Une pluie de livres acadiens à lire pendant la saison estivale

Quoi de mieux que d’ouvrir un bon livre pendant les vacances d’été. Voici quelques suggestions de lecture pour la saison estivale. Ce sont tous des ouvrages publiés par des maisons d’édition francophones du Nouveau-Brunswick.

Essais
À l’aube du 6e Congrès mondial acadien, pourquoi ne pas plonger dans quelques ouvrages qui abordent différents aspects de l’histoire de l’Acadie. Les éditeurs ont quelques suggestions de livres qui proposent des regards singuliers sur les réalités historiques ou contemporaines de l’Acadie.

D’abord, le premier tome du plus récent essai historique d’André-Carl Vachon, Histoire de l’Acadie de la fondation aux déportations (Éditions de la Grande Marée) qui couvre la période de 1603 à 1710.

Selon l’éditeur Jacques P. Ouellet, l’auteur qui a une approche pédagogique arrive à rendre le récit accessible à tous. Le deuxième tome, qui reprendra à partir de 1710, paraîtra à la fin juillet.

Publié également par la maison d’édition de Tracadie, le nouveau livre, Histoire illustrée de l’Acadie de l’Île-du-Prince-Édouard, de l’historien et folkloriste, Georges Arsenault, vient tout juste de paraître. Ce livre arrive à temps pour le CMA qui se tiendra en partie à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les Éditions Perce-Neige feront paraître pour le CMA, Les premiers pas de l’Acadie, 1604-1713, de Caroline St-Louis. Ce livre illustré reprend une série de chroniques que l’auteure avait publiée dans l’Acadie Nouvelle en 2004. Ces textes ont été rassemblés une première fois par la Grande Marée.

L’éditeur de Moncton, Serge Patrice Thibodeau, a décidé de les rééditer, dans une nouvelle mouture abondamment illustrée.
Cette série de 20 textes parcourt les premières fois en Acadie comme le premier baptême, la première religieuse, la première guerre civile, la première naissance et ainsi de suite.

Le patriote, essayiste et chroniqueur Jean-Marie Nadeau est de retour sur la scène littéraire avec un nouvel ouvrage, Québec-Acadie – Fini le niaisage! (Éditions de la Francophonie) qui vient tout juste de paraître.

Ce livre jette un regard sur les relations entre l’Acadie et le Québec.

Pour ceux qui souhaiteraient en connaître davantage sur l’histoire de la ville de Shediac, les Éditions de la Francophonie publie le livre bilingue Shediac, Notre patrimoine – Our Heritage. Agrémenté de nombreuses photos et illustrations, cet ouvrage permet de découvrir cette ville côtière de quelque 6700 habitants.

Romans
Si vous ne les avez pas encore lus, les trois œuvres finalistes du prix France-Acadie valent certainement le détour. Tout d’abord, le roman Un protestant dans le salon de Carolle Arsenault, de Richibucto. D’après Nathalie Saulnier des Éditions de la Francophonie, il s’agit d’un récit palpitant finement ciselé.

Le roman policier Annabelle, premier tome de la trilogie Pour toi mon amour pour toujours, fait aussi partie des œuvres en nomination. L’auteure de Moncton vient de faire paraître le deuxième tome Valérie, aux Éditions Perce-Neige. Encore une fois, elle livre un récit haletant où le suspens est à son meilleur avec plusieurs rebondissements. Autre finaliste au prix France-Acadie; La maison du vieux Tom de Lise Tapp qui présente une intrigue amoureuse surprenante.

Les Potabrés de l’auteur de Maisonnette, Jules Boudreau, dont l’histoire évolue dans le milieu des pêcheries, relate les péripéties de Lumina Duguay, une passionnée de musique. Également à la Grande Marée, le roman saga L’Averti de Vanessa Léger, de Tracadie, qui raconte l’histoire d’une famille qui a fondé un journal en Acadie à la fin des années 1800. Les autres tomes de cette trilogie paraîtront plus tard en 2019 et en 2020.

