La nouvelle saison du Pays de la Sagouine ouvre la porte à la relève

Avec une quarantaine d’artistes au sein de son équipe, le Pays de la Sagouine, à Bouctouche, ouvre toute grande la porte à la relève en accueillant deux personnages dans la troupe de comédiens qui se produira sur la scène de l’île-aux-Puces.

Les responsables du Pays de la Sagouine ont dévoilé la programmation de la 27e saison, mardi, dans une ambiance festive aux allures de gala, animé par les inimitables Citrouille (Luc LeBlanc) et Peigne (André Roy). Dans un mélange de tradition et de nouveautés, la programmation 2019 se veut diversifiée en offrant non seulement du théâtre et de l’humour, mais aussi beaucoup de musique, du conte et même de la cuisine acadienne.

Le souper-théâtre Racines sera de retour avec Citrouille, Peigne et Catoune (Monique Poirier) ainsi que le nouveau personnage de Phil, incarné par Philippe Boudreau (Phil Athanas). Au chapitre des nouveautés, mentionnons La boite à chansons de Michel-Archange. L’homme à tout faire de l’île-aux-Puces, joué par Florian Chiasson, invitera des musiciens qui sont passés par le Pays de la Sagouine à se produire dans sa boite à chansons. En musique, La terrasse à Hert sera de retour, tandis que du côté jeunesse, on présentera à nouveau la pièce musicale L’enchantement des abeilles, en plus des nouvelles histoires du théâtre de Nounours.

La 27e saison du Pays de la Sagouine s’étendra du 23 juin au 1er septembre. Cette année, les nouveaux textes qui seront joués par les comédiens ont été écrits par Caroline Bélisle et Geneviève Tremblay. Les personnages reprendront aussi des classiques signés par Antonine Maillet.

De nouveaux personnages et un nouvel orchestre

Incarnés par des comédiens chevronnés, les personnages de Maggie (Mélanie LeBlanc) et de Ben à Bélonie (David Losier) feront leur entrée au théâtre de l’île-aux-Puces. Selon le directeur artistique, Luc LeBlanc, cet ajout apportera certainement un vent de fraîcheur au centre. Avec le départ de Noume (Robert Gauvin), Luc LeBlanc cherche à créer de nouveaux récits.

«Cette année, on a mis spécialement des auteurs pour créer de nouvelles histoires avec une nouvelle troupe. Il y a des histoires qui vont se développer entre Pierre à Pitre (Marc-André Robichaud), Joséphine (Solange LeBlanc), Thomas (Ludger Beaulieu), Ben à Bélonie et Maggie… On voudrait que les gens suivent les histoires de cette nouvelle troupe.»

En tout, neuf personnages forment la troupe qui joue sur la scène de l’île-aux-Puces, en plus de 15 à 20 personnages qui assurent l’animation dans les maisons.

Mélanie LeBlanc, qui se spécialise dans les comédies musicales, incarne Maggie, une jeune femme très colorée qui arrive des États-Unis et dont le père vient de Memramcook. Celle qui rêve de grands spectacles et de cabaret vivra toutes sortes d’aventures sur l’île cet été.

’ailleurs, le directeur artistique songe même à créer un spectacle musical en 2020.

«C’est spécial parce que je me sens comme chez moi ici. Je pense que Maggie va amener beaucoup de couleurs et de joie de vivre. Maggie est pleine de rêves et elle voit les choses en grand. Elle va inviter les gens à rêver. Ça se peut qu’elle mette un petit peu de trouble.»

Pour David Losier, qu’on a vu jouer au théâtre notamment dans la pièce Winslow ainsi qu’au cinéma, est heureux de monter sur la scène de l’Île-aux-Puces après neuf ans au sein de l’équipe d’animateurs.

«Quand ils m’ont dit que j’embarquais sur la scène, c’est un très beau cadeau. Au Pays de la Sagouine, c’est le fait d’être capable de jouer devant le monde alors qu’il n’y a pas vraiment de 4e mur. C’est le plaisir de jouer avec les gens qui viennent. Le public embarque aussi dans l’histoire», a ajouté le comédien qui est aussi membre du nouvel orchestre maison Les sauteux d’bouchures avec Marc-André Robichaud et Xavier Richard.

Le legs de Viola Léger

Depuis le départ de Viola Léger de la vie publique en 2017, le Pays de la Sagouine a dû adapter sa programmation. Selon Luc LeBlanc, la réception est plutôt positive. Le nombre de visiteurs est même en croissance.

«Je pense que les gens ont accepté le legs de Mme Léger et de la Sagouine. Nous sommes tous des enfants de l’univers de la Sagouine et c’est exceptionnel. Les gens viennent et comprennent que Viola Léger ne pouvait plus le faire et que nous ne pouvons pas la remplacer. Le personnage n’est plus là, mais il y a tout un monde à découvrir.»

Luc LeBlanc sait pertinemment bien que Viola Léger ne pourra jamais être remplacée dans son rôle de la Sagouine, mais il aimerait bien un jour faire revivre les textes de la célèbre pièce d’Antonine Maillet.

«On ne pourra jamais la remplacer, mais est-ce que ce serait possible de remettre les textes de la Sagouine en création, je crois que oui. C’est une œuvre forte, mais chaque chose en son temps. Pour l’instant, les choses vont bien, mais c’est encore dans notre esprit et on ne voudrait pas que ces textes-là soient effacés ou disparaissent. Je ne sais pas comment on va le faire, mais on est encore en train de penser à comment on pourrait le faire.»

Au cours de la dernière année, le Pays de la Sagouine a accueilli 70 000 visiteurs. La direction espère maintenir cet achalandage en 2019 et même l’augmenter.