Laurie LeBlanc en spectacle samedi dans le cadre du Festival acadien

Depuis que La Pitoune a pris l’ditch avec ton ti-bécyc en 2010, Laurie LeBlanc, roule à vive allure sur la route du country.

Au cours des dernières années, l’artiste de Bouctouche récolte quantité de prix et de nominations. Son tube Moi-itou Mojito sorti en 2015 sur son album 20 lui a permis de se faire connaître ailleurs au Canada francophone, au Québec et en Ontario plus particulièrement. Son plus récent effort, Couleurs, ainsi que le spectacle qui en porte le nom s’attirent la faveur populaire. Le ciel est bleu au-dessus de la tête de Laurie LeBlanc et ne semble pas près de s’obscurcir.

Le qualifier de tête d’affiche (parmi plusieurs autres) du Festival acadien de Caraquet n’est donc pas faux. Le countryman s’y amène samedi avec ses musiciens et il y présentera son spectacle Couleurs pour la première fois dans la Péninsule acadienne.

«J’ai très hâte! L’ambiance à Caraquet a toujours été plaisante et je suis bien heureux de voir le public du Festival acadien», souligne Laurie LeBlanc, qui présentera plusieurs chansons de son plus récent disque ainsi que quelques pots-pourris francophones et anglophones d’airs connus des années 1960 et 1980.

Avec pas moins de six nominations au prochain Gala Country qui aura lieu en octobre à Laval, au Québec, (Album de chansons originales de l’année, Auteur-compositeur de l’année SOCAN, Chanson de l’année pour Rêver en couleur, Interprète masculin de l’année ainsi qu’un doublé dans la catégorie Spectacle de l’année pour Couleurs et Noël en Acadie), Laurie LeBlanc est désormais bien établi comme artiste à part entière, après bientôt 25 ans d’une carrière qui s’est particulièrement accélérée au cours des dernières années.

«C’est certain que ma chanson Moi-itou Mojito m’a vraiment aidé à percer le marché du Québec, entre autres. Mon épouse Jeannette et moi travaillons fort depuis longtemps pour que ma carrière se développe. Les résultats sont là, car je fais maintenant de la musique à temps plein depuis 2016 et Jeannette travaille aussi désormais à temps complet avec moi», se réjouit-il.

Une surprise de taille

Celui qui lancera sous peu un nouvel album en anglais commence également à se faire faire les yeux doux ailleurs en Amérique du Nord.

L’auteur-compositeur-interprète acadien est au rang des finalistes dans cinq catégories (Entertainer of the Year, Modern Country Song of the Year pour Never Stop Dreaming, Album of the Year pour Couleurs, Male Artist of the Year et Male Vocalist of the Year) aux prochains Josie Music Awards, qui auront lieu le 21 septembre, au Tennessee, et qui récompensent des artistes indépendants dans tous les genres musicaux.

«Ça m’a vraiment pris par surprise! J’ai lancé deux extraits anglophones sur internet au cours des derniers mois, dont Never Stop Dreaming, et il faut croire qu’il y avait des membres du jury du gala qui les ont remarquées et qui ont pris connaissance de ce que je faisais. Je n’ai pas d’objectifs trop ambitieux pour le moment, mais si ça peut m’aider à faire davantage de spectacles au Canada anglais ainsi qu’ailleurs dans les Maritimes, j’en serais bien content. Mon nouvel album anglophone s’en vient aussi; on sait jamais ce qui peut arriver», mentionne Laurie LeBlanc, qui s’entoure notamment du réputé Jason Barry (Dean Brody, Terry Clarke, Michelle Wright) à la réalisation ainsi que de Don Mescall (Rascall Flats, Neil McCoy, les Backstreet Boys), entre autres, pour l’écriture des chansons.

Le spectacle de Laurie LeBlanc au Festival acadien aura lieu samedi, à 21h, sous le chapiteau du Carrefour de la mer de Caraquet. Il sera précédée en première partie de Brian Kelly.

Le public peut voter en ligne pour Laurie LeBlanc ainsi que les autres artistes acadiens en nomination au Gala Country – Annie Blanchard, Hert LeBlanc, Amélie Hall, Rhéal LeBlanc et Joannie Benoit) à culturecountry.com/galacountry.