Du côté des Éditions de la Francophonie, trois œuvres pourraient agrémenter votre été. Tout d’abord, le roman Pendant que l’Amérique se déshumanisait, le peuple dormait au gaz de l’auteur du Madawaska, Philippe Hébert. Ce récit qui nous transporte en 2041 suscite des réflexions sur divers enjeux humains: la détresse, la violence, la vieillesse, l’intimidation.

Dans un autre univers, l’Éveil du prince de Mélanie Jean; un roman fantastique pour les jeunes adultes qui regorge de mystère dans lequel trônent les rois, les reines, les guerriers et les dragons.

L’auteur Everad Maillet propose dans un nouvel ouvrage de revisiter ses histoires du p’tit François des bois. Son livre comprend des textes inédits, quelques chroniques déjà parues dans le journal L’Étoile et des commentaires des lecteurs.

Poésie

En poésie, quelques nouveautés de Perce-Neige figurent au menu estival. Le temps des signes de Rino Morin Rossignol, paru en mai, repose sur des textes poétiques qui avaient été publiés dans deux recueils en 1988 et en 1994. Ces livres n’étaient plus disponibles.

«On a créé un tout nouveau livre avec les textes qu’il a écrit entre les années 1970 et 1988. Il est question d’amour, de solitude, mais aussi d’émerveillement devant les petites choses du quotidien et de la vie. Son écriture est très lumineuse et accessible», a partagé l’éditeur.

Le second recueil de Jonathan Roy, Savèches à fragmentation, figure aussi parmi les suggestions de l’éditeur. Avec une écriture très contemporaine, l’auteur est l’un des poètes les plus prometteurs de sa génération.

Si vous ne l’avez pas encore lu, le recueil de Gabriel Robichaud, Acadie Road, est tout indiqué pour la saison estivale. L’auteur nous emmène faire un tour de l’Acadie hors du commun pour conclure avec un manifeste sur l’identité. Le recueil est aussi disponible en livre audio sur le site de Radio-Canada.

Littérature jeunesse

En littérature jeunesse, l’offre abonde. Tout d’abord, le roman l’Acadie en baratte de Diane Carmel Léger, illustré par Raynald Basque, lauréat du prix Hackmatack, propose un petit guide inusité des Maritimes. Les notions sur l’Acadie sont présentées de façon ludique et contemporaine.

Pour les enfants d’âge scolaire, Bouton d’or Acadie vient de faire paraître un très bel abécédaire cadien de Richard Guidry et ses ami.e.s, B pour Bayou, illustré par Réjean Roy. On y retrouve une sélection de mots aux senteurs de Gombo de la Louisiane. Certains mots s’apparentent à ceux de l’Acadie, tandis que d’autres sont de véritables découvertes, fait remarquer l’éditrice Marie Cadieux.

Un autre type d’abécédaire est publié par les Éditions La Grande Marée. Il s’agit d’un abécédaire sur les animaux de Sylvain Rivière, illustré par Jocelyne Bouchard, Les animots de A à Z. Chez ce même éditeur, Diane Carmel Léger arrive en juillet avec le deuxième tome de sa série de romans fantastiques Les Acmaq, les feux follets de Tatamagouche. Dans ce second volet, Benoît et Zoé apprennent à composer avec leur nouveau milieu en Acadie, aidés de la Madouesse.

Pour les tous petits, on vous propose une Journée poney de Hélène Devarenne, illustré par Paul Lang, en français, en anglais et en wolastoq. Ce premier récit jeunesse publié en wolastoq raconte une belle histoire d’amour entre une petite-fille et son grand-père. Il peut aussi être écouté en livre audio sur le site Web des Éditions Bouton d’or Acadie.

Congé pour maman de Nicole Poirier, illustré par Isabelle Léger, est le titre par excellence pour l’été. Ce conte pour les petits raconte le récit d’une journée à la plage un peu ahurissante à la fois pour la maman et sa fille Sophie pleine de bonnes intentions.

Pour ceux qui auraient envie de découvrir la vie de Roméo LeBlanc, le récit Un gamin acadien: l’odyssée de Roméo LeBlanc vers Rideau Hall, de Beryl Young, traduit par Robert Pichette, figure parmi les œuvres incontournables de l’été.