lèvres qui sera lancé à Moncton jeudi.

Onze ans après son premier album solo, l’auteure-compositrice-interprète revient avec un deuxième opus, tout en finesse, offrant un merveilleux dialogue entre la voix, le violoncelle, un quatuor à cordes et le piano. Isabelle Cyr tenait à lancer cette oeuvre à Moncton, là où tout a commencé pour elle. C’est à l’école Notre-Dame-d’Acadie qu’elle a appris la musique.

«En Acadie, la musique est tellement présente. C’est sûr qu’avec une mère comme j’avais (Laetitia Cyr), qui était directrice de Radio-Canada et présidente de Jeunesses musicales du Canada, la musique classique a pris beaucoup de place dans ma vie. Donc, c’est vraiment là où je vais chercher toutes mes racines», a déclaré l’artiste en entrevue à Moncton à quelques jours de son lancement.

Établie depuis plusieurs années à Montréal, la comédienne, réalisatrice, chanteuse, musicienne et compositrice acadienne rappelle que c’est en sachant d’où l’on vient qu’on peut aller ailleurs. Celle qui a fait un retour récemment au petit écran dans la série dramatique acadienne Conséquences se sent particulièrement attachée à son Acadie natale.

Onze titres, dont dix chansons, composent ce nouveau disque. Elle confie qu’elle brûlait d’offrir ses nouvelles compositions au public. Celle, qui depuis près de 20 ans, a choisi le chemin de la création, s’inspire de l’être humain, de ses émotions, de ses forces et de ses faiblesses.

’espoir se pointe à tout moment dans sa poésie. Cet espoir apparaît, entre autres, dans la pièce Rêves perdus sur laquelle les Jeunes chanteurs d’Acadie ont prêté leurs voix. Son intérêt pour l’être humain lui vient de sa carrière de comédienne.

«Quand on est comédien, on est tout le temps en observation. J’ai toujours été très observatrice de tout ce qui se passe autour de moi. C’est vraiment ça qui déclenche des chansons ou des musiques», a raconté la musicienne.

«Tout d’un coup, j’ai des choses à exprimer par rapport à un sujet. C’est rare que ce soient des chansons strictement sur moi, c’est plus par rapport à des émotions que je ressens que ce soit face à la guerre, à l’amour et face aux forces et aux faiblesses humaines. Il y a une chose qui est toujours importante pour moi, c’est qu’il y ait de l’espoir.»

Si depuis cinq ans, elle sillonne les routes de l’Europe avec son projet Pays d’abondance en duo avec son compagnon de vie, Yves Marchand, il reste qu’elle nourrit toujours un désir de création. Dans Pays d’abondance, les deux artistes proposent un voyage à travers la chanson acadienne et québécoise. Avec Brûle sur mes lèvres, la chanteuse acadienne offre des compositions inédites signées de sa plume. La réalisation de l’enregistrement a été assurée par Yves Marchand. Certaines pièces sont très récentes, tandis que d’autres datent de plus longtemps.

«J’avais un grand besoin que ces chansons existent en dehors de mon salon… Le projet a pris pratiquement trois ans à faire.»

Les cordes viennent rehausser cette musique alliant le classique et le populaire. Elle s’est attardée aussi à l’interprétation, tout en retenue et en douceur afin de permettre aux auditeurs de s’approprier les pièces.

Les chemins de la création

La création est au coeur de la vie d’Isabelle Cyr. «Je crois que ce qui va vraiment guider le restant de ma route artistiquement sera la création. Ça bouillonne en dedans de moi. Quand on est créateur, on n’a comme pas le choix, il faut que ça sorte.»

Au lancement, jeudi soir, la pianiste et chanteuse offrira une prestation accompagnée de quelques musiciens, dont le réalisateur Yves Marchand, Lydia Mainville au violoncelle, Denis Hachey aux percussions et Julien Breau à la contrebasse. Les Jeunes Chanteurs d’Acadie seront aussi du spectacle.

«Quand ma mère est décédée et qu’on a fait la cérémonie à la cathédrale, ce sont les Jeunes chanteurs sous la direction de Sr Lorette Gallant qui avaient chanté. Mon attachement aux jeunes chanteurs vient beaucoup de là. Ils représentent quelque chose de très important et cette chanson-là (Rêves perdus) parle des enfants qui sont victimes de la guerre et qui, j’espère un jour, pourront réapprendre à rêver. Ici, on est un peuple qui a survécu et qui a appris à rêver à nouveau. Pour moi, les Jeunes chanteurs symbolisent ça.»

Le lancement aura lieu à la Salle Bernard-LeBlanc du Centre culturel Aberdeen, ce jeudi 23 mai, de 17h à 19h. L’album sera disponible à compter du 24 mai.