Le Choeur Louisbourg et le ténor Éric Thériault réunis sur scène

Heureux de revenir en Acadie, le ténor Éric Thériault réalise un rêve de longue date, celui d’offrir pour la première fois des concerts de Noël avec le Choeur Louisbourg.

Au lendemain des premières répétitions, Éric Thériault a salué la qualité exceptionnelle du choeur qui s’est taillé une place importante dans le paysage culturel de la province.

Ce sera la première fois qu’il chantera avec ce petit ensemble professionnel de 16 choristes dirigé par Monique Richard. Il s’en réjouit.

«Ça faisait longtemps que je voulais faire un concert de Noël et je n’avais pas le goût de le faire tout seul, j’avais le goût de le faire avec beaucoup d’amis. Je trouve que ça crée beaucoup plus de possibilités: des solos, des duos, des solos avec choeur. De plus, revenir en Acadie, c’est toujours un plus pour moi», a indiqué le ténor originaire d’Anse-Bleue dans la Péninsule acadienne.

Établi à Montréal, Éric Thériault revient souvent au Nouveau-Brunswick pour offrir des concerts ou de la formation vocale. Cet été, il a joué, entre autres, dans le spectacle musical La Vallée des possibles à Memramcook et donné de la formation vocale au Gala de la chanson de Caraquet.

Cette fois, on pourra le voir chanter à Moncton, à Bathurst et à Bertrand. Ce concert qui se déploie en deux parties propose un programme varié, avec des œuvres classiques, solennelles et grandioses pour choeur et ténor, ainsi que des chants traditionnels et populaires de Noël. Au menu du chanteur figurent des pièces de Haendel, l’Agnus Dei de Bizet et l’incontournable Minuit Chrétien avec le choeur.

«Il y a aussi des petits bijoux comme un arrangement de Mercurio sur un lied de Schubert, Mille Cherubini in Coro, que je fais avec le choeur.»

Selon Éric Thériault, la force de ce concert réside dans les arrangements des pièces.

La chef de choeur a effectué beaucoup de recherches pour trouver des arrangements qui conviennent à un petit choeur de 16 personnes.

«Souvent, ce sont les arrangements qui font la grosse différence dans un concert parce que sinon quel est l’intérêt de faire un concert si on fait toujours la même chose.»

Comme chanteur, il aime le côté joyeux et énergique des spectacles de Noël.

«On sort du concert avec le sourire sur le visage. J’aime la légèreté dans les concerts, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aura pas quelques larmes d’émotion au rendez-vous.»

Parmi les morceaux favoris du chanteur figurent Mille Cherubini in Coro, Gesu Bambino et le Minuit Chrétien. Dans les pièces que le choeur fait seul, il note Sainte Nuit, dont l’arrangement l’a littéralement renversé.

Une carrière prolifique

Chanteur régulier à l’Opéra de Québec, l’Acadien multiplie les rôles sur la scène depuis le début de sa carrière, en 2007. Il a chanté notamment avec l’Opéra de Montréal et collaboré avec les metteurs en scène François Girard et Robert Lepage. Le ténor a plusieurs projets en préparation pour l’année 2020, dont un avec l’Opéra de Montréal en médiation culturelle.

«L’opéra de Montréal a un volet éducation. On fait l’opéra Carmen revisité avec une clientèle en déficience intellectuelle. Comme chanteurs d’opéra, on vient un peu ponctuer la pièce de théâtre avec des extraits de Carmen de Bizet.»

En février 2020, il chantera dans l’opéra fantastique Les contes d’Hoffmann avec la Société d’art lyrique du royaume, puis en mai, il partira en tournée avec le Choeur philharmonique du Nouveau Monde qui présente une œuvre monumentale, Missa Solemnis, de Beethoven.

Éric Thériault et le Choeur Louisbourg présentent leur concert à l’église Central United de Moncton, le jeudi 5 décembre à 19h30; à l’église First United de Bathurst, le samedi 7 décembre à 19h30; et à l’église Saint-Joachim de Bertrand, le dimanche 8 décembre à 14h.
En plus du choeur et du ténor, le concert met en vedette le pianiste Carl Philippe Gionet et la hautboïste Christie Goodwin.