Les lundis francos de retour au Nouveau-Brunswick

Les salles du Cinéplex à Dieppe et à Fredericton relancent la série de films les lundis francos. Selon la direction de l’entreprise de divertissement, ces séances de projection, bien qu’elles n’attirent pas toujours les foules, répondent à une demande.

Depuis 2014, le Cinéplex présente les lundis francos pendant les saisons d’automne et d’hiver. La série est suspendue pendant l’été. Un lundi par mois (au début ou à la fin du mois), les salles de Dieppe et de Fredericton programment des films de langue française sur ses écrans. Cet automne, la programmation comprend quatre films. Les trois prochaines séances se tiendront le 7 octobre (La femme de mon frère de Monia Chokri), le 4 novembre (Menteur d’Émile Gaudreault) et le 2 décembre (Matthias et Maxime de Xavier Dolan).

La programmation de l’hiver sera annoncée plus tard.

Le vice-président de Cinéplex pour l’est du Canada, Daniel Séguin, explique qu’il essaie de choisir des films qui ont connu un certain succès en salle au Québec. La programmation est aussi élaborée de concert avec les distributeurs de films.

«Le film appartient au distributeur. À ce moment-là, c’est lui qui décide à quel endroit il veut en faire la distribution ou la présentation. Il y a des fois des films qui sont présentés simultanément au Québec et au Nouveau-Brunswick, tout dépend de ce que la distribution recherche.»

Daniel Séguin précise que certaines séances francophones ont déjà fait salle comble, tandis que pour d’autres, l’affluence est plutôt ténue. À son avis, il y a quand même une demande et l’entreprise compte demeurer dans le marché francophone. À savoir, s’ils ont l’intention de programmer sur une base régulière des films en français avec plusieurs séances, le vice-président demeure prudent. Il est rare que les films francophones qui sortent en salle au Québec soient à l’affiche en même temps à Dieppe.

«On a fait des expériences dans le passé où on a présenté plusieurs séances et les résultats n’étaient pas 100% concluants. Notre but est de conserver la programmation des lundis francos. S’il y a des films à grand succès qui peuvent être présentés au Nouveau-Brunswick à plus grande échelle, ce sont des discussions qu’il faut avoir avec les distributeurs.»

Daniel Séguin considère que tout est une question d’offre et de demande.

«Tout est en fonction de l’offre et de la demande. S’il y a tant de salles de cinéma à Dieppe, notre but est de pouvoir présenter le film que le client veut voir. Il y a un maximum de salles. S’il y a une plus grande demande dans la région pour tel ou tel film, il faut s’adapter et voir ce qu’on peut faire.»

Les cinéphiles peuvent consulter la programmation francophone sur le site web de l’entreprise.