ADISQ 2019: une seule nomination pour l’Acadie

Seul finaliste de l’Acadie au gala de l’ADISQ, le groupe Les Hôtesses d’Hilaire estime que cette nouvelle distinction est particulièrement appréciable pour sa visibilité auprès du grand public et la vente de spectacles.

Cette nouvelle mention s’ajoute à une série de prix et de nominations qu’ils ont reçus pour leur opéra rock Viens avec moi depuis un an.

«Honnêtement, c’est le côté affaires que ça change. J’ai l’impression que c’est pas un jury qui se base simplement sur la qualité. Je pense que les ventes de disque, la présence et le nombre de spectacles vendus sont aussi des critères et c’est très correct. Pour nous, ça va nous aider à vendre plus de spectacles et ça donne une visibilité aux yeux du public», a déclaré le chanteur du groupe Serge Brideau.

Par les années passées, les Acadiens ont souvent récolté quelques nominations à l’ADISQ. Cette année, une seule nomination acadienne figure au tableau des finalistes.

«C’est un peu décevant parce qu’il y a tellement de beaux projets. La question reste toujours la même: combien de gens ont appliqué parce que c’est comme pour n’importe quoi, les ECMA, Musique NB et les Éloizes, si on n’applique pas on n’a pas de nomination», a partagé Carol Doucet qui ne soumet pas nécessairement des projets chaque année.

Celle-ci précise que les frais d’inscription au Gala de l’ADISQ ont diminué pour les petites maisons de disque, passant de plus de 2000$ à environ 200$.

On aurait pu s’attendre, entre autres, à une nomination pour l’album Pourchasser l’aube de Caroline Savoie qui propose un projet assez unique. La maison Spectra qui la représente a soumis son disque, mais il n’a pas été retenu. Son gérant Rodrigue Savoie admet que c’est décevant.

«La compétition est forte, mais je pensais que ça méritait au moins une mention. C’est très difficile d’entrer à l’ADISQ. Caroline n’a pas beaucoup de visibilité encore au Québec comparativement à de nouvelles artistes qui arrivent. Je suis peut-être biaisé, mais je trouve que cet album-là est magnifique.»

Serge Brideau constate que pour être en finaliste à l’ADISQ, les artistes doivent avoir fait une certaine percée sur le marché québécois, rappelant que l’organisation est avant tout québécoise et qu’elle n’a pas nécessairement un mandat francophone pan canadien.

«Il y a plein d’albums que j’adore cette année qui ne sont pas nommés et parmi eux, il y a des albums québécois aussi.»

Le groupe acadien tentera de décrocher le Félix de l’année pour l’album rock de l’année. Le quintette est finaliste aux côtés de Pierre Lapointe et les Beaux Sans-Coeur, Les Trois Accords, Éric Lapointe et Caravane. Cette année, les prix dans cette catégorie seront remis au Premier gala qui se tiendra, le 23 octobre, soit la veille de la remise des Prix Musique NB. Ce sera un peu difficile pour l’ensemble du groupe d’assister aux deux événements. Serge Brideau envisage de se présenter à la cérémonie de Musique NB puisqu’ils ont obtenu cinq nominations.

«Je trouve que c’est quand même important et on a cinq nominations donc on a plus de chance d’aller remercier notre famille à Musique NB qu’à l’ADISQ.»