Isabelle Cyr, Neil Armstrong et des débats d’idées à Voir Miscou et mourir

Avec une vingtaine de dates entre le 28 juillet et le 1er septembre, Voir Miscou et mourir déroule à nouveau le tapis rouge pour les artistes d’ici et d’ailleurs. la 11e saison du festival mettra en vedette entre autres Isabelle Cyr, Shaun Ferguson, Wilfred Le Bouthillier, Simon Daniel et Kevin Parent, ainsi que – nouveautés cette année – Emma Haché, Alain Deneault et Valéry Robichaud pour des soirées littéraires et de débats d’idées; comme quoi le Phare tend aussi le micro à la parole d’action en plus de la chanson.

Emma Haché animera deux soirées littéraires les 7 et 21 août pendant lesquels deux comédiens, Jeff Bate Boerop et Joannie Thomas, liront des extraits de romans des auteurs Kressmann Taylor et Violette Ailhaud. Les soirées sont organisées en collaboration avec la nouvelle compagnie du Théâtre Vent Debout.

Également au programme: La Marée des idées, qui sera haute à compter de 20h, le 29 juillet, et qui mettra en vedette le philosophe Alain Deneault, l’activiste du mouvement Imaginons la Péninsule acadienne autrement, Nancy Juneau, ainsi que le sociologue Joseph-Yvon Thériault. Les trois débatteurs discuteront entre autres d’environnement, de développement durable et d’enjeux mondiaux. La soirée sera animée par le poète Valéry Robichaud.

«Avec tout ce qui se passe dans le monde, ce n’est pas vrai que ça ne nous concerne pas. Nous en vivons les conséquences au quotidien», souligne la grande manitoue de Voir Miscou et mourir, Sandra Le Couteur.

Cette activité, tout comme les deux soirées littéraires d’Emma Haché, permettent également au festival, qui célèbre ses 10 ans d’âge cette année, de se renouveler et de se déployer dans de nouvelles niches.

«Après 10 ans, il faut amener quelque chose de nouveau et toucher à de nouvelles disciplines. Nous le faisions déjà avec la littérature depuis quelques années avec la Soirée de poésie Voir Miscou et mourir (qui aura lieu le 2 août, en collaboration avec le Festival acadien de poésie), mais nous avons voulu aller plus loin en ouvrant le Phare aux débats d’idées», explique la chanteuse qui, en plus d’avoir préparé l’horaire pour son festival au cours des dernières semaines, vient tout juste de terminer l’enregistrement de son 4e album, qui devrait paraître en septembre.

Bien sûr, Voir Miscou et mourir ne se déleste pas de sa vocation première, celle de faire découvrir ou redécouvrir des talents musicaux pour beaucoup acadiens, mais également d’en-dehors de nos frontières.

Avec Shaun Ferguson (qui ouvrira la 11e saison le 28 juillet comme il avait d’ailleurs ouvert la toute première en 2009), Wilfred Le Bouthillier (3 août, Philippe LeBouthillier en première partie), Simon Daniel (4 août, Julie-Anne Benoit en première partie), Kevin Parent qui affiche complet les 9 et 10 août, Dany Boudreau (11 août), Nathalie Renault (14 août), et Isabelle Cyr (17 août), le menu demeure varié.

Neil Armstrong

À travers tout ça, Sandra Le Couteur se produira une dizaine de fois en solo (sauf le 13 août, où elle sera accompagnée en première partie d’Alex Vibert, finaliste au Petit Gala de la chanson de Caraquet l’an dernier).

Fidèle à ce qui est désormais son habitude, elle aura avec elle un nouvel «invité», et pas le moindre: l’astronaute Neil Armstrong.

«Nous voulions souligner le 50e anniversaire de l’Homme qui a marché sur la Lune. C’est la NASA qui nous a contacté pour nous proposer d’inviter Neil Armstrong. En fait, il trouvait que Miscou, ça ressemblait un peu à la Lune et il pensait que le Phare, c’était un vaisseau Soyouz!», lâche-t-elle dans un éclat de rire, ajoutant plus sérieusement que son illustre invité va aussi pousser quelques notes avec elle.

Vous l’aurez compris: comme pour Dalida l’an dernier, Sandra Le Couteur ressuscitera son acolyte décédé en 2012 avec l’aide d’un costume et d’un brin d’humour. Sur un ton plus grave, la chanteuse mentionne qu’elle rendra aussi hommage à de grands disparus de l’époque récente, tel que Maurane, France Gall et Michel Legrand, tout en interprétant quelques chansons de son prochain disque à venir et d’autres de ses trois albums précédents.

«Ce qui me surprend le plus, c’est que Voir Miscou et mourir perdure dans le temps. Quand nous avons commencé ça mon mari et moi, dans nos têtes, c’était le temps d’un été, celui du Congrès mondial acadien qui avait lieu dans la Péninsule acadienne. Aujourd’hui, nous sommes considérés comme un ‘‘must’’ dans les événements du genre; les gens nous le disent. En plus, ç’a permis le développement de tout un circuit, avec La Terrasse à Steve, le Resto Su Martine ainsi que les boutiques et le restaurant tout près du Phare», exprime Sandra Le Couteur.

Celle qui est elle-même native de Miscou et qui demeure aujourd’hui à Pointe-Alexandre, près de Lamèque, compte d’ailleurs développer davantage ce circuit dans les prochaines années, toujours sous l’impulsion de Voir Miscou et mourir.

«Nous voudrions que des maisons sur l’île ouvrent leurs portes aux visiteurs, afin qu’ils puissent vraiment voir comment les gens vivent sur l’île. C’est dans les plans et nous travaillerons là-dessus dans les prochains mois.»

Les détails de la programmation ainsi que les billets sont disponibles sur le site web de la Billetterie Accès (www.billetterieacces.ca), ainsi que sur la page Facebook Voir Miscou et mourir.

La plupart des représentations ont lieu à 20h, sauf lorsque le contraire est indiqué.