Wilfred Le Bouthillier sillonne les routes de l’est du pays

L’été est déjà bien commencé pour Wilfred Le Bouthillier. Depuis le début du mois et jusqu’à la fin septembre, l’auteur-compositeur-interprète acadien sillonne les routes de l’est du pays. Il effectuera d’ailleurs plusieurs passages dans sa province natale au cours des prochaines semaines. Premier arrêt ce samedi, à Saint-Isidore, avec Les Gars du Nord.

En plus de Saint-Isidore samedi (spectacle auquel est également convié Laurie LeBlanc), Wilfred Le Bouthillier sera de passage à Grand-Sault le 30 juin (pour le spectacle de fermeture des Jeux de l’Acadie), à Saint-Quentin le 13 juillet (comme artiste invité de la sensation québécoise du country Robby Johnson), les 17 et 19 juillet à Dieppe (Mercredi Show) et à Bathurst (Journées Hospitalité) en solo, le 3 août au Phare de Miscou, ainsi que le 24 août à Shediac pour le Spectacle de fermeture du Congrès mondial des Acadiens ainsi que le 21 septembre à Tracadie, où il sera le premier artiste à se produire en programmation régulière dans la nouvelle salle de spectacle J.-Armand-Lavoie de la Polyvalente W.-A.-Losier dont il est d’ailleurs le président d’honneur de la campagne de financement.

À travers tout ça, plusieurs autres arrêts sont prévus à Québec, à Val-d’Or et à Saint-Jean-Port-Joli notamment, que ce soit en solo, avec Les Gars du Nord ou comme artiste invité d’Andrée Watters, Ima, Robby Johnson ou Guylaine Tanguay.

«Mon char va avoir plusieurs nouveaux kilomètres au compteur!», s’exclame Wilfred au cours d’un entretien téléphonique.

«J’aime ça faire de la route. À 41 ans, je suis encore capable et j’en ferai tant et aussi longtemps que je tiendrai le coup.»

Il faut dire que Wilfred Le Bouthillier est porté par une belle vague depuis le lancement de son 5e album solo, en octobre, qui connaît du succès tant auprès du public que dans les palmarès.

Son plus récent extrait, Chercher la lumière, s’est accrochée en tête du palmarès de l’Association des radios communautaires acadiennes du Nouveau-Brunswick (ARCANB) et y est restée pendant 12 semaines consécutives.

«Je ne m’attendais pas à ça du tout! Je pense que c’est mon plus gros #1 en carrière et de savoir que c’est chez nous en plus, ça fait vraiment du bien», souligne celui qui demeure désormais au Québec, mais qui n’a jamais renié ses racines ni dans ses chansons, ni dans ses tournées.

Invité à partager la scène

En 16 ans de carrière, l’Acadien natif de Tracadie a su s’établir dans la colonie artistique. Ses nombreuses amitiés dans le domaine de la chanson lui valent d’être régulièrement invité à partager la scène avec d’autres collègues. Un plaisir qu’il ne boude pas, confie-t-il.

«On pense souvent à moi et je dis toujours oui quand mon horaire me le permet. Robby Johnson, ça fait déjà un bon bout de temps que je le connais. Il m’avait invité à Québec il y a environ cinq ans. J’étais le premier à qui il faisait une telle proposition. Nous sommes devenus chums et depuis, il m’invite encore régulièrement à ses spectacles», souligne Wilfred Le Bouthillier.

Et lorsqu’il pense au 21 septembre, alors qu’il inaugurera la salle J.-Armand-Lavoie de la Polyvalente W.-A.-Losier à Tracadie, il en frissonne.
Le symbole, pour lui, est très fort, dit-il avec élan. Il a arpenté les murs de cette école alors qu’il était ado. Mais plus que ça: pour lui, sa ville natale méritait d’avoir une salle de spectacle de gros calibre sur le plan technique.

«Ça faisait longtemps qu’on attendait une salle qui pouvait rivaliser avec celles dans lesquelles je me produis au Québec, entre autres. C’est vraiment un honneur pour moi d’être le premier artiste à y être invité et d’avoir pu contribuer à sa campagne de financement.

Ça va être un beau grand moment», promet le jeune loup de mer.

Les détails de la tournée estivale de Wilfred Le Bouthillier sont disponibles sur son site web officiel à wilfredlebouthillier.com.