Ventus Machina: sortir la musique classique de son carcan

«Artistiquement on fait absolument ce qu’on veut. Si ça n’existe pas, on va le créer ou on va trouver quelqu’un qui va le créer pour nous», déclare avec conviction le bassoniste Patrick Bolduc de Ventus Machina. Le quintette à vent du Nouveau-Brunswick offrira un grand concert au théâtre du Monument-Lefebvre à Memramcook, mardi, afin de lancer les activités de la FrancoFête en Acadie.

Depuis ses débuts en 2011, Ventus Machina s’est donné comme mission de sortir la musique classique de son créneau habituel. Seul ensemble à représenter la musique classique à la FrancoFête, le quintette offrira l’intégral de son concert Chante-moi une histoire. Leur objectif est de réussir à capter l’attention des diffuseurs du pays et de l’international qui ne sont pas nécessairement à la recherche de concert classique.

«On est le seul groupe classique de tout l’événement, donc notre défi est d’être capable d’intéresser des gens qui ne viennent pas magasiner pour ça, de leur montrer que ça marche et que ça peut être pour des séries plus populaires ou pour les écoles. On s’en fout que ce soit appelé classique. C’est de la musique avant tout», a affirmé Patrick Bolduc.

Au fil des années, ce quintette qui rassemble Karin Aurell, Christie Goodwin, James Kalyn, John Fisher et Patrick Bolduc a réussi à développer sa propre personnalité musicale. Ils ont une façon de faire, un style bien à eux et le sens de l’engagement. Pour ces musiciens et professeurs – certains d’entre eux sont aussi membres de Symphonie NB – c’est la musique qui les a amenés à s’installer au Nouveau-Brunswick.

«Beaucoup de répertoire qu’on joue, c’est du matériel qui est écrit pour nous. Nous essayons de sortir des sentiers traditionnels, on ne joue pas juste dans les grosses églises. On essaie de trouver des places un peu flyées.»

Ils ont joué avec le violoneux Ray Légère, ils ont mis en musique des contes, des légendes acadiennes et ils invitent régulièrement des musiciens à se produire avec eux. Ils songent même à développer un programme inspiré des oiseaux avec l’ornithologue Alain Clavette.

Sur la scène, ils peuvent jouer jusqu’à 15 instruments à vent, allant des flûtes au basson en passant par la clarinette, le hautbois, les saxophones et le cor anglais. «On a trop d’imagination», avance la hautboïste Christie Goodwin en souriant.

Les racines

Chaque concert se tisse autour d’un fil conducteur et d’une trame narrative. Cette fois, ce sont les racines, le folklore, le conte et les légendes acadiennes qui sont à l’honneur. Le conte Le porteur de rêves de Cheyda Haramein, mis en musique par Jean-François Mallet, des légendes acadiennes sur des musiques de Richard Gibson et une suite celtique d’Andrew Creeggan figurent, entre autres, à ce programme.

De plus, chaque membre du quintette a choisi un morceau qui lui est cher ayant marqué son parcours pour créer la pièce Our roots (Nos racines). Sur la scène, l’ensemble sera accompagné de Vicki St-Pierre qui fera la narration du Porteur de rêves et de Mona Chamberlain qui assurera la narration des légendes acadiennes.

En se présentant à la FrancoFête, le quintette espère pouvoir faire des percées dans l’Ouest canadien et en Europe, mentionne Christie Goodwin.

Avec un premier album à son actif, le groupe envisage d’en enregistrer un deuxième en avril 2020 qui aura un style plus populaire avec des pièces qu’ils ont jouées en spectacle.

La formation qui donne environ 25 concerts par année visite régulièrement les écoles pour sensibiliser les élèves à la musique classique et leur montrer que jouer du basson ou du hautbois peut être cool. Les musiciens collaborent avec les départements du musique en milieu scolaire.

«Ce n’est pas loin d’être un des jobs les plus difficiles être prof de musique dans une école et d’avoir son harmonie parce qu’on ne peut pas être spécialiste de tous les instruments et ils ont un paquet d’instruments à enseigner. C’est donc important en tant que spécialiste de faire des sessions avec des sectionnelles pour essayer d’aider la relève.»

En plus de la FrancoFête en Acadie, Ventus Machina se produira à différents endroits avec divers programmes au cours des prochaines semaines.