Restigouche: l’improvisation a toujours la cote

À sa toute première saison, la Ligue d’improvisation du Restigouche connaît déjà un succès retentissant.

C’était la première partie suivant la pause de mi-saison, mardi soir, pour la LIR, la Ligue d’Improvisation Restigouche. Pour l’occasion, l’équipe Orange affrontait la Rouge-Vin. Il s’agissait de la seconde de trois rencontres entre les deux formations.

Dans la salle, une foule tout de même relativement impressionnante pour un mardi soir. Environ 70 spectateurs s’étaient déplacés afin d’assister à la joute. C’est d’autant plus étonnant qu’il s’agit de la toute première saison de la LIR.

La partie s’est finalement soldée par une victoire de l’équipe Orange par la marque de 7-5.

Le capitaine de cette formation, c’est Vincent Leclair. C’est aussi lui qui a eu l’idée de créer cette ligue amicale dans la région.

Malgré son jeune âge, il a déjà plusieurs années d’impro derrière lui. Il a notamment fait parti de son équipe au secondaire (Aux quatre vents), a entraîné celle de l’école primaire voisine (Mosaïque du Nord) pour les Jeux de l’Acadie et a joué pendant ses quatre années universitaires (Ligue d’improvisation du campus universitaire de Moncton).

«L’idée de la LIR m’est passée par la tête l’année dernière alors que j’étais toujours aux études. Je voulais mettre sur pieds une structure pour permettre aux gens qui aiment l’impro d’en faire une fois adultes. Car il n’y avait rien ici, au Restigouche, pour les personnes désireuses de continuer à faire de l’impro après les études ou simplement pour assister à des parties. Et pourtant, l’impro est bien appréciée dans le coin», explique-t-il.

Des ligues grand public du genre, il en existe ailleurs dans la province, notamment à Bathurst et à Moncton. La LIR, elle, en est à ses premiers pas, sa première saison. Sur pied depuis septembre, six rencontres ont eu lieu jusqu’à présent. Et chose certaine, la réponse du public dépasse les attentes.

«On est vraiment surpris par le nombre de spectateurs qui sont présents en grand nombre depuis notre tout premier match. C’est très encourageant pour nous, car on voit que notre concept comble vraiment un manque», indique Vincent.

La toute première présidente

C’est ce que croit également sa consœur Guyane Pelletier, toute première présidente de la LIR.

Enseignante de formation, elle est aussi entraîneuse du programme d’impro à l’école Aux quatre vents de Dalhousie depuis quelques années.

Sous son aile, l’équipe a notamment remporté deux Gougounes dorées en quatre saisons. Selon elle, il existe une grande histoire d’amour entre la région et l’impro.

«Il y a toujours eu une bonne base d’impro dans la région, si bien que l’on est reconnu pour ça au niveau provincial. Avant les succès de l’école AQV, c’est la PRP qui était forte. Bref, les gens ici aiment faire de l’impro et ils aiment en consommer. C’était donc écrit dans le ciel qu’à un moment donné nous aurions nous aussi notre ligue pour adulte», indique-t-elle.

Pour cette première année, la LIR s’est contentée de trois équipes de six joueurs chacune. L’an prochain – car oui, on pense déjà à l’an prochain tellement l’expérience est positive –, ses organisateurs aimeraient en ajouter une quatrième.

Pour les intéressés, la prochaine partie de la LIR aura lieu le 5 novembre prochain et mettre aux prises les Rouge-Vins et les Bleus.

Improviser pour la prévention

Une autre activité touchant à l’improvisation est par ailleurs en chantier dans la région, soit la soirée Improvisation pour la prévention.

Cette campagne de financement a vu le jour l’an dernier afin de sensibiliser la population au fléau du suicide.

Elle en sera donc à sa seconde présentation, le samedi 9 novembre prochain, au Théâtre Restigouche de Campbellton.

Celle-ci vise à amasser des fonds pour la prévention du suicide tout en rendant hommage à un ancien joueur vedette d’impro de l’école AQV qui s’est enlevé la vie. L’an dernier, la soirée avait permis de récolter plus de 7000$.

«Les gens répondent avec beaucoup d’enthousiasme à cette activité, d’abord parce qu’ils aiment le concept, mais aussi parce que c’est pour une belle cause qui touche toute la population», souligne Guyane Pelletier qui est coorganisatrice de la soirée.

Une douzaine de joueurs sont attendus cette année, parmi lesquels plusieurs anciens joueurs vedettes de la région, mais aussi les animateurs Samuel Chiasson et Réjean Claveau ainsi que les comédiens Jean-Sébastien Levesque, Nathan Dimitroff, Cloé Levesque et Pierre Castonguay.