Réjean Toussaint puise dans ses rêves pour créer des œuvres mystérieuses

«Faire quelque chose de joli avec nos petites amertumes.» Ainsi s’exprime Réjean Toussaint quand il parle de son travail en peinture, largement inspiré de ses rêves. L’artiste d’Edmundston propose une nouvelle exposition à Dieppe qui rassemble 12 tableaux réalisés de 2015 à aujourd’hui.

Artiste-peintre, chargé de cours en art visuel à l’Université de Moncton, campus d’Edmundston, et scénariste, Réjean Toussaint pratique son art depuis une trentaine d’années.

En plus de ses expositions solos, il a participé à une quinzaine d’expositions collectives un peu partout dans la province, notamment à la Galerie Beaver-brook à Fredericton. Ses tableaux font aussi partie de nombreuses collections publiques et privées.

Réjean Toussaint n’a pas présenté d’exposition solo à Moncton ou à Dieppe depuis 2006. C’est donc un retour dans cette région pour l’artiste du Madawaska, après plus de dix années d’absence.

Représenté depuis un an par Daniel Chiasson de la galerie Art-Artiste de Dieppe, il offre un survol de son parcours en peinture en présentant 12 oeuvres, dont 10 tableaux de grand format et deux de plus petites dimensions.

Puisant dans le rêve et l’imaginaire, ses œuvres aux couleurs un peu sombres comportent une part de mystère.

Le collectionneur Daniel Chiasson qui a fait la rencontre de Réjean Toussaint au dernier Congrès mondial acadien en 2014 est fasciné par son travail. À son avis, il a une approche singulière.

«Réjean Toussaint nous crée beaucoup d’inconnus dans ses tableaux. On peut regarder un tableau et on va voir la première information qu’il nous donne, mais quand on le regarde plus longtemps, on se rend compte qu’il y a toutes sortes d’objets qui sont dissimulés.»

Le galeriste a installé deux bancs au milieu de l’exposition afin que les visiteurs puissent prendre le temps d’apprécier les œuvres et d’en découvrir le contenu. Plus on regarde les tableaux, plus on distingue de nouvelles formes.

«Au niveau de la technique, il y a beaucoup de taches. Quand les taches se révèlent ensemble, c’est là que la forme arrive (…). Dans la région ici, je trouve qu’il est assez particulier dans la façon qu’il nous présente son sujet.»

Laisser parler le hasard

Les rêves, les relations humaines et spirituelles, l’imaginaire et l’inconscient guident l’artiste dans sa création. Il laisse une grande place au hasard.

«Ma démarche n’est pas bien compliquée. Je m’assois et je peins, mais je ne sais pas du tout ce qui va se passer. Du commencement jusqu’à la fin, il se passe toutes sortes de choses. Il y a des sujets qui me viennent en tête faisant en sorte qu’il y a une espèce de vécu à l’intérieur de la toile. Tout peut servir; les rêves, les relations humaines, un personnage…», a expliqué le peintre, en entrevue à une semaine du vernissage.

Selon lui, le hasard permet de révéler l’expression profonde de l’artiste et de dévoiler davantage la vie intérieure. Grand rêveur, il n’hésite pas à puiser dans ceux-ci pour créer ses œuvres.

«Je rêve tout le temps. Dans un même rêve, on peut être observateur ou jouer un rôle. C’est aussi une forme de vécu.»

À travers l’acte de peindre, l’artiste peut exprimer son vécu, ses peurs, ses tristesses, bref toutes les émotions qui l’habitent. «C’est ça qui est merveilleux et alors les amertumes deviennent des petites joies…», a-t-il ajouté.

Le vernissage de son exposition se tient le 4 juillet de 17h à 19h à la galerie Art-Artiste à Dieppe.