La «douce folie» des artistes acadiens éblouit les délégués de la FrancoFête

Dans un mélange de rock, de folk, de traditionnel, de country, de blues et de musique planante, les six auteurs-compositeurs-interprètes de l’Acadie en vitrine devant les délégués internationaux, jeudi, ont offert un autre visage de la chanson francophone. En commençant par la montée de lait musicale de Joey Robin Haché qui témoigne de ce goût du risque bien assumé.

«Je trouve que la scène acadienne se libère. C’est une belle douce folie. J’ai beaucoup aimé Joey Robin Haché qui reflète bien cette nouvelle scène qui est complètement ouverte, même musicalement, c’est mélangé. On quitte un peu le country acadien vers quelque chose de plus rock. J’ai l’impression que ça peut plaire vraiment à l’extérieur de la province et se démarquer», a déclaré Alexandra Hernandez du festival Les Transboréales à Saint-Pierre et Miquelon.

Cette série de vitrines réservées aux agents, aux producteurs, aux programmateurs d’événements et aux diffuseurs de l’industrie musicale de l’Europe et de l’ensemble du pays a mis en vedette six artistes et groupes. Cette suite de tableaux en chanson a plu aux délégués.

«On se dit pas que ça ressemble à la musique québécoise, à l’américaine ou à la française. C’est de la musique acadienne et c’est fort d’arriver à faire ça», a souligné Alexandra Hernandez.

Simon Daniel, Isabelle Cyr, Joey Robin Haché et Matt Boudreau du Nouveau-Brunswick, Sirène et Matelot (Patricia Richard et Lennie Gallant) de l’Île-du-Prince-Édouard, ainsi que Mike à Vik de la Nouvelle-Écosse ont offert des extraits de spectacle à la Salle Bernard-LeBlanc à Moncton. La petite salle était bondée.

«C’est le fun une salle pleine enfin, tabarouette!», a lancé avec une pointe d’ironie Joey Robin Haché devant la foule.

En pleine possession de ses moyens, l’auteur-compositeur-interprète qui vient de lancer un nouvel album, Trente, a carrément pris un nouveau tournant artistique. Le moins que l’on puisse dire c’est que ça brasse sur scène. Le chanteur de 31 ans à la tête blonde chante sa révolte.

Dans un cri du coeur engagé, il s’indigne contre les pollueurs, les profiteurs, le statu quo de la musique populaire et les télé-réalités qui déforment la réalité. Dans sa chanson Imbécile, il nous fait une énumération complète de toutes les choses qui l’horripilent. On a eu droit à un beau délire de cette bête de scène.

Tous les artistes ont offert des extraits de spectacles de qualité, en commençant par la chanteuse, musicienne et comédienne Isabelle Cyr qui a invité le public à entrer dans son univers intimiste et authentique qui prend sa source dans sa ville natale, Moncton, et la mer de Cocagne.

«Quel bonheur de jouer chez moi! Quand j’arrive à la frontière du Nouveau-Brunswick, le temps s’arrête, mon coeur se met à battre très fort…», a confié l’artiste établie à Montréal depuis longtemps.

Des retombées

Selon la gérante et propriétaire de Le Grenier Musique, Carol Doucet, qui représente quatre des six artistes sélectionnés pour cette série de vitrines, l’événement est très important. D’abord, tous les musiciens ont bénéficié d’une formation donnée par des délégués de l’Europe avant de monter sur scène et ce sont des artistes prêts à s’exporter.

C’est une vitrine qui est vraiment dédiée aux professionnels du spectacle alors les artistes doivent en tenir compte dans leur prestation, estime Carol Doucet.

«C’est ma série de vitrines favorites. C’est une chance unique parce que la qualité d’écoute est à 100%.»

La gérante souligne que c’est à la FrancoFête que tout son travail prend son sens. Elle a plusieurs réunions et déjà jeudi elle avait conclu des ententes de spectacles pour ses artistes, notamment avec le Centre national des arts à Ottawa.

Le directeur de la Semaine acadienne en Normandie, Arnaud Blin, qui en est à son premier passage à la FrancoFête est étonné de la diversité des genres et des styles musicaux.

«C’est une musique qui vit et qui évolue», a-t-il affirmé.

Depuis 15 ans, celui-ci invite régulièrement des artistes de l’Acadie à son événement.

«De les voir sur scène, c’est vraiment autre chose que de les entendre sur un CD. Il y en a que je connaissais comme Isabelle Cyr, mais d’autres que je ne connaissais pas comme Matt Boudreau.»

D’ailleurs, la prestation du chanteur et guitariste natif de Petit-Rocher a été acclamée. Avec un naturel désarmant, une intensité et une énergie hors du commun, il propose un pop-rock qui déménage.

Arnaud Blin vient d’abord pour la musique, mais il entend faire d’autres découvertes.

«Ce matin, on a fait une rencontre avec Marie Cadieux des Éditions Bouton d’or Acadie. C’est intéressant parce qu’on découvre plein de choses et ça ouvre des portes qu’on ne pensait pas forcément.»

La FrancoFête accueille cette année 22 délégués de la France, de la Belgique, de la Suisse et du Togo.