Le P’tit François immortalisé dans un livre

Le P’tit François est populaire dans la région de Kent!

Plusieurs personnes se sont pointées au lancement du livre d’Évérard Maillet dimanche, à Bouctouche.

Journaliste d’expérience, voilà maintenant plus de 20 ans que l’auteur produit une chronique humoristique sur le personnage du P’tit François dans les pages de l’hebdomadaire l’Étoile.

Après une pause de deux ans, l’auteur voulait se remettre à écrire. Mais il repoussait toujours à plus tard. Puis, le drame frappe. Cloué à la maison en raison d’une jambe cassée et sans trop savoir quoi faire des ses journées, Évérard Maillet se met la main à la pâte pour créer ce que ses fans réclament depuis longtemps: un livre.

«Le personnage est connu dans le Sud-Est et ailleurs. Le P’tit François s’est promené partout à travers le monde, parce que les Acadiens qui restaient dans d’autres pays recevaient des copies de ma chronique de leurs proches», affirme-t-il en entrevue.

Des fans du personnage sont venus faire dédicacer leur copie du livre par l’auteur dimanche.

«C’était vraiment spécial, ça m’a touché parce que j’ai réalisé plus que jamais que les gens sont en amour avec le P’tit François. Tout le monde qui était là, tout ces gens que j’ai fait rire, ça m’a confirmé la popularité de mes histoires.»

Le personnage fictif du P’tit François s’inspire de la vie de l’auteur et de celle d’un aîné – connu seulement comme p’tit François – qui habitait autrefois à Bouctouche.

Le bouquin se penche sur l’enfance du personnage et raconte, entre autres, son séjour à l’école, sa première communion et d’autres aventures. On y retrouve également quelques chroniques inédites.

«C’est semi-vrai. C’est exagéré, mais il y a beaucoup de choses qui me sont vraiment arrivées», laisse entendre l’auteur.

André LeBlanc, ancien camarade de classe de M. Maillet, se souvient lui aussi du personnage réel qui a inspiré la chronique.

«J’ai aussi connu le vrai P’tit François; il restait dans notre région. Avec les histoires que j’ai entendues, je dirais que les chroniques sont fidèles au personnage.»

Bien qu’il est connu comme Barabbas dans la passion dans la région de Kent, tout le monde n’a pas entendu parler du personnage d’Évérard Maillet.

Sylvie Desgarniers, originaire de Québec, fait du tourisme dans la région depuis deux semaines. Elle a acheté le livre puisqu’elle voulait un souvenir de l’Acadie, ancienne terre d’origine de sa grand-mère.

«J’ai toujours aimé sa façon de parler de ma grand-mère et d’imager ses expressions, le ton de sa voix, les belles sonorités.»

Elle espère qu’elle retrouvera les mêmes habitudes langagières dans le bouquin intitulé Le P’tit François des bois: un Acadien pas mal comique!, publié aux Éditions de la Francophonie.