Christian Essiambre jouera dans une production de Robert Lepage

Le comédien Christian Essiambre retourne sur les planches dans une production de Robert Lepage qui fera le tour du monde. L’acteur acadien sera de la distribution de la nouvelle mouture de la création-fleuve Les sept branches de rivière Ota.

La première de ce spectacle, signé Robert Lepage et sa compagnie Ex-Machina, aura lieu à Moscou, en juillet, pour ensuite inaugurer le nouveau théâtre Le Diamant, à Québec en septembre.

Joint à la suite du dévoilement de la programmation du Diamant, Christian Essiambre, s’estime privilégié de travailler avec ce génie du théâtre. Il en est très fier.

«C’est comme un genre d’apogée de tout ce que j’ai fait dans ma vie. La plupart des comédiens dans ce milieu-là rêvent de travailler avec des grands de ce monde comme Robert Lepage», a-t-il exprimé.

Il compare un peu sa situation à celle d’un joueur de hockey qui fait son entrée dans la Ligue nationale.

«C’est le summum!», a lancé le comédien acadien qui, pourtant, a hésité au début avant d’accepter l’offre de Robert Lepage.

Parfois, il faut quitter une ville pour qu’elle nous rattrape. C’est ce qui s’est produit dans son cas. Ce n’est qu’après avoir quitté la ville de Québec pour revenir s’établir au Nouveau-Brunswick qu’il a reçu un appel de l’équipe de Robert Lepage pour lui offrir un rôle dans Les sept branches de la rivière Ota. Le dramaturge québécois l’avait remarqué dans la pièce Le long voyage de Pierre-Guy B. mise en scène par Phillipe Soldevila.

«J’y croyais comme pas parce que ça faisait un petit bout que j’étais parti de Québec… Au début, j’étais réticent à l’idée. J’avais beaucoup de projets, j’écrivais Les Newbies, 100% local, j’étais dans 1000 affaires en plus de la tournée de L’incroyable légèreté de Luc L., donc j’étais un petit peu débordé alors j’ai comme dit non.»

Père de trois enfants, le comédien tient aussi à être présent à la maison. C’est pour ces raisons qu’il privilégie la télévision dernièrement. On a pu le voir notamment dans la comédie Les Newbies et la télésérie Une autre histoire.

«Je veux voir mes enfants grandir. C’était ça un peu l’idée d’arrêter de faire du théâtre. Je me disais, je vais rester à la maison, je vais écrire et faire de la télé et puis, ce show-là est arrivé.»

Robert Lepage l’a relancé afin de connaître les raisons de son refus. Finalement, le comédien n’a pas été trop difficile à convaincre. Selon lui, il s’agit d’un spectacle fait sur mesure pour lui, tant dans sa forme que dans l’horaire des représentations. Il ne sera jamais parti trop longtemps de la maison.

Hiroshima

Créé en 1995 afin de souligner le 50e anniversaire du bombardement atomique sur Hiroshima, le spectacle qui totalise sept heures et joué en plusieurs langues, se déploie sur divers tableaux. Vingt-cinq ans plus tard, le dramaturge remet en scène cette œuvre d’envergure avec une distribution revisitée pour inaugurer le nouveau théâtre. Christian Essiambre y incarne quatre personnages principaux, dont un soldat américain, un jeune New-Yorkais et un attaché de presse acadien, en plus des rôles de figuration.

«C’est sept boites qui correspondent aux sept branches. Chacune des boites raconte une petite histoire et évidemment, il y a des liens entre chacune des histoires. J’ai dû apprendre un accent texan parce que je joue un soldat américain dans les années 1940 et l’accent new-yorkais. Ensuite de ça, je joue un Acadien qui était un Québécois à l’origine, mais Robert Lepage a dit: tant qu’à avoir un Acadien, on va en faire un Acadien.»

Le comédien confie que l’apprentissage des accents et le fait de jouer en anglais dans la plupart de ses scènes comportent un certain défi. Il a même un petit passage en japonais.

La pièce voyage beaucoup et roule à vive allure, souligne l’acteur.

«Entre la boite numéro un et la boite numéro 2, on passe de Hiroshima à New York, donc il y a des gros changements de costume ainsi qu’une grosse équipe qui travaille derrière et, pendant ce temps-là, on doit se changer et se maquiller. Ça s’apparente quasiment plus à la télé qu’au théâtre.»

Huit comédiens composent la distribution. En 1995, la distribution était essentiellement québécoise, mais aujourd’hui à l’heure où la question de la représentation culturelle est sur toutes les lèvres et enflamme les débats, le metteur en scène (particulièrement sensible à la question) a porté une attention particulière au choix des acteurs.

«Je suis pas mal fier de travailler avec lui et de savoir que je vais jouer dans des salles où je n’ai jamais joué. Avoir une équipe comme ça et de le voir à l’oeuvre avec toute sa gang, c’est fascinant (…). On embarque dans le train et on suit le train.»

Pour l’instant, la tournée s’étendra sur une année. L’équipe se rendra jusqu’au Japon. Les représentations au Théâtre Le Diamant, à Québec, se tiendront du 7 au 15 septembre.

Et les autres projets…

Coscénariste et acteur dans Les Newbies, Christian Essiambre ne laisse pas tomber pour autant cette série télévisée acadienne qu’il a imaginée avec ses fidèles complices André Roy, Luc LeBlanc et Frédéric Mallet.

Le tournage de la deuxième saison reprendra à la fin août et le comédien pourra se libérer afin d’être de la distribution de cette série.