#Maria, le nouveau roman de Jacques Savoie: vérité ou mensonge?

Dans son nouveau roman #Maria, Jacques Savoie nous entraîne dans une intrigue prenante qui explore la frontière entre la vérité et le mensonge. Collée à l’actualité, cette œuvre humaniste qui navigue entre le suspense sociologique et le réalisme magique plonge dans les coulisses du cinéma.

Après avoir écrit quatre romans policiers mettant en vedette l’enquêteur Jérôme Marceau, l’auteur et scénariste natif d’Edmundston s’inspire de l’actualité récente avec ce 13e ouvrage qu’il appelle son roman de l’heure ou du jour, tellement il est collé à l’actualité.

À travers une affaire d’agression sexuelle, le mouvement #Moiaussi, le Festival de Locarno en Suisse, le triste destin de Maria Schneider, vedette du Dernier tango à Paris de Bernardo Bertolucci, le tournage d’un film américain à Montréal, une histoire d’amour et les feux de forêt en Californie, le romancier jette un regard sur une époque où le fossé entre la fiction et la réalité s’est amenuisé.

«En fait, c’est la raison pour laquelle j’ai écrit ce livre-là. En regardant toute cette période-là, avec le recul, j’ai regardé ça comme d’un oeil de sociologue. On a vu disparaître la frontière entre le vrai et le faux, entre la fiction et la réalité. C’est un virage qu’on a vu depuis peut-être 15 ans quand la télé-réalité est arrivée et que les médias sociaux ont pris de l’importance», a déclaré Jacques Savoie.

Ce roman c’est l’histoire de Mathias Fort; un écrivain à l’emploi du Service canadien du renseignement de sécurité. Sa tâche est d’imaginer les pires scénarios. Dans un moment d’étourderie, il se retrouve dans les bureaux d’une production américaine. Le tournage est interrompu et la production risque la faillite parce que la vedette masculine est soupçonnée d’avoir violé l’actrice vedette.

Un peu malgré lui, Mathias Fort arrive comme celui qui sauvera la situation. Insatisfait de son emploi, il accepte de reprendre le tournage aidé d’une petite équipe. Il en devient le producteur et le réalisateur. Il choisit de transformer ce film de fiction assez moche en documentaire-choc qu’il réalise à bout portant. On suit alors les événements.

L’actrice Rebecca Swanson, a-t-elle été réellement violée ou s’agit-il d’une scène de cinéma extrêmement bien jouée? Le réalisateur tente de découvrir la vérité et espère que justice sera rendue.

Le film se tourne en même temps que les événements se produisent avec plusieurs revirements. Il est question d’exploitation sexuelle, mais aussi de liberté de création et du courage des femmes. Parallèlement au tournage du documentaire, le réalisateur reprendra contact avec sa mère qui l’avait abandonné. Celle-ci vit en Californie frappée par de graves feux de forêt.

L’urgence du moment

Jacques Savoie a eu envie d’écrire un livre qui sort un peu des sentiers battus et qu’on peut lire presque en souriant. Si le style est empreint d’une certaine légèreté, il reste qu’il s’attaque à des thématiques importantes qui secouent le monde actuel, avec sensibilité et intelligence. Tout au long du récit, l’auteur livre ses propres préoccupations à travers ses personnages. D’ailleurs, le personnage de Mathias lui ressemble un peu, admet le romancier.

«Mathias prend position et les positions qu’il prend sont évidemment les miennes. On est toujours présent dans nos livres. La distraction de Mathias c’est aussi la mienne.»

Jacques Savoie a écrit ce roman du 7 janvier au 31 mars, un peu dans l’urgence du moment, comme pour le film qui se tourne dans son récit. Contraint à réduire ses activités professionnelles en 2017 pour des raisons de santé, l’auteur s’est mis à observer le monde au lieu d’en être un joueur.

«C’était une période formidable parce que c’est arrivé au même moment où Donald Trump a été élu. Alors j’ai été comme tout le monde happé par l’information, cette espèce de télé-réalité qui nous vient tous les jours. Il m’est venu à l’idée d’écrire un roman plus léger et qui pouvait peut-être attirer les hommes. Un livre écrit par un homme, mais qui est un livre féministe où le héros prend une position très claire par rapport à ça.»

Il a été inspiré par son premier professeur de littérature, Calixte Duguay, ayant affirmé que la littérature est le reflet de la société.

«Les nouvelles nous arrivent tous les jours et le roman est un peu écrit comme si l’actualité nous tombe dessus. Avant qu’on comprenne un sens à tous ces petits reportages et qu’on en fasse un portrait général, ça prend un peu de temps.»

Même la facture du livre s’inscrit dans la thématique puisqu’il voyage entre la fiction et la réalité en nommant parfois des personnalités publiques connues qui côtoient des personnages de fiction.

À plusieurs reprises dans son récit, l’auteur remet en question le système de justice qui, à son avis, n’est pas adapté aux problèmes de la violence sexuelle pointant du doigt les nombreuses plaintes déposées qui ne font pas l’objet d’accusation.

Publié aux Éditions Boréal, le roman #Maria sort en librairie le 5 novembre. Établi à Saint-Lambert sur la rive sud de Montréal, Jacques Savoie fera un premier lancement à la librairie Le Fureteur le 9 novembre. D’autres présentations pourraient suivre dans des librairies au cours des prochains mois.