Peigne et Citrouille au pays de leurs ancêtres

Pour son nouveau spectacle musical de l’été, le Pays de la Sagouine plonge à la fois dans l’humour et dans l’émotion en mettant en lumière l’importance des racines. Citrouille et Peigne entreprennent un voyage de Bouctouche à la France, afin de poursuivre leur quête personnelle, le tout dans le divertissement le plus total. L’un cherche l’amour et l’autre sa famille.

Présenté devant une salle bondée au théâtre Viola-Léger du Pays de la Sagouine, le spectacle Racines offre un mariage entre la comédie, la tendresse et la chanson. Si dans la première partie, on rit beaucoup, au retour de l’entracte, les personnages se laissent aller dans l’émotivité et la sensibilité. La chanson occupe également une grande place. On voyage à travers le répertoire acadien, allant de Zachary Richard à Angèle Arsenault en passant par Cayouche, Michel Thériault, Daniel Léger et Édith Butler. Ils interprètent de grands classiques tels que L’arbre est dans ses feuilles, Évangéline ou encore Massachusetts, un titre un peu moins connu de Zachary Richard, pour terminer avec la très belle chanson La grande vie.

«C’était excellent. Ce sont des chansons qui touchent et qu’on ne se tanne jamais d’entendre. C’est peut-être un peu moins une comédie que ce qu’on est habitué de voir au Pays de la Sagouine, mais c’est très touchant et c’est un bon spectacle pour se sentir connecté au Congrès mondial acadien», a commenté une spectatrice Mireille Roy, à l’issue de la représentation mercredi.

Salué par une ovation bien sentie, le spectacle a été conçu en fonction du CMA, explique le directeur du Pays de la Sagouine et comédien Luc LeBlanc. D’abord créé en 2018 avec Christian Kit Goguen comme chanteur principal, le spectacle est de retour avec un nouvel interprète Philippe Boudreau alias Phil Athanase qui incarne le personnage de Phil; un amoureux de la forêt, conteur, chanteur et philosophe à ses heures. André Roy (Peigne), Luc LeBlanc (Citrouille) et Monique Poirier (La Catoune) sont de nouveau de la distribution.

Au milieu de la scène trône un immense arbre symbolisant ainsi les racines de chacun. C’est aussi l’arbre auprès duquel Citrouille se confie régulièrement. Cet arbre semble même avoir certains pouvoirs magiques…

Une histoire rocambolesque

Le spectacle raconte l’histoire de Citrouille et Peigne qui vivent tous les deux la perte d’un être cher. Citrouille a décidé de rompre avec Mariaagélas, tandis que Peigne est toujours à la recherche de sa mère. En peine d’amour, Citrouille ne sait plus où donner de la tête. Avec son fidèle ami Peigne qui cherche désespérément à connaître ses origines et en apprendre davantage sur son arbre généalogique (gynécologique comme il le dit), ils tenteront de trouver réponse à leurs questions. Cette quête donnera lieu à des situations complètement loufoques; comme quoi le ridicule ne tue pas. Ils ne réinventent peut-être par le genre, mais leur humour est hautement efficace avec une gestuelle et des répliques percutantes.

Dans ce récit, apparaît Phil qui leur proposera alors un voyage pas comme les autres, au pays de leurs ancêtres où ils feront la rencontre d’un marin français et de la charmante Évelyne. C’est le même spectacle qu’en 2018, mais avec quelques ajustements et de nouvelles répliques pour le personnage de Phil. Selon Luc LeBlanc et André Roy, Phil Athanase apporte une toute nouvelle énergie au spectacle.

«On voulait trouver quelqu’un qui avait une énergie contagieuse. Phil a un instinct naturel de jeu et de scène, même s’il n’avait jamais fait de théâtre. Vocalement, il a un registre qui peut suivre celui Kit Goguen. Il fallait quelqu’un pour remplacer Kit dans toutes les chansons», a précisé André Roy.

Bien que tout le monde chante dans le spectacle, Phil Athanase est le chanteur principal. Il est brillamment secondé par Monique Poirier. L’interprète qui joue au théâtre pour la première fois confie vivre une expérience incroyable.

«C’est un autre niveau complètement parce que je suis habitué de faire des bars et des festivals avec le Big bad party band et mon projet Phil Athanase. Je n’avais jamais fait de pièces de théâtre et je me suis dit que si je voulais travailler avec le «best», il fallait que je travaille fort.»

Il s’est mis à la tâche dès le mois de février afin d’apprendre toutes les chansons et le texte de la pièce. Le spectacle comprend 18 chansons.

«Non seulement, il fallait que j’apprenne les chansons, il fallait que j’apprenne à jouer et à projeter.»

Treize représentations sont prévues jusqu’au 20 août. Le spectacle débute en force avec une première semaine à guichets fermés.

Le spectacle a été écrit et conçu par André Roy, Luc LeBlanc et Monique Poirier. Le pianiste Mario Robichaud qui assure la direction musicale est accompagné sur scène du musicien Bryan Poirier. La mise en scène est d’Éric Butler.