La 23e FrancoFête en Acadie prend son envol

Dans une prestation éclatante, Mehdi Cayenne a offert un moment unique, mercredi, lors de la première série de vitrines de la 23e FrancoFête en Acadie. Le poète et auteur-compositeur-interprète franco-ontarien qui a déjà vécu à Dieppe était particulièrement touché de revenir dans la région pour présenter son plus récent spectacle.

Le marathon des vitrines de la FrancoFête est bel et bien parti. C’est en musique, chanson et théâtre que les festivités ont débuté à la Caserne de Dieppe. Tour à tour, des artistes de divers horizons ont offert un aperçu de leur spectacle.

En fin d’après-midi, le très coloré Mehdi Cayenne alias Mehdi Hamdad est arrivé sur la scène tel un véritable tsunami. Ayant une présence sur scène incomparable, l’auteur-compositeur-interprète d’origine algérienne et française a livré une prestation explosive et renversante teintée d’humour et d’émotions. Accompagné d’un batteur, il a interprété des chansons de son plus récent album Radio Batata.

«Pour ceux qui n’ont jamais vu deux patates au four sur scène, nous voici!», a lancé l’artiste vêtu d’un veston aluminium.

Il propose une musique rythmée qui déménage, des airs accrocheurs et des paroles percutantes. À la toute fin de sa prestation, il s’est déplacé dans l’auditoire, guitare en main, afin d’aller rejoindre la première personne qui l’a embauché comme artiste. C’est aux côtés d’Hélène Legault, au milieu de la salle, qu’il a chanté cette ultime chanson dans une formule intimiste, révélant ainsi le côté un peu plus introspectif de l’artiste.

Auteur-compositeur-interprète, poète, comédien et chroniqueur, Mehdi Cayenne a vécu à Dieppe de 1999 à 2001 et il a fréquenté l’école Anna-Malenfant. Il a profité de son passage en Acadie pour aller donner un atelier aux élèves de son ancienne école.

«Imaginez comment on se sent de revenir dans un endroit où on a vécu. C’est émouvant et touchant», a confié l’artiste, en entrevue à l’issue de sa prestation vivement applaudie.

De l’opéra à la chanson populaire

Dans des harmonies de haute voltige, le quatuor Quartom, qui propose un éventail de musique a cappella, a séduit l’auditoire. Humour et opéra étaient au rendez-vous dans ce numéro qui a réuni des sérénades de plusieurs époques allant du Moyen-âge à la Renaissance en passant par des chansons du répertoire populaire tel que Madeleine de Jacques Brel et Ginette de Beau Dommage. Leur nouveau spectacle porte sur les relations amoureuses; celles qui vont bien, mais aussi celles qui vont moins bien, ont-ils précisé.

Très expressifs, les quatre chanteurs classiques ont terminé leur prestation avec une œuvre chantée en italien. Sur la scène, ces amis de longue date ont développé une belle complicité.

C’est le cas aussi du duo Geneviève et Alain qui a livré une prestation intimiste, aux saveurs folk et country. Ce couple dans la vie comme sur scène qui offre une musique réconfortante et enveloppante a été chaleureusement applaudi par la foule.

Dans ce marathon de découvertes artistiques, le public a pu aussi découvrir l’univers de Jessy Benjamin, une drôle de bibitte qui propose un mélange de folk, d’histoire, d’humour et de légèreté. Un extrait de la pièce, Karl Marx, le retour, présentée par la compagnie Théâtre Vent Debout de Fredericton a donné le coup d’envoi à cette série de vitrines.

Au moins une centaine de personnes, dont plusieurs diffuseurs du pays et de l’international, ont assisté à cette série de vitrines.

La FrancoFête se déroule jusqu’à dimanche. Un total de 36 extraits de spectacles en plus des prestations de fin de soirée Onépascouchés figurent au programme. Cette série a lieu à l’Hôtel Wingate, à Dieppe, quartier général de l’événement.

Parmi les artistes en vitrine ouverte au public, mentionnons, entre autres, Florent Vollant, Jacques Surette, Frank Williams, Circus Stella, Cy, Phil Athanase, Simon Daniel, Christine Tassan et les Imposteures, Beauséjour, Ryan Doucette ainsi que Wesli. Les spectacles ont lieu à la Caserne et au Théâtre Capitol.

Les Prix RADARTS

Deux prix RADARTS ont été remis à des diffuseurs membres du Réseau atlantique des diffuseurs des arts de la scène, mercredi soir, dans le cadre de l’ouverture de la FrancoFête.

Ces prix récompensent l’excellence et la passion des diffuseurs.

Le prix Distinction a été décerné au Centre culturel de Caraquet et le Prix Excellence Louis Doucet a été remis à la Société culturelle des Hauts-Plateaux.