Un premier «drag ball» acadien

Un premier «drag ball» acadien est organisé dans le cadre de la Semaine de la fierté du Grand Moncton. L’instigateur de l’événement, le comédien Xavier B. Gould, espère que ce rassemblement permettra de sensibiliser le public à la cause LGBTQ+.

L’artiste queer acadien, bien connu pour son personnage de chasseuse de «moose», estime qu’il y a encore du chemin à faire pour éliminer complètement les préjugés, la discrimination et l’intimidation à l’égard de la communauté LGBTQ+. Depuis quelques années, Xavier B. Gould, alias Jass-Sainte Bourque, songe à organiser un «drag ball» acadien. Ce genre d’événement existe déjà aux États-Unis, notamment à New York et à San Francisco, depuis au moins les années 1950.

«C’est un happening, mais beaucoup plus proche d’un pageant (concours de personnalité) avec des catégories où les gens font des défilés de mode et de danse afin de s’exprimer dans toute leur «queerness» et leur authenticité.»

Bien sûr, il y a un panel de juges et des prix seront remis dans différentes catégories, mais c’est loin d’être l’objectif d’un «drag ball», précise celui qui animera la soirée.

«C’est vraiment un espace où les gens peuvent s’exprimer en toute liberté et en sécurité, sans limites, sans frontières et sans peur. C’est pour venir appuyer la communauté LGBTQ+. Tout le monde est bienvenu à assister à l’événement.»

Des catégories acadiennes

Selon Xavier B. Gould, c’est l’occasion pour le public de vivre l’expérience de la communauté queer et de mieux comprendre leur réalité sans les juger.

L’originalité de ce «drag ball», c’est que les catégories sont acadiennes.

«Il y a des catégories comme Sexy Evangéline realness, Where the hell que t’es Gabriel et Parlee beach party. Il y a une variété de choses qui viennent un peu commenter l’Acadie, mais d’une façon qui est un petit peu taquine. C’est de l’ironie, mais pas d’une façon méchante. C’est une façon qui aide à célébrer le fait qu’on est qui on est tout en ayant du plaisir là-dedans. L’important dans le «drag ball» acadien, c’est de mettre en lumière les gens de la communauté queer qui ont une relation avec l’Acadie et la francophonie.»

Défilés de mode, performances, danses; les participants se présentent devant le public de la façon dont ont envie de le faire, et ce, dans toutes leurs couleurs.

«Leur défilé leur appartient», précise l’animateur.

Ils seront accompagnés d’un DJ qui assure l’animation musicale pour appuyer leur marche. Durant la journée de vendredi, les participants participeront à une série d’ateliers de performances, de coutures et de maquillage afin de se préparer pour la soirée. Près de 30 personnes se sont inscrites, dont la moitié qui se produiront au «drag ball» acadien.

«C’est quelque chose qui va mettre en lumière la communauté qui s’exprime en toute ouverture», a commenté Xavier B. Gould qui anticipe une bonne foule.

L’événement est présenté vendredi, à 20h à la Salle Bernard-LeBlanc, à Moncton.

Après le drag ball, le violoniste queer et francophone, Denique, offrira un spectacle. L’entrée pour la soirée est basée sur le principe de payez ce que vous voulez.