Plusieurs voix chantent Suivons nos rêves de Michel Thériault

Roland Gauvin, Lina Boudreau et Monique Poirier joignent leur voix à celle de Michel Thériault pour chanter la chanson Suivons nos rêves; une œuvre porteuse d’espoir inspirée des défis actuels de la francophonie.

Michel Thériault signe les paroles et la musique de cette nouvelle chanson qu’il souhaite rassembleuse. Sa sortie sur les radios et les différentes plateformes numériques est prévue en juillet à quelques semaines de la tenue du Congrès mondial acadien. Quand Michel Thériault a composé la chanson Suivons nos rêves, il ne s’imaginait pas interpréter cette pièce seul. Il a eu envie de la chanter à plusieurs voix.

C’est ainsi qu’il a invité trois de ses amis musiciens, Roland Gauvin, Monique Poirier et Lina Boudreau, à se joindre à lui pour interpréter cette œuvre aux allures de mini We Are The World acadien. Ils ont embarqué dans l’aventure avec joie.

«J’étais très content et touché que les trois amis embarquent dans mon projet un peu fou», a confié l’auteur-compositeur-interprète.

Ces quatre chanteurs bien connus seront accompagnés d’un quatuor à cordes. L’enregistrement se déroule dans les studios de François Émond à Notre-Dame et de Justin Doucet à Beresford. La production est réalisée par François Émond. Michel Thériault a décidé de se faire un cadeau en réalisant ce projet.

«C’est une chanson qui se prête bien dans le cadre du congrès et le fun pour cet été. Je ne voulais pas la faire en solo, je voulais la faire avec d’autres artistes. C’est une chanson que j’entendais à plusieurs voix.»

Certains événements politiques récents qui ont mis au défi la francophonie canadienne l’ont poussé à écrire cette pièce. Il pense, entre autres, aux dernières élections au Nouveau-Brunswick avec l’arrivée de trois Aliancistes à l’Assemblée législative et à certaines mesures anti-francophones du gouvernement de Doug Ford en Ontario.

«La chanson parle de garder nos rêves et de continuer à se défendre. Il y a eu des reculs et des défis qui se sont présentés aux francophones. Le contexte politique m’a encouragé à finir la chanson.»

Sur les arrangements de François Émond, la musique est jouée principalement par la guitare et un quatuor à cordes. On retrouve notamment le violoniste Théo Brideau.

«Il n’y a pas de guitare électrique ni de percussion.»

La production avance bien et il ne reste plus que l’étape du mixage pour ensuite paraître au cours du mois de juillet.

«Je sors cette chanson, mais je ne m’attends pas à ce que ça devienne une chanson thème pour l’Acadie ou un gros succès. Je la sors en souhaitant que les gens l’aiment et que les radios la tournent surtout cet été», a-t-il ajouté.

Michel Thériault aura aussi quelques spectacles cet été, dont la série avec ses tizamis à l’Église historique de Barachois.

Il chantera aussi au spectacle d’ouverture du Rendez-vous de la fierté Acadie Love et il s’envolera vers la Normandie au mois d’août pour un spectacle.