David Lonergan revisite la biographie de La Bolduc

Il y a 125 ans et quelques jours naissait, à Newport en Gaspésie, Mary Rose Travers; celle qui est devenue plus tard La Bolduc… L’auteur David Lonergan propose de revisiter l’histoire de cette pionnière de la chanson dans une biographie revue et bonifiée.

L’auteur et ancien professeur de l’Université de Moncton qui vit à Cap-Chat en Gaspésie s’intéresse à l’oeuvre et à la vie de la célèbre reine de la turlute depuis plusieurs années. En 1992, il a publié une première biographie de l’artiste qui est maintenant épuisée. À l’invitation de Richard Ouellet, des Éditions Mémoire et Patrimoine, il a décidé de reprendre l’ouvrage pour en faire une nouvelle version plus à jour.

«La base, c’est l’ancienne édition, mais ç’a été réécrit, enrichi et amélioré par plusieurs facteurs. Quand j’avais fait la recherche à la fin des années 1980, on ne savait à peu près rien sur la distinction entre la carrière de la chanteuse sur disque et en tournée.»

Dans cette nouvelle édition, il aborde des aspects de sa carrière un peu moins connus. Avant même d’être chanteuse, La Bolduc a été musicienne accompagnatrice sur disque. Elle a travaillé, entre autres, avec Ovila Légaré et Montmarquette aux disques Starr qui, par la suite, est devenue la maison de disque qui a produit ses propres microsillons.

«Cela a changé l’amorce de sa carrière. J’ai pu l’avoir parce qu’il y a quelqu’un qui a eu accès à des archives qui n’étaient pas accessibles à l’époque où j’ai fait ma recherche.»

Publié dans un grand format, l’ouvrage de 230 pages contient énormément d’iconographies telles que des photographies d’époques, des documents d’archives et des affiches de concert. Cette nouvelle édition lui a aussi permis d’étoffer les éléments concernant les origines de sa musique.

«Je savais que La Bolduc s’inspirait d’airs connus pour écrire, mais je n’avais pas beaucoup de données précises. Dans la réédition, j’ai pu profiter du travail d’une musicologue pour pouvoir préciser différentes sources.»

David Lonergan s’est intéressé à la vie de La Bolduc en travaillant d’abord sur un roman sur la première poète du Québec, Blanche Lamontagne, aussi native de la Gaspésie.

Commenter son époque

Si quelques biographies sur la vie de Mary Travers ont été publiées, il reste que celle de M. Lonergan s’appuie sur des faits. Dans sa recherche, il a essayé de regarder la causalité des choses. Selon le chercheur, la chanteuse était en quelque sorte un miroir de son temps.

Dans ses chansons, elle racontait la vie quotidienne. De plus, souvent ses chansons étaient liées à des événements réels.

«C’est intéressant de voir jusqu’où elle commentait son époque. Ensuite, je voulais voir comment une femme sans éducation réelle est arrivée à faire carrière. Elle a vraiment appris à écrire avec sa fille Denise qui avait une formation musicale. Ce que sa mère n’a jamais eu.»

L’auteur précise que sa biographie se distance du film de François Bouvier sorti en 2018. Le point de vue est différent.

«Le recherchiste du film m’avait contacté à l’époque de l’élaboration du scénario du film, mais son point de vue ne coïncidait pas avec ce que moi je croyais. Par exemple, le film, je l’ai vu, il est très bon, mais il biaise. Il présente la vie de La Bolduc à travers les yeux de sa fille Denise. C’est un flashback. C’est un code cinématographique classique, mais quand on respecte ça, il y a des choses qu’on voit moins de la vie de la personne», a-t-il commenté.

À son avis, le film escamote toute la référence sociale de son œuvre.

«J’aurais insisté beaucoup plus sur la conformité politique entre les trucs de la Bolduc et son époque. Elle a pris position socialement et politiquement. Tout le conflit avec son mari est abordé, mais calmement.»

En Gaspésie depuis 2014

Originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, David Lonergan qui habite en Gaspésie depuis 2014, après avoir vécu à Moncton pendant 20 ans, est à la fois auteur, chroniqueur, critique littéraire, dramaturge et professeur.

Acadien d’adoption, il est engagé dans le milieu du théâtre acadien depuis de nombreuses années. Il collabore d’ailleurs à la sélection des textes qui seront mis en lecture au prochain Festival à Haute Voix de Moncton.

David Lonergan a publié au moins une dizaine d’ouvrages, dont trois sur des artistes pionnières de la Gaspésie. En plus de Mary Travers, il a signé des oeuvres sur Blanche Lamontagne et Françoise Bujold.

Au cours des prochains jours, l’auteur sillonnera les routes de la Gaspésie avec son livre La Bolduc, la vie de Mary Travers, paru à la fin de l’automne 2018.