Le tremplin du talent Acadien à Richibucto

Dans quelques jours, Chantal LeBlanc entonnera un air d’opéra devant une foule de quelques centaines de spectateurs.

Elle fera son numéro lors du spectacle des Étoiles montantes de l’Acadie, à Richibucto, le 19 août, au milieu d’un programme chargé de 44 jeunes artistes en devenir.

La jeune cantatrice de 11 ans ne ressent toutefois pas un soupçon de nervosité. Elle dégage une confiance calme et elle s’occupe plutôt de pratiquer sa voix puissante.

«Il faut faire beaucoup d’exercices pour la voix avant de chanter. C’est comme quand on démarre une auto, il faut la laisser réchauffer avant de conduire», dit la jeune Dieppoise.

Les parents de Chantal, Lisa Bourque et Léonce LeBlanc, racontent qu’elle chante depuis l’âge de quatre ans.

Le spectacle des Étoiles montantes sert de vitrine pour les jeunes artistes qui veulent se faire connaître dans la communauté. Chantal LeBlanc explique qu’elle aimerait bien faire carrière de sa passion pour le chant, mais qu’elle a également d’autres ambitions.

«J’ai vraiment envie de chanter l’opéra partout dans le monde, mais je veux aussi être chimiste.»

Son frère, Nicolas LeBlanc, est lauréat du Petit Gala de la chanson de Caraquet dans la catégorie des 10 à 13 ans. Il montera lui aussi sur scène le 19 août.

«Nicolas, il joue n’importe où. Il est compositeur et c’est sa plus récente composition qu’il va chanter au spectacle, c’est une chanson sur la déportation», d’expliquer Lisa Bourque.

Chantal et son frère partagent un studio d’enregistrement dans le sous-sol de leur demeure familiale.

«Leur style est complètement différent, mais ils peuvent faire une harmonie. Ils ont toujours pris ça comme s’ils étaient dans une chorale et ils sont très bons ensemble», dit Léonce LeBlanc.

«Ils chantent beaucoup tous les deux dans l’auto. Quand ils sont pris ensemble, on n’a pas besoin de la radio», plaisante le père.

«Donner la chance aux jeunes»

Chantal et ses 43 compagnons de scène ont été sélectionnés lors d’auditions, mais c’est le seul aspect concurrentiel de ce spectacle, selon son créateur, Maurice Daigle.

«Il s’agit de donner la chance aux jeunes de se produire en spectacle et de leur donner la piqûre de la musique.»

Maurice Daigle, qui est aussi directeur de l’École Mgr-François-Bourgeois à Shédiac, a travaillé sans compter pour mener à bien l’organisation des Étoiles montantes, un spectacle qui a déjà connu du succès à cinq reprises dans la région du sud-est.

Il explique que tout son travail est récompensé lorsqu’il entend les jeunes chanter.«Qua

nd je les vois chanter sur scène avec une foule qui les applaudit, ça me donne des frissons.»

Les artistes en herbe, issus de partout au Nouveau-Brunswick et à l’Île-du-Prince-Édouard, auront droit aux conseils d’artistes tels que Raphaël Butler, Maxime Forbes et Izabelle, avant de monter sur scène.

Maxime Forbes, musicien de carrière, explique qu’il s’efforce d’estomper le trac qu’affrontent les jeunes chansonniers avant de monter sur scène.

«Je pense que notre objectif est de donner confiance aux jeunes pour qu’ils se sentent encouragés lorsqu’ils arrivent sur la scène.»

La nervosité est un des ennuis du métier et il faut apprendre à composer avec, selon Forbes.

«En spectacle, on montre qui on est et on est nécessairement vulnérable lorsqu’on chante ou qu’on présente quelque chose sur scène. C’est normal. On fait des ateliers pour les sortir de leur bulle», explique le musicien.

Les billets seront disponibles à la porte au coût de cinq dollars. Le spectacle aura lieu à 19h au Centre Kent-Nord Impérial de Richibucto, au 33, rue Morgan.