L’histoire du village de Saint-Antoine racontée dans un livre

Si l’histoire de Saint-Antoine nous était racontée… C’est la mission que s’est donné Georges-Alfred Léger qui vient de lancer un ouvrage sur l’évolution de ce village acadien du sud-est du Nouveau-Brunswick depuis les années 1800 jusqu’à aujourd’hui.

Jamais Georges-Alfred Léger n’aurait imaginé publier un livre. L’auteur originaire de Saint-Antoine, établi à Vancouver depuis 38 ans et qui a fait plusieurs métiers, a travaillé à ce projet colossal pendant près de 30 années. Fruit de nombreuses recherches, son livre Histoire de Saint-Antoine, publié aux Éditions GML, fait revivre des moments inédits et les pans marquants de l’évolution du village.

Assorti de près de 400 photographies, l’ouvrage de 635 pages fournit de la documentation sur tous les aspects de la localité, de sa fondation à sa vie quotidienne en passant par ses pionniers. Les écoles, la vie religieuse, les commerces, les magasins, les églises, les médecins, la généalogie, les familles, le quotidien, ses bâtiments, le patrimoine pour ne nommer que ceux-là y sont abordés. C’est le premier ouvrage qui comprend autant d’information et de données historiques recueillies sur Saint-Antoine.

Georges-Alfred Léger s’intéresse à l’histoire de son village depuis son enfance. Il s’était toujours dit qu’il effectuerait des recherches historiques sur son coin de pays. Un souvenir de l’école lui rappelle comment l’histoire le passionnait.

«J’étais assis sur une grosse roche sous l’ancienne église et je me suis dit qu’un jour j’allais en savoir plus long sur ce qui s’était passé ici», a confié l’auteur en entrevue à l’Acadie Nouvelle.

Des recherches sur sa famille

Tout a commencé en 1992 alors que l’auteur a entrepris des recherches sur sa famille.

«Jamais de ma vie, j’ai eu l’intention de faire un livre. Avant que tous les cousins et les cousines de mon père meurent, j’ai pensé c’était le temps de faire des recherches.»

Au fil des années, il a accumulé une foule de documents. Incorporé en 1966, le village de Saint-Antoine a été fondé entre 1832 et 1834 par des familles venues de Cocagne, à la recherche de nouvelles terres.

C’est aussi le lieu de naissance de Louis J. Robichaud, le premier Acadien à être élu premier ministre du Nouveau-Brunswick.

L’ouvrage de M. Léger comprend également six recensements, des actes de mariage et 27 généalogies.Tout en menant sa propre quête dans les bibliothèques de sa région, il a reçu de l’aide de Donald Cormier, de Sainte-Marie, qui lui a trouvé plusieurs documents, dont les actes de mariage, au Centre d’études acadiennes.

«Une fois que j’ai eu presque fini, je m’attendais à ce quelqu’un prenne mes notes, mes documents et mes rapports pour faire un livre, mais ça ne s’est pas fait. Au lieu de mettre toute la documentation sur des étagères et que ce soit perdu, je me suis embarqué dans l’écriture d’un livre. Comme c’est une richesse qu’on a à Saint-Antoine d’avoir toutes ces informations-là, j’ai décidé de continuer.»

À travers ce récit qui relate l’histoire de la vie des Acadiens établis dans cette région située au nord de Moncton, l’auteur plonge aussi dans l’histoire des villages avoisinants de Haut-Saint-Antoine, Renauds Mills, Saint-Grégoire, Champdoré, Saint-Damien et Village des Pellerin.

Lancement réussi à Saint-Antoine

De 150 à 200 personnes se sont déplacées pour le lancement de son livre à Saint-Antoine, témoignant ainsi de l’intérêt des gens de la région pour l’histoire de ce village. Juste au lancement, plus de 120 ouvrages se sont écoulés.

Le livre Histoire de Saint-Antoine est désormais disponible. L’auteur qui passe l’été en Acadie participera à plusieurs événements afin d’en faire la promotion.

Le public pourra rencontrer Georges-Alfred Léger, entre autres, au Festival du homard de Shediac, à l’exposition agricole de Sainte-Marie-de-Kent et au Congrès mondial acadien